Des étudiants orienteront les touristes dans les rues de Moscou

Daria - Victoria - Dasha

Daria - Victoria - Dasha

La mairie de Moscou met en place, à partir du 1er juillet, un service d'aide aux touristes dans les quartiers les plus visités de la ville. Un correspondant français de RBTH l'a testé pour vous.

Crédit : Lizon, chef d'équipe

Des étudiants volontaires aident ainsi les étrangers non-russophones à s'orienter, leurs indiquent des bars, restaurants, musées et autres commodités.

Dans une des rues les plus prisées des touristes, dans le quartier de l'Arbat, un petit groupe de volontaires est déployé. Une autre équipe est présente dans le Jardin d'Alexandre, à proximité. Ayant demandé aux étudiants présents à Arbat de m'orienter vers des bars originaux, ils m'ont conseillé de parcourir les rues de Chistye Prudy, où j'ai effectivement trouvé mon bonheur au Rock'n'roll bar. 

Facilement reconnaissables avec leur panneau et leurs T-shirts rouges et blancs arborant le slogan « Welcome 2 Moscow », ces jeunes en profitent pour pratiquer les langues étrangères (ils parlent tous anglais, quelques-uns français) ainsi que pour rencontrer de nouvelles personnes venues du monde entier pour visiter leur ville. Dasha, 19 ans, déclare « Je suis étudiante en hôtellerie et dans ma filière, la maîtrise de l'anglais et un bon contact relationnel sont des qualités indispensables. Etre ici me permet de m'améliorer sur ces deux points cruciaux ».

Principalement féminine, l'équipe souriante, accueillante et disponible est composée d'une petite dizaine de personnes âgées d'une vingtaine d'années qui parlent un anglais plus que correct, et qui se relaient pour fournir aux visiteurs les informations qu'ils désirent. « Nous sommes ici tous les jours, jusqu'à 19h. Si ce n'est pas notre équipe, c'en est une autre, mais nous sommes présents quel que soit la météo », ajoute Lizon, la responsable du point d'information à Arbat. Après quoi ils ôtent leur uniforme et retournent vaquer à leurs occupations.

L'équipe met à disposition des touristes plusieurs cartes de la ville mettant en avant les principaux sites à visiter, ainsi que les brochures d'autres attractions, comme par exemple les activités fluviales afin que le visiteur puisse se faire une idée de ce qui l'attend à tel ou tel endroit. Ces brochures sont disponibles en anglais et en chinois. En 2012, près de 200 000 touristes venus de Chine ont visité la Russie, contre 150 000 en 2010 – ce qui représente la plus importante augmentation par pays sur la période selon le Russian Tourism Report publié par Stark Tourism.

« Nous avons copié cette initiative sur ce qui se fait depuis 2012 dans d'autres villes du pays, et maintenant, nous voilà », admet Dasha, un sourire aux lèvres. Cela permet aux visiteurs de Moscou de disposer d'informations et de pouvoir s'orienter alors que la population ne parle en général qu'un anglais limité et que la barrière linguistique peut constituer un obstacle.

Par ailleurs, Daria, 20 ans et étudiante en linguistique, assure que « ce programme permet de servir d'interprètes auprès des policiers en cas de problèmes. Même si bien sûr nous espérons qu'il n'arrive rien ». Ce service peut s'avérer fort utile si vous vous faîtes voler votre portefeuille ou votre passeport, par exemple. Cependant, contrairement à la version officielle, on ne constate la présence d'aucune « police touristique » (des agents formés aux langues étrangères et à la communication) aux alentours pour compléter le dispositif.

Le service de presse de la police de Moscou nous a expliqués quel sera le rôle de la police auprès des touristes :

« Les fonctions de la police touristique viennent s’ajouter aux fonctions classiques des policiers. Ils doivent assurer la sécurité des personnes lors des patrouilles, qu’il s’agisse des citoyens russes et des étrangers.

Les touristes étrangers s’adressent d’abord aux policiers, aussi ces derniers seront également chargés de fournir des conseils, une assistance dans la résolution des conflits et dans d’autres situations difficiles. Le programme de formation des policiers prévoit donc un apprentissage des bases de la langue étrangère, mais aussi de l’histoire de la capitale ainsi que des bases de la communication.

Actuellement, l’unité de police touristique est en passe d’être formée, ainsi leur uniforme actuel ne diffère pas de celui des policiers ordinaires. A l’avenir, nous allons étudier la question de l’éventuelle création et utilisation d’insignes spéciales pour ce type de policiers.

80 employés de la police suivent actuellement la formation. Les professeurs de l’une des universités de la capitale leur dispensent des cours d’anglais deux fois par semaine.

Sachant que la langue de communication internationale est l’anglais, nous avons mis l’accent sur ce dernier. La formation dure un mois. Pour l’instant, nous sommes aidés par des volontaires, des étudiants d’une des universités de la capitale ; les policiers ont reçu des manuels de conversation avec les principales phrases utilisées pour la communication.

Nous envisageons également d’acquérir des traducteurs vocaux multilingues pour aider les policiers.

Outre l’anglais, le programme comprend des cours de l’histoire de la ville de Moscou, de communication et de règles de la conversation.

18 zones piétonnes ont été sélectionnées à Moscou pour le moment. Ce sont les principales destinations touristiques : Arbat, Kamergersky Pereulok, ruePont Kouznetsky, rue Nikolskaïa, place de la Révolution, etc. Ces zones sont divisées en 11 itinéraires de patrouille.

La police touristique travaillera à deux équipes : de 8h à 16h et de 16h à 23h. En dehors de ces horaires, pour tout crime ou délit, les touristes pourront s’adresser aux antennes locales du ministère de l’Intérieur dans les quartiers concernés ou appeler le 02. En outre, pour les questions non liées aux crimes ou délits, les étrangers peuvent s’adresser au centre d’appels touristique sur la ligne téléphonique multiplexée (8-800-220-00-02, 8-800-220-00-01), où ils pourront également communiquer en langues étrangères ».

 

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @rbth_fr #Moscou

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.