Les plaisirs de la glisse, en attendant les J.O.

La station caucasienne dispose d’incontestables atouts : étalée sur le flanc Nord, elle offre une neige de grande fraîcheur, grâce aussi à l’influence de la Mer Noire toute proche. Crédit : Paul Duvernet

La station caucasienne dispose d’incontestables atouts : étalée sur le flanc Nord, elle offre une neige de grande fraîcheur, grâce aussi à l’influence de la Mer Noire toute proche. Crédit : Paul Duvernet

La station de ski Roza Khoutor, qui accueillera la plus grande partie des épreuves neige des J.O. de Sotchi, vient d’ouvrir ses pistes aux touristes. Les stations françaises, autrichiennes et suisses ont désormais un concurrent à leur niveau.

De grosses chutes de neige et un froid nettement plus vif que les normes saisonnières ont réchauffé le cœur des responsables de Roza Khoutor. « Le ciel est avec nous », sourit Alexandre Belokobylsky, directeur exécutif de la station de ski. « Pour nous, c’était la seule source d’incertitude », expliquait-il vendredi dernier, en faisant visiter la station à un groupe de journalistes venus de Moscou. Du pied de la station (Rosa Dolina, 560m) jusqu’au sommet de Rosa Pic (2320m), un épais manteau de neige recouvre les pentes, prêt à être zébré par les milliers de skis et de planches de surf. Pour se prémunir contre les aléas de la météo, la station a été dotée « du plus puissant système de neige artificielle d’Europe », souligne Belokobylsky, en montrant deux lacs artificiels de 130 000m3 destinés à alimenter les innombrables canons à neige en cas de besoin.

Des milliers de touristes se pressaient samedi 14 décembre au matin pour prendre les télécabines. « Nous avons un taux de remplissage approchant les 100% sur toute la semaine », se félicite le savoyard Jean-Marc Farini, general manager des pistes de la station depuis trois ans pour le compte de la Compagnie des Alpes. Notant « qu’il y aujourd’hui plus de neige ici que dans les Alpes », M. Farini porte un grand soin au succès commercial de la station et par conséquent aux services destinés à la clientèle. « Roza Khoutor est la première station russe à se conformer aux meilleurs standards européens », assure-t-il. « C’est une très belle station régionale de haut niveau et de qualité internationale. Le tout à 2h de Moscou ». Le public visé est essentiellement russe. « Ils n’ont pas besoin de visa et tout le monde ici parle russe », à la différence des stations européennes, où se rendait jusqu’ici les skieurs russes aisés. Les impressions des premiers touristes sont positives. « Je vois un énorme progrès par rapport aux autres stations russes », explique, surf en main Aliona, une moscovite de 25 ans. « Je skie d’habitude à Dombaï [une station caucasienne construite à l’époque soviétique]. Là-bas, c’est l’anarchie, il faut payer à chaque remonte-pente parce que chacun a un propriétaire différent ! Le service ici est excellent », lance-t-elle au groupe d’amis assis près d’elle dans la télécabine. Tous semblent partager son avis.

Du 7 février au 17 mars 2014, Roza Khoutor réserve ses pistes aux athlètes. Crédit : Paul Duvernet

Olympiades obligent, la saison touristique sera courte. Du 7 février au 17 mars, Roza Khoutor réserve ses pistes aux athlètes. « Le domaine ne sera complètement ouvert que pour l’hiver prochain, avec plus de 100km de pistes balisées », précise Jean-Marc Farini. Et les étrangers ? Le savoyard reste prudent : « Je pense qu’on pourra attirer quelques curieux, ceux qui ont fait le tour des pistes européennes et veulent voir du nouveau. Les grands skieurs étrangers voudront l’essayer au moins une fois dans leur vie ». Pour lui, la clientèle sera russe à 80%. « Je ne pense pas que cela fera baisser la fréquentation russe en Europe ». Le nombre de skieurs russes devrait en effet augmenter rapidement dans les années à venir, notamment grâce à la popularité des J.O. de Sotchi. En terme de tarifs, Roza Khoutor vise la classe moyenne avec des offres hébergement + forfait équivalentes à celles des stations françaises de la même gamme.

L’extension du domaine skiable aux stations voisines (Laura, Alpica Service et Gorny Karoussel) devrait rendre l’offre encore plus attrayante, mais les négociations ne font que commencer. La Compagnie des Alpes songe d’ailleurs à offrir un forfait gratuit pour Roza Khoutor… aux détenteurs de forfaits des stations savoyardes qu’elle opérées. Et vice-versa. « C’est surtout un coup de marketing », tempère Farini, qui veut avant tout communiquer sur le premier grand coup international de la Compagnie des Alpes.

La station caucasienne dispose d’incontestables atouts : étalée sur le flanc Nord, elle offre une neige de grande fraîcheur, grâce aussi à l’influence de la Mer Noire toute proche. La beauté des paysages au sommet est stupéfiante. Une large gamme de pistes de niveaux différents s’offrent aux skieurs, jusqu’à deux pistes noires affichant des « murs » de 69% et 68%. Les connaisseurs apprécieront, les autres jetteront des regards épouvantés et passeront leur chemin. « Les Russes n’ont vraiment peur de rien », s’amuse Jean-Marc Farini, skis aux pieds, apercevant un groupe de surfers s’engageant sur l’une des pistes mentionnées plus haut. Le professionnel, lui-même ancien sauveteur, s’empresse de préciser que la sécurité des skieurs est garantie par la station « à condition qu’ils restent sur les pistes balisées ». En cette journée d’inauguration, le savoyard inspecte méthodiquement les pistes et remonte-pentes, hélant les employés dès que quelque chose ne lui convient pas. Quelques réglages restent à finaliser pour arriver au niveau des meilleurs (pré-vente des forfaits, discipline dans les files d’attente, assortiment des buvettes en altitude), mais le Caucase figure désormais résolument sur la carte des amateurs de glisse les plus exigeants.

 

Et vous voulez-vous faire du ski à Roza Khoutor ? Donnez-nous votre avis en tweetant @larussie #ski

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies