Crédit : Lori / Legion-MediaCrédit : Lori / Legion-Media

L’orge perlé, connue en Russie sous le nom perlovka, est un favori des Russes de toutes les époques. Elle fut servie au banquet de couronnement de l’empereur russe Nicolas II ; Pierre le Grand l’aimait préparée avec des champignons, des carottes et des oignons et la prima ballerina Maïa Plissetskaïa lui attribuait sa force et sa beauté. Avec le temps, la bouillie du tsar devint un plat servi dans toutes les cafétérias. À l’époque soviétique, perlovka figurait sur les menus dans les jardins d’enfants comme dans les usines.

Ce n’est pas étonnant que l’orge perlé soit si populaire : c’est une excellente source de fibres qui aide l’organisme à éliminer les toxines. La consommation de l’orge permet également de réduire le risque d’ostéoporose, car il contient du phosphore et du cuivre, nécessaires à la santé des os et des articulations. Une portion d’orge perlé contient presque deux fois plus de vitamine C qu’une orange. L’orge perlé est conseillée aux personnes atteintes de diabète, car ses fibres solubles de béta-glucane ralentissent l’absorption du glucose.  

Rajoutez cet aliment sain à votre régime avec cette recette russe traditionnelle.

Bouillie d’orge perlé aux champignons

Ingrédients (pour 4 personnes) :

400 ml d’eau ou de bouillon de légumes
1 gros oignon
30g d’huile de pépins
350g de champignons (les champignons de Paris sont les plus adaptés)
200g d’orge perlé
Poivre noir, sel, herbes au goût

Préparation :

1. Lavez et émincez les champignons.

2. Pelez l’oignon, coupez-le en dés et faites sauter dans une sauteuse avec une goutte d’huile.

3. Ajoutez les champignons et faites revenir avec les oignons pendant environ 10 minutes.

4. Rincez l’orge perlé jusqu’à ce que l’eau soit claire. Ajoutez-le aux champignons. Recouvrez d’eau ou de bouillon.

5. Portez à ébullition, puis réduisez le feu. Laissez mijoter jusqu’à cuisson complète, rajoutez de l’eau si nécessaire.

6. Ajoutez le sel et le poivre au goût.

7. Décorez d’herbes fraîches.

À ne pas manquer 

« En France, la question de l’évaluation de la cuisine russe ne se pose plus »

Cinq restaurants moscovites qui ouvrent leur cuisine aux clients