«Moscou... Abandonnée aux français»

L’axe Maroseïka-Pokrovka a longtemps été la rue principale des «français de Moscou» après la prise de Moscou par Napoléon : le maréchal Mortier, nommé gouverneur du Kremlin, choisit d’établir son quartier général au début de la rue, le milieu étant occupé par la municipalité, tandis que la maison des Dolgoroukov (ou Dolgorouki) y abrite la police municipale...

Au numéro 2/15 de la rue Maroseïka

Crédit photo : Rouslan Soukhouchine

Jusque dans les années 70 du XVIIIème siècle, à cette adresse se dresse l’Eglise Pokrova de la Sainte Vierge Marie, connue depuis 1479, puis démolie sous Catherine II de Russie. Le passage situé à l’angle de la rue Maroseïka et de la rue Loubianka, devient alors propriété de la comtesse Varvara Razoumovski qui, en 1796, y fait bâtir un palais.

Lieu de résidence principale du maréchal Edouard Mortier, commandant de la Jeune Garde impériale, la maison sera épargnée par le violent incendie de Moscou de 1812.

 


 

Au 17 de la rue Maroseïka

Crédit photo : Rouslan Soukhouchine

En 1782, une villa est bâtie à cet endroit, dont le style architectural marque la transition entre le Baroque et le classicisme. Selon les écrits, la villa est rachetée en 1793 par le maréchal Piotr Alexandrovitch Roumiantsev-Zadounaïsky, célèbre commandant de l’armée russe pendant la guerre de Sept Ans en 1756 et la guerre russo-turque en 1768.

A sa demande, l’intérieur du bâtiment a été recouvert de fresques et de peintures représentant les batailles de la guerre russo-turque. 

A sa mort, c’est son fils, le comte Nikolaï Roumiantsev, qui hérite de la maison. Francophile, il entretient une relation très amicale avec Napoléon. Le déclenchement de la guerre avec les Français sera pour lui un choc terrible qui le frappera de paralysie.

En 1812, le bâtiment est réquisitionné par l’armée napoléonienne et sert de municipalité durant la prise de Moscou, alors gouvernée par l’intendant général J-B. V. Lesseps.

 


 

Au numéro 5 de la rue Armiansky

Crédit photo : Rouslan Soukhouchine

A la maison des Roumiantsev, est accolée la rue Armiansky. Depuis le XVIIIème siècle, toutes les maisons de la petite ruelle appartiennent à l’un des plus riches marchands de Moscou, l’arménien Lazar Nazarovitch Lazarian (dont le nom de famille sera plus tard remplacé par Lazarev) qui, en 1758, acquiert le domaine de Stolpovski, aujourd’hui devenu le Passage arménien.

Il est intéressant de noter qu’aucun des bâtiments situés dans ce quartier n’a brûlé durant l’invasion française de 1812. Selon les récits, Roustam Raza, mamelouk de Napoléon d’origine arménienne, aurait protégé le quartier des destructions et incendies.

Ce ne sont pas seulement les propriétés du quartier qui ont été sauvées des flammes, mais aussi l’Eglise arménienne et l’annexe de l’église arménienne Sainte-Croix, situées l’une en face de l’autre, et qui ont ainsi pu être conservées jusqu’à nos jours.

Roustam Raza, mamelouk de Napoléon

Roustam est né à Tifllis, en Géorgie. A 12 ans, il est enlevé et vendu comme esclave. Après de nombreuses années d’errance et plusieurs changements de propriétaire, il est acheté et offert en guise de présent à Napoléon Bonaparte, qui en fait son garde du corps. Roustam se retrouve à Moscou en 1812, où il fréquente de nombreux arméniens. Un curieux document d’époque éclaire sur le comportement du mamelouk durant le séjour de l’Empereur à Moscou. «Dans la maison des Lazarev, vivait en 1812 un général français bien intentionné; comme lui, et encore plus proche de l’Empereur Napoléon était le mamelouk favori Roustam, un arménien, qui pria Napoléon d’émettre un décret pour que l’ensemble du quartier, de la Pokrovka à la rue Miasnitskoï, et tout ce qui appartient à l’Eglise arménienne, soit préservé et sauvé des flammes, si bien que les ordres des gardes militaires français ont été observés jusqu’à la retraite des Français».

 


 

Au numéro 4 de la rue Pokrovka

Crédit photo : Rouslan Soukhouchine

Au fond d’une cour, se dresse l’ancienne propriété principale de la dynastie Dolgoroukov, un palais de style baroque dont les premières constructions datent du XVIIème siècle.

Parmi les premiers propriétaires, figurent des personnalités comme Loukiane Streshnev, le beau-père du Tsar Mikhaïl Fiodorovitch, ou le favori du Tsar, Maliouta Skouratova. En 1744, le Palais est racheté par le prince Dolgoroukov, qui relie les deux domaines et effectue d’importantes modifications. Le 24 septembre 1812, une cour martiale s’installe dans la maison du prince Dolgoroukov. Ici même comparaitront 26 accusés des incendies de Moscou.

En 1812, la police française y réside de façon permanente.

Source : Moskovskie Novosti

Lisez plus sur l'architecture russe

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies