Ecomusées et parcs de Sibérie : parfaits pour les balades d'automne

Crédit : Lori / Legion Media

Crédit : Lori / Legion Media

Les célèbres îles Kiji de Carélie sont loin d'être les seules à offrir des merveilles créées par les architectes russes. Au cœur de la taïga, de superbes villages traditionnels en bois ont traversé les âges et sont à présent des parcs nationaux ou des écomusées. La beauté des bâtiments anciens en bois, alliée au tempérament sibérien et aux teintes d'automne, est simplement époustouflante.

Des planchers grinçants, des rideaux à motifs et le pain qui cuit dans de larges fours : voilà les caractéristiques étonnantes d'un mode de vie qui a quasiment disparu en Russie. Mais en Sibérie, une région excentrée et moins urbanisée que la Russie européenne, on peut encore retrouver des vestiges d'une époque révolue.

RBTH a sélectionné les écomusées les plus originaux de Sibérie, où l'on peut encore ressentir l'ambiance d'un autre âge avant que le froid rude de l'hiver s'installe. 

Talzy

Crédit photo : Lori / Legion Media

Située à 4202 km de Moscou, Angara abrite le musée ethnographique de plein air Talzy. Derrière une palissade en bois, une ville aux multiples facettes se dévoile, avec des rues tortueuses, des odeurs de feu de bois, des peaux de mouton douillettes et des pâtisseries sibériennes.

Autrefois, un village imposant du même nom se dressait ici. Mais avec la construction du barrage hydroélectrique de Oust-Ilim dans les années 1960, le village fut menacé d'être englouti par les eaux, et décision fut prise de sauvegarder cet ensemble unique en son genre, qui devint un musée en 1980.

L'une des rues les plus intéressantes du musée est jalonnée de monuments en bois typique de la région du lac Baïkal, qui ont été construites entre le XVIIe et le début du XXe.

Le musée compte une reconstitution du mur sud d'une forteresse cosaque, dont la vieille tour d'accès Spassky, construite en 1667. C'est l'une des six tours défensives existant encore dans le monde. Elle forme une sorte de Kiji sibérienne avec l'église Kazan Privratnaïa (1697).

On trouve ici des moulins à eau, une petite école, de vieux corps de ferme avec leur grange, des remises et des bains hivernaux, qui retracent tous la vie des paysans sibériens, lesquels se sont installés ici au début du XVIIe siècle. Des expositions présentent également les traditions des peuples autochtones de Sibérie, dont les Tofalars, les Evenks, et les Bouriates.

Ici, on peut assister à la reconstitution d'une ancienne tradition funéraire evenke. Le défunt était placé dans les airs sur des poutres croisées, à deux-trois mètres de hauteur, avec des armes, des vêtements, du tabac, et tout ce dont il aurait besoin dans l'au-delà. Selon les croyances des Evenks, les gens continuent de vaquer à leurs occupations quotidiennes après leur mort.

Un restaurant propose des gâteaux aux canneberges, des canneberges au sucre, des poissons du lac Baïkal en gelée (les célèbres zalivnoe), et du sougoudaï, un plat de poisson traditionnel des peuples autochtones du nord de la Russie. Chaque année, le musée organise des fêtes pour célébrer Noël, la Trinité, Mardi Gras, et Saggalgan (le nouvel an local), avec des parades et des reconstitutions.

www.talci.ru 

Chouchenskoïe


Crédit photo : TASS

Le musée ethnographique et domaine de Chouchenskoïe se trouve dans le village éponyme de la région de Krasnoïarsk (à 4358 km de Moscou) et permet de voyager dans le passé. Un village sibérien de la fin du XIXe siècle a été conservé ici, avec une taverne, des galeries marchandes, un tribunal local, et des habitations de familles riches comme pauvres.

Pendant plusieurs années, le musée était exclusivement dédié à la période d'exil en Sibérie de Vladimir Lénine, car le fondateur soviétique a vécu ici entre 1897 et 1900. De nos jours, les touristes viennent à Chouchenskoïe pour découvrir l'histoire de la révolution russe, ainsi que la vie rurale en Sibérie. Deux maisons racontent ici l'exil du jeune Lénine.

Le premier dirigeant de l'URSS a rédigé son Développement du Capitalisme en Russie, dans la petite maison d'un riche fermier. Par la suite, Lénine s'est installé avec Nadejda Kroupskaïa et la mère de celle-ci dans la maison de Petrov, convertie en musée dans les années 1930. Lénine et Kroupskaïa se sont mariés à l'église Saint Pierre-et-Paul, mais celle-ci a disparu depuis.

A Chouchenskoïe, on peut se loger dans l'une des maisons du nouveau village, à l'hôtel Pod Starinu. Celui-ci dispose d'un sauna, et son café propose du porridge avec du potiron, des infusions de plantes, et des blinis. Ici, on peut s'essayer à la gravure sur bois, au tissage ou à la poterie, et repartir avec un souvenir fait main.

Chaque mois de juillet, le festival international de musique et d'artisanat « Le Monde de la Sibérie » se déroule à proximité du musée et présente des artistes de folk et des ensembles vocaux venus des quatre coins de la Russie.

www.shush.ruwww.festmir.ru

Musée ethnographique des Peuples de Transbaïkalie

Crédit photo : Lori / Legion media

Dans cet écomusée − l'un des plus grands de Russie – on peut admirer des yourtes typiques des peuples autochtones de la région, des édifices religieux bouddhistes, des granges réaménagées afin d'héberger les exilés pour une nuit, et les maisons des vieux-croyants et des paysans. Les vieux-croyants sont des puritains orthodoxes qui rejettent les réformes lancées par l'église officielle au milieu du XVIIe siècle, et qui respectent encore les traditions anciennes de nos jours.

Ce musée situé à Oulan-Oude (à 4420 km de Moscou) est surtout célèbre pour retracer l'histoire des vieux-croyants. C'est ici que vivait un groupe spécifique de vieux-croyants appelé « Semeïski », après leur arrivée au milieu du XIXe siècle.

Le musée présente une rue de village typique des vieux-croyants de la région, avec des maisons, une chapelle, et une seule porte d'accès.

Outre les habitations, les coutumes religieuses et séculaires, et le mode de vie des Bouriates, le musée propose une exposition dédiée aux Evenks, un peuple d'éleveurs de rennes du Grand Nord, ainsi qu'une autre consacrée au régiment local des Cosaques qui ont contribué à l'expansion vers l'est de la Russie impériale.

L'écomusée d'Oulan-Oude organise également des expositions historiques temporaires et des fêtes pour célébrer les jours fériés de l'ancienne Russie.

www.ethnomuseum03.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.