Des scientifiques russes créent une "clé USB immortelle"

www.fpi.gov.ru
Une nouvelle technologie basée sur le stockage d'information par le verre de quartz est actuellement mise au point par une équipe de scientifiques russes : elle permet de conserver des données pendant des millions d'années.

Le verre à travers lequel nous regardons le monde par la fenêtre sera bientôt le support d’une mémoire éternelle, qui pourrait même survivre à l'humanité. Une nouvelle technologie de stockage des données chiffrées en 5D (5 dimensions) dans le verre de quartz permet en effet de sauvegarder l'information pendant plusieurs millions d'années.

Actuellement, le concept est étudié par une équipe de chercheurs des laboratoires de l'Université de technologie chimique Dmitri Mendeleïev de Moscou avec le soutien du Fonds de recherches avancées. Ils ont déjà réussi à créer des supports en verre de quartz qui rappellent, par leur taille et leur forme, des pièces de monnaie ou de petits disques.

« L'information est enregistrée dans le verre et se lit avec un laser, explique à RBTH Piotr Khenkine, chef de projets au sein du Fonds de recherches avancées. Le système de lecture rappelle ceux des CD et des DVD et le volume de stockage des données dépend de la taille du disque ».

D'après Khenkine, un support en quartz de la taille d'une pièce de monnaie permet de stocker plusieurs térabits tout en étant extrêmement résistant aux aléas extérieurs. Ces clefs USB en quartz seront selon lui utilisées par les archives d’État et les entreprises du complexe militaro-industriel.      

Mais pour que cette expérience de laboratoire se transforme en véritable technologie, la route est encore longue, souligne le chercheur. « En ce moment, les scientifiques travaillent sur un projet de système automatisé d'enregistrement et de lecture, explique-t-il. Mais d'ici à ce que ce dispositif soit disponible en masse, il nous reste encore toute une série d'expériences et de travaux conceptuels à mener à bien ».

La principale difficulté est que les chercheurs doivent nécessairement garantir la haute précision de l'entrée du faisceau laser au point défini. Des recherches similaires sont menées au Japon, au Royaume-Uni et dans d'autres pays.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.