Des scientifiques russes créent des variétés de blé adaptées aux climats froids

Crédit : Bagrat Sandoukhadze / RIA Novosti

Crédit : Bagrat Sandoukhadze / RIA Novosti

Ces prochaines années, la Russie pourrait commencer à exporter de nouvelles variétés de blé écologique à haute teneur en éléments nutritifs, nous ont annoncé les sélectionneurs.

Les scientifiques de l’Institut de recherche agricole de Moscou Nemtchinovka, célèbre centre scientifique russe spécialisé dans la sélection, ont créé des variétés spéciales de blé d’hiver, supérieures aux équivalents mondiaux existants pour leur teneur en éléments nutritifs.

Elles peuvent pousser dans la vaste région au climat frais du Netchernozemié, et fournissent des rendements plus élevés que les variétés cultivées dans des conditions plus favorables.

Par ailleurs, les nouvelles variétés affichent une teneur en protéines deux fois supérieure à celle de la plupart des équivalents existant sur le marché mondial.  

Gènes spéciaux 

Les sélectionneurs de Nemtchinovka estiment que les nouvelles variétés de blé permettront de résoudre un problème majeur : la qualité des céréales dans le monde est en baisse.

« Actuellement, dans les pays développés, le rendement moyen de blé d’hiver est de 9-10 tonnes par hectare. Par ailleurs, il ne contient que 8-9 % de protéines, ce qui n’est pas suffisant pour fabriquer du bon pain », nous a raconté le célèbre sélectionneur, directeur du laboratoire de sélection du blé d’hiver de l’Institut de recherche agricole de Moscou Nemtchinovka et académicien de l’Académie russe des sciences, Bagrat Sandoukhadze.

Il explique que les variétés créées par Nemtchinovka pourraient avoir un rendement de 10-12 tonnes par hectare avec une teneur en protéines de 17 % et en gluten – de 30% et plus.

Sandoukhadze et ses collègues ont créé 15 nouvelles variétés de blé d’hiver pour les régions du Netchernozemié – un vaste territoire situé dans la partie européenne de la Russie, qui s’étend des côtes de l’océan Arctique jusqu’à la zone de forêt-steppe dans le sud et de la mer Baltique jusqu’à la Sibérie occidentale. 14 de ces variétés sont déjà brevetées et ont reçu des certificats de droits d’auteur. 

Les spécialistes estiment que, grâce à leur rendement élevé, les nouvelles variétés pourraient constituer une bonne « réponse aux OGM ».

Margarita Chipitsina, membre du conseil de coordination de l’Union russe des boulangers et pâtissiers et directrice du centre de recherche et de méthodologie Rousskiy Recept, a précisé que les variétés génétiquement modifiées sont actuellement cultivées sur 70 % des surfaces mondiales.

« Or vivant »

Aujourd’hui, la Russie fait partie des six principaux producteurs de blé au monde. Le marché du blé est en constante évolution et demande de nouvelles variétés fortes.

« La culture de bonnes variétés de céréales aux gènes forts permet de préserver l’environnement. C’est largement plus rentable qu’investir dans les produits chimiques dopant ou le génie génétique. La sélection professionnelle se chiffre au maximum en millions, alors que les facteurs technologiques se traduisent par des milliards dépensés, ce qui nuit en outre à l’environnement. La Russie compte 40 millions d’hectares vacants où l’on pourrait cultiver de bonnes céréales écologiques et assurer la santé de la nation », estime Bagrat Sandoukhadze.

Margarita Chipitsina pense que, malgré les succès des sélectionneurs, la Russie doit actuellement régler une série de problèmes relatifs à la qualité des terres.

« Pour obtenir du bon pain sain, la Russie doit rétablir le contrôle de qualité pratiqué systématiquement à l’époque soviétique. La qualité des céréales alimentaires en Russie a baissé de manière sensible. De nouvelles maladies du pain apparaissent ».

Sandoukhadze a mis 47 ans à créer les nouvelles variétés. Le projet de culture du blé d’hiver dans le Netchernozemié au climat frais et humide avait été lancé par les sélectionneurs soviétiques dès les années 1930.

Bagrat Sandoukhadze appartient à la troisième génération de chercheurs.

Les variétés de blé d’hiver créées par Sandoukhadze au cours de ces dernières années sont actuellement cultivées sur l’ensemble du territoire russe et à l’étranger. La variété Moskovska 39, cultivée au Canada, en Autriche, en Turquie et dans d’autres pays, est particulièrement appréciée.

« Cette variété a été testée lors d’essais internationaux au Canada dans les années 1999-2002. Son rapport entre le rendement élevé et la qualité des céréales a été reconnu comme étant le meilleur. Ce blé donnera une bonne récolte indépendamment des conditions climatiques grâce aux gènes spécieux de santé et de résistance. Elle résiste au froid et aux maladies et présente une qualité céréalière unique et de bonnes qualités de cuisson », explique Sandoukhadze.

En février 2015, le scientifique a reçu le prix national Demidov pour ses résultats impressionnants. C’est la première fois depuis 1832 que ce prix prestigieux a été accordé en Russie à un sélectionneur.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.