Le huit événements scientifiques et technologiques qui ont marqué l'année en Russie

De la programmation de nanoparticules à la mort prématurée de geckos dans l'espace, de la découverte de nouveaux astéroïdes dangereux aux tentatives de clonage d'un mammouth, l'année écoulée a été riche en événements scientifiques et technologiques. RBTH vous propose une sélection des huit événements scientifiques et techniques les plus marquants.

1. Un pas de plus vers la création de biorobots

Source : ibch.ru

Cette année aura été celle de la première tentative réussie de programmation de nanoparticules, une nouvelle étape vers la création d'agents médicamenteux d'une nature entièrement nouvelle. Les nanoparticules pourront désormais délivrer des substances médicamenteuses à l'intérieur des cellules sur la base d'une analyse simultanée de plusieurs paramètres.

Cette nouvelle méthode permet donc de faire de n'importe quelle nano ou microparticule un « biorobot » miniature capable de prendre des décisions de façon autonome, en choisissant par exemple d'interagir ou non avec une cellule. Le scientifique russe Maxime Nikitine (27 ans) est à l'origine de cette avancée.

Ce dernier est parvenu à atteindre son objectif en y consacrant 70 heures par semaine et en dépensant près de 20 000 dollars tirés du budget familial en réactifs, tout en réalisant une partie des expériences à son domicile dans la mesure où les gardiens ne lui permettaient pas de travailler à son institut de nuit.

2. Les geckos sexuels russes

Source : Service de presse

En juillet, une équipe de scientifiques a expédié dans l'espace le « biosatellite » Photon-M4 contenant cinq geckos, des mouches, des œufs de vers à soie, des champignons et différentes graines de plantes. L'objectif principal de l'expérience était de mesurer l'influence de la micro-gravitation sur le comportement sexuel des geckos.

La mission a toutefois connu un dénouement tragique. L'appareil est retourné sur Terre au mois de septembre, mais aucun des geckos n'a survécu. L'Académie des Sciences de Russie n'est pas parvenue à déterminer les causes de leur mort. Les scientifiques évoquent un « facteur spatial inconnu », possiblement un virus ou une bactérie. L'hypothèse selon laquelle les geckos seraient morts d'hypothermie n'a pas non plus été confirmée. 

3. Le YotaPhone 2

Crédit : ITAR-TASS

2014 aura également vu l'apparition sur le marché mondial du premier gadget russe doté de doubles écrans : le YotaPhone 2. Comme l'indique le dirigeant du fabriquant Yota Device, Vladislav Martynov, « le YotaPhone 2 va inaugurer une nouvelle tendance sur le marché des Smartphones ». La société espère créer une nouvelle catégorie d'appareils et est prête à autoriser sous licence l'utilisation de son concept de doubles écrans par d'autres concepteurs.

Le premier modèle de smartphone YotaPhone n'a pas provoqué d'engouement sur le marché mondial, tandis que les médias européens ont épinglé son aspect de « brique peu esthétique ». Selon M. Martinov, le premier YotaPhone n'était toutefois qu'un modèle expérimental destiné aux personnes souhaitant tester un nouveau type d'appareil, tandis que le YotaPhone 2 est quant à lui un produit de masse.

4. Iakov Sinaï reçoit le prix Abel

Source : Service de presse

En mars, le mathématicien russe Iakov Sinaï, membre de l'Académie des Sciences de Russie et professeur à l'université de Princeton, a été récompensé par le prix Abel, l'équivalent du prix Nobel pour les mathématiques. L'Académie des Sciences et des Lettres de Norvège a qualifié le scientifique « d'architecte en chef de la majorité des ponts unissant le monde des systèmes déterminés (dynamiques) aux systèmes des probabilités (stochastiques) ».

Ses apports incluent des travaux pionniers dans le domaine de la théorie ergodique étudiant les tendances des systèmes dynamiques à passer par tous les états possibles conformément à certaines lois, ainsi que la mécanique statistique s'intéressant aux comportements des systèmes composés d'un grand nombre de particules tels que les molécules de gaz.

5. Du plancton dans la Station Spatiale Internationale

Source : Service de presse

Fin août dernier, les cosmonautes russes Oleg Artemev et Alexandre Skvortsov ont fait une découverte surprenante : ces derniers ont identifié des traces de plancton marin sur les parois de la Station Spatiale Internationale, pratiquement dans l'espace.

Les scientifiques analysent actuellement la question de la sécurité des personnes au cours d'un vol vers Mars en lien avec la survie de micro-organismes et de bactéries. Si ces bactéries sont susceptibles de survivre et de muter dans l'espace, le système immunitaire affaibli des cosmonautes pourrait ne pas être en mesure de faire face à une infection dans l'espace.  

6. La Triazavrine contre le virus Ebola

Source : Service de presse

D'ici la fin de l'année 2014, les pharmacies de Russie vont recevoir un nouveau type de médicament antiviral : la Triazavirine. Ce médicament a été développé par les scientifiques de l'Institut chimique et technologique de l'Université fédérale de l'Oural.

Ce nouveau traitement s'avère efficace contre un grand nombre de virus et d'infections et pourrait être utilisé pour soigner les malades atteints par Ebola. Les scientifiques russes estiment que la Triazavirine pourrait connaître le même destin que l'aspirine, utilisée par l'humanité depuis près de 150 ans.

7. L'astéroïde 2014 UR-116

Source : Service de presse

Fin octobre, le réseau russe de télescopes-robots « Master » a découvert un nouvel astéroïde baptisé 2014 UR-116 et représentant une menace potentielle pour la Terre. Ce dernier est 20 fois plus grand que la météorite de Tcheliabinsk qui s'est écrasée sur Terre en février 2013. La trajectoire de ce corps céleste passe à proximité de Vénus et de Mars. Il existe dans le même temps une probabilité pour que l'astéroïde dévie de sa trajectoire en direction de notre planète.

8. Des mammouths en Russie ?

Crédit : ITAR-TASS

En septembre dernier, des scientifiques russes ont commencé à travailler en vue de cloner des mammouths. En Iakoutie, l'une des régions les plus septentrionales de Russie, un centre international d'utilisation collective de paléontologie moléculaire a ouvert ses portes afin d'étudier les cellules d'animaux préhistoriques dans le cadre du projet « Renaissance des mammouths ».

75% des mammouths mis à jour dans le monde ont été découverts dans les profondeurs de la Iakoutie. Chaque année, de nouveaux spécimens de l'animal des glaces sont découverts. Après l'installation des équipements génétiques nécessaires, les Russes vont commencer à travailler à l'isolement de l'ADN et au clonage des mammouths. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.