Région d'Omsk : à la recherche des centres énergétiques de Sibérie

Si l'on cherche à définir le centre géographique exact de l'Asie, la région d'Omsk a tous les atouts pour redessiner les cartes géographiques dans ce sempiternel débat. Même si Omsk ne peut se targuer d'être à équidistance des côtes continentales, comme Kyzyl dans la République de Touva, ou d'afficher une position cruciale comme Novossibirsk, au carrefour des voies de communication régionales, une récente découverte faite par des archéologues pourrait bien modifier lui octroyer un nouveau titre.

Okounevo, quand le temps et l'espace cessent d'exister


Crédit : Lori / Legion-Media

Les habitants affirment « qu’[on] ne sait jamais quel genre de miracle peut se produire à Okounevo ». Ce village ethnique loin de tout se situe à 250 km au nord d'Omsk (2h30 à 3 heures de route en voiture, 5 h en train), et son atmosphère paisible attire de nombreux pèlerins, qui y perdent toute notion de temps et d'espace.

L'endroit est réputé pour être un puissant centre énergétique de Sibérie, du fait de l'analogie avec le mot local « Om » (sagesse) et le nom de la région. Le village compte même un « ashram » sibérien installé dans une maison campagnarde en bois.

D'après la légende, les quatre lacs de taïga situés à proximité du village (Linevo, Tchouche, Danilovo, et Chaïtan) améliorent la santé et procurent des pouvoirs kinésiques à ceux qui parviennent à leurs rives, pour se plonger dans la boue et se baigner dans leurs eaux bienfaisantes.

Les prophètes locaux affirment que ces lacs ont été littéralement créés par le ciel, car ils sont apparus il y a plusieurs milliers d'années, lorsque quatre fragments se sont détachés d'une météorite géante. Les lacs sont reliés entre eux par une rivière souterraine dont les eaux ont des vertus curatives.

Les habitants d'Omsk croient que boire de l’eau minérale d'origine météoritique et nager dans ces lacs procure des bienfaits incroyables pour soigner les problèmes de peau, de thyroïde, et articulaires.  

Site officiel : www.okunevo.ru 

Le lac Ebeïti, la Mer Morte de la région d'Omsk

Crédit : Alberto Caspani pour RBTH

Le lac Ebeïti est un lac minéral endoréique [dont les eaux ne se déversent dans aucune mer, ndlr] situé à 150 km d'Omsk, dans un ancien bassin d'érosion tectonique, le plus profond de la région. Ce bassin est si vaste qu'il s'étend sur trois districts administratifs de la région.

Le lac Ebeïti se trouve dans une petite vallée aux paysages salins se découpant sur des kilomètres le long de ses rives ; ses eaux d'un bleu azur sont entourées de steppes à perte de vue. On peut y voir des ravins, le plus intéressant étant le ravin d'Amrinskaïa (Amrinskaya Balka en russe).

Le lac Ebeïti, plus grand lac salé de la région, est considéré comme un monument naturel hydrologique depuis plus de 30 ans.

La différence de dénivelé du lac est de 80 à 85 m entre le bassin versant et le niveau de l'eau; et ses boues ont des vertus curatives. Du fait du terrain accidenté qui l'entoure, le lac est uniquement accessible par temps très sec, pour éviter de s'enfoncer dans les sables mouvants.

Après un trajet périlleux, les voyageurs peuvent profiter d'une concentration extraordinaire en sulfate de chlorure, une alcalinité très élevée, et des teneurs améliorées en sodium, calcium, magnésium, chlore, hydrogène, bore, et même brome, contenus dans ses eaux. Une conjonction d'éléments qui permet de guérir de nombreuses maladies. 

Une visite du lac Ebeïti peut durer une journée entière, car il faut six heures pour faire le trajet aller-retour en voiture depuis Omsk. Il est conseillé d'emporter des provisions nécessaires, telles que de l'eau, de la nourriture, et des produits anti-moustique, cat les insectes arrivent par nuées le soir venu.

Generalovka, avant-poste sibérien des Cosaques


Crédit : Alberto Caspani pour RBTH

S'emparer du centre de l'Asie (d'un point de vue géopolitique) a de tout temps signifié – pour les tsars comme pour les amiraux – prendre le contrôle de tout le continent. Lors de ces différentes campagnes, Omsk a toujours joué un rôle stratégique de premier plan.

Par le passé, les Cosaques en avaient fait leur capitale sibérienne, mais de nos jours, il s’agit du village de Generalovka, situé près de la frontière avec le Kazakhstan, à environ une heure de route d'Omsk. Pendant des années, c'est Generalovka qui fut l'avant-poste le plus important de Russie sur le plan stratégique, et non Omsk.

Dans le village, on peut visiter un chenil qui pratique l'élevage de chiens de chasse sibériens. Ces animaux sont légendaires, autant pour leur discrétion que pour l'acuité mentale dont ils font preuve lors de la chasse. On ne peut assister à des démonstrations de chasse que sur rendez-vous ou en s'adressant à des Cosaques du village.

Crédit : Alberto Caspani pour RBTH

Il est également possible d'assister à des spectacles équestres donnés par les jeunes élèves du centre militaire Kazatchi Rouzbek (4 rue des Cosaques), ainsi qu'à des danses et des chants traditionnels.

Les archives ethnographiques proposent quant à elles une exposition consacrée aux Cosaques de Sibérie. Le long de l'ancienne route qui reliait Moscou à la Sibérie, les visiteurs peuvent découvrir les villages de Stavnoka et Forpost.

Ici, les touristes peuvent se déguiser en prisonniers vêtus de haillons, et être escortés à cheval par des Cosaques à travers des paysages marécageux, comme c'était le cas 300 ans plus tôt. Les « nouveaux arrivants » peuvent parcourir des segments entiers de la route historique des exilés, s'informer sur la faune et la flore de la région, et goûter à des plats traditionnels.

On peut également visiter l'écomusée de Bolcheretchye (www.starinasib.ru) pour découvrir la vie des paysans et les traditions anciennes. Generalovka possède en outre le seul zoo rural de Russie (www.bolzoo.ru).

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.