Après Paris, l’ex-danseur étoile Laurent Hilaire arrive au Théâtre Stanislavski à Moscou

22 novembre 2016 Oleg Krasnov
Laurent Hilaire
Laurant Hilaire. Crédit : Mitya Alechkovsky / TASS

Laurant Hilaire, légende mondiale du ballet, danseur et pédagogue français, va prendre la direction artistique du ballet du théâtre Stanislavski et Nemirovitch-Danchenko à Moscou. Il y remplacera Igor Zelenski, parti en Bavière pour prendre la tête du ballet Staatsoper.

C’est la seconde nomination d’un danseur et chorégraphe étranger au poste de directeur d’un grand théâtre russe dans l’histoire moderne : il y a quelques années, l’espagnol Nacho Duato avait dirigé la troupe du théâtre Mikhailovski à Saint-Pétersbourg.

D’ailleurs, Anna Galaïda, historienne du ballet et rédatrice en chef du journal du Bolchoï est assez critique sur le bilan de l’Espagnol au Mikhailovski. Elle est également réservée sur cette nouvelle nomination à Moscou : « L’invitation d’un Espagnol n’a pas eu plus de succès que l’expérience des entraîneurs européens avec l’équipe nationale de football. Ces dernières années, la troupe de ballet du Stanislavski est en pleine décomposition. Elle est composée de danseurs venus de différentes écoles, qui ont tous appris à danser différement. Laurent Hilaire est connu pour ses qualités pédagogiques, il y a donc une chance qu’il puisse composer une nouvelle troupe de qualité. Quant à ses idées artistiques, il les a toujours tenues secrètes. À tel point qu’il est difficile de savoir s’il en a ».

En effet, en même temps qu’Igor Zelenski, le théâtre Stanislavski et Nemirovitch-Danchenko a perdu ses étoiles principales, à savoir l’ancien premier de Covent Garden, Sergueï Polunine, ainsi que la jeune et prometteuse Ksenia Ryjkova.

L’année dernière seulement, environ 40 personnes ont quitté le ballet du théâtre, et, comme Anna Galaïda le fait remarquer, « il ne reste que quelques danseurs capables, mais il y a des manques dans tous les rôles ». Laurent Hilaire doit entrer en fonctions le 1er janvier 2017.

Lire aussi :

Connaissez-vous le ballet russe ?

Les secrets du Bolchoï : les claqueurs soviétiques

Boris Eifman : « J’ai une soif folle de composer »

Droits réservés
+
Suivez-nous sur Facebook