La corruption «inacceptable» pour 89% des Russes

Le Centre analytique Levada vient de réaliser un sondage au sujet de l’attitude des Russes envers la corruption. Résultat: le président Vladimir Poutine est accusé moins souvent, mais des faits de corruption sont relevés plus souvent.
People surround Alexander Pushkin monument in downtown Moscow, Russia
Des marches de protestation dénonçant la corruption se sont tenues le 26 mars d’un bout à l’autre de la Russie. Sur la photo : Moscou. Crédit : AP

Les sociologues du Centre analytique Levada ont demandé aux Russes ce qu’ils pensaient de la corruption. Selon leurs données, une situation où les structures et les institutions du pouvoir sont corrompues est inacceptable pour 89% des personnes interrogées. La majorité écrasante des estiment croit que les structures du pouvoir sont corrompues totalement ou dans une grande mesure, et que la responsabilité en incombe tant à celui qui donne un pot-de-vin qu’à celui qui l’accepte.

Tous pourris, mais Poutine n’y est pour rien

Toutefois, l’attitude des Russes envers la corruption reste dans l’ensemble inchangée depuis plusieurs années. « La seule chose que nous avons remarquée, c’est l’augmentation, quoique peu significative, du nombre de ceux qui estiment que le pouvoir dans le pays est corrompu de bas en haut. Les larges campagnes anticorruption lancées contre les gouverneurs – avec la diffusion sur toutes les chaînes fédérales d’images de liasses de billets déposées sur le bureau – sont plus à même de convaincre que tout est pourri que de faire croire à une véritable lutte contre la corruption », a déclaré à RBTH l’expert de Levada, Denis Volkov.

Selon lui, dans le cadre de la méthode du Focus Group (ou groupe de discussion), les gens se souviennent souvent du grand scandale de 2012 qui a débouché sur le limogeage du ministre de la Défense, Anatoli Serdioukov. « Parce qu’au début, l’affaire a été présentée comme un châtiment, mais plus tard, le principal accusé a été relâché. La population s’est alors offusquée », a-t-il indiqué. La décision avait provoqué une réaction vivement négative et avait été critiquée par 70% des Russes.

En revanche, la société a de moins en moins tendance à voir en Vladimir Poutine le responsable de cette tendance ces dernières années, affirment les sociologues. Si en 2013 et 2014 presque 40% des Russes estimaient que le président est pleinement responsable de la situation, ces deux dernières années ils ne sont plus que 25%-26%.

« Ce qui est certainement lié au renforcement de la légitimité du pouvoir après le rattachement de la Crimée, bien qu’ à première vue, le sujet soit sans rapport avec la corruption. Nous avons cependant observé à la fin de 2014 et pendant toute l’année 2015 la montée du prestige non seulement de Vladimir Poutine, mais également de toutes les structures d’État », a-t-il souligné.

Lire aussi : 

Corruption: un opposant accuse le premier ministre russe

Le ministre russe de l’Economie mis en examen pour corruption

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook