Sourgout : courses de rennes et tourisme pétrolier au milieu de la toundra russe

Sourgout est une des villes profitant de la croissance la plus forte et la principale agglomération de la région autonome de Khanty-Mansiïsk, riche en pétrole (les Khantys et les Mansis sont les deux plus grands groupes indigènes dans cette zone). Plusieurs grandes entreprises de ressources naturelles y sont installées ou possèdent des représentations importantes, dont Surguneftegas (près de 82 000 employés dans la région) et Gazprom.

Crédits : Shutterstock/Legion-Media, Ramil Sitdikov / RIA Novosti, Lori / Legion-Media

Si vous discutez avec une personne âgée de Sourgout, vous réaliserez rapidement que cette ville de plus de 300 000 habitants avec ses énormes centres commerciaux, son architecture au design étranger flashy, ses bons restaurants et ses boîtes de nuit décadentes n’était encore qu’un village lorsque ces gens allaient à l’école. Le pétrole a été un facteur clé dans l’ensemble du développement de Sourgout.

D’un minuscule avant-poste à une ville de premier plan


Crédit : Shutterstock / Legion media

Sourgout était à peine mentionnée dans les registres jusque dans les années 60, même s’il s’agissait d’un des plus anciens peuplements de Sibérie. Sourgout a été fondée en tant qu’avant-poste en 1594 par Fiodor Iier, fils d’Ivan le Terrible et dernier tsar de la dynastie des Riourikides.

Sourgout aurait été fondée par trois hommes : un chasseur, un commandant de l’armée et un marchand. Aujourd’hui, cette troïka est mise à l’honneur par un gigantesque monument situé sur un rond-point reliant l’avenue Lénine, la rue Maïskaïa et la rue Ostrovskovo. Sur cet édifice, les trois hommes sont rejoints par un prêtre. Le nom de la ville vient de deux mots locaux signifiant « trou » et « poisson ».

Sourgout était l’un des principaux avant-postes sibériens de la Russie aux XVIIe et XVIIIe siècles. Dès le XVIIe siècle, la ville est devenue une destination d’exil politique et plusieurs Décabristes ont vécu ici au XIXe siècle.

Crédit : Shutterstock / Legion media

La révolution n’a pas épargné Sourgout qui a été un centre d’insurrection des riches propriétaires terriens contre les bolchéviques et le théâtre de nombreuses révoltes paysannes. La colonie a perdu son statut de ville en étant tout un temps considérée comme un village, ce qui était important à l’époque en termes de distribution des ressources.

Tout a commencé à changer à la fin des années 1950 avec l’arrivée de prospecteurs de pétrole. Ce n’est toutefois que le 21 mars 1961 que Sourgout a vraiment entamé sa seconde vie, lorsque Farman Salmanov, un géologue azéri, a découvert un énorme gisement de pétrole dans ses environs.

La population de la ville était d’à peine 6 000 âmes en 1959. Aujourd’hui, Sourgout est une métropole grandissante de près de 332 000 habitants.

Sites et musées à voir absolument

Crédit : PhotoXpress

La première destination qui vient à l’esprit est le « Stary Sourgout » (« Vieux Sourgout »), village construit récemment afin de capturer l’atmosphère de la ville avant que le pétrole ne soit découvert. Composé de quatorze maisons en bois, ce complexe abrite également des musées consacrés aux peuples indigènes, aux Cosaques ou à l’écologie, la reconstitution d’une église en bois typique du Nord de la Russie et plusieurs cafés.

Un musée dédié à Salmanov accueille des expositions sur le célèbre géologue, mais aussi sur la science de la production de pétrole dans la maison où Salmanov a vécu lorsqu’il est arrivé la première fois à Sourgout en 1957. Les lieux ont été restaurés pour reconstituer les conditions de vie des années 1960 à Sourgout.

Crédit : Shutterstock / Legion media

Le Musée régional de Sourgout offre une collection exceptionnelle sur l’histoire locale, dont des expositions sur les vieux-croyants, les exilés politiques et la période de la révolution avec notamment plusieurs statues déboulonnées de la période soviétique. Une autre exposition fascinante décrit l’enfance en Union soviétique avec des dizaines d’exemples de vêtements et de jouets d’enfants de l’ère communiste. 

Le Musée des Beaux-Arts de Sourgout abrite à tour de rôle des expositions sur de nombreux thèmes allant des costumes traditionnels aux icônes, en passant par la peinture. Les deux musées se trouvent dans le même bâtiment.

Tourisme pétrolier

Les circuits pétroliers constituent une partie très récente mais en plein essor de l’industrie touristique. Ils incluent généralement des visites dans de grandes installations de production de pétrole où les touristes peuvent observer tout le processus de production, élargir leurs connaissances sur l’histoire de cette industrie, grimper sur une tour pétrolière et poser pour des photos en costume d’ouvrier.

L’agence « RusTurServis » peut vous organiser ce genre de circuits ou des voyages sur des traineaux à chiens (rus.tur86@mail.ru, +7 (3462) 651-037 ou 677-170).

Un musée fermé du pétrole a également ouvert ses portes au siège local de Gazprom, même si le plus souvent, ce sont les délégations et les écoliers qui sont autorisés à s’y rendre. Tentez quand même votre chance. 

Courses de rennes et autres sports d’hiver locaux

Crédit : Lori / Legion media

Rousskinskaïa se trouve à 130 kilomètres au nord de la ville à travers la toundra. Une des principales attractions de ce village est le musée d’Histoire naturelle qui propose des expositions sur la vie sauvage et la population indigène de la région. La meilleure période de l’année pour s’y rendre est la fin mars, lors du festival célébrant les chasseurs, les pêcheurs et les éleveurs de rennes.

Crédit : Lori / Legion media

Cet événement abrite des courses de rennes et beaucoup d’autres activités. Lyantor est un village pittoresque de Khanti au bord de la rivière Pim, à près de 95 kilomètres au nord-ouest. Il abrite un musée et un parc ethnologique avec des habitations traditionnelles de Khanti. 

Sourgout est un lieu hivernal. Ce n’est donc pas une surprise si la population locale apprécie particulièrement les sports d’hiver. Trois endroits situés à proximité sont idéals pour le ski et d’autres activités de saison : Olimpia, Snejinka, et Kammeny Mys.

Plats et poissons à goûter avant de quitter Sourgout

Le poisson est la spécialité locale, le mouksoun étant le plus connu. Le sterliad (esturgeon) et le nelma (saumon blanc) sont également populaires. On peut les acheter fumés ou crus. Les peuples indigènes vendent du poisson, de la viande de renne, des noix et des baies dans la rue durant l’hiver.

Pour les visiteurs soucieux de leur santé, il existe le  bar de nourriture saine Vegen qui propose des petits déjeuners, des smoothies et de la musique live les dimanches. « Sem Piatnits » (« Sept vendredis ») constitue également un bon choix avec son mélange de cuisine russe et européenne.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.