Comment bâtir un monde en trois dimensions ?

Crédit photo : service de presse

Crédit photo : service de presse

Les concepteurs de l'application mobile GeoCV travaillent avec l'avenir pour ligne de mire : ces derniers souhaitent créer un monde en trois dimensions et développer des applications dédiées aux appareils qui seront bientôt disponibles sur le marché.

L'idée de GeoCV (une application permettant d'obtenir une modélisation en trois dimensions d'un espace à l'aide de terminaux mobiles équipés de senseurs 3D) est née lorsque leurs auteurs ont pris conscience de la nature tridimensionnelle de notre environnement. La majorité des outils de capture numérique restent à ce jour en deux dimensions. Les photographies, les plans ainsi que les rares modèles en 3D sont projetés sur des écrans plats. Toutefois, de l'avis du directeur général de GeoCV Anton Iakoubenko, ancien du laboratoire d'infographie de la faculté de mathématiques appliqués de l'Université d'État de Moscou, une révolution tridimensionnelle mondiale se profile à grands pas. Dès l'an prochain, des Smartphones et tablettes seront dotés de capteurs 3D mesurant la distance séparant chaque point d'un objet. GeoCV travaille à la création d'une application mobile dédiée à ces futurs terminaux mobiles.       

« Le monde va s'y habituer »

L'objectif principal de GeoCV est de permettre à l'utilisateur d'obtenir un modèle en trois dimensions photoréaliste d'un bâtiment de manière rapide, simple et surtout à un coût moindre qu'en utilisant un équipement spécial et le travail manuel de spécialistes.

GeoCV rend possible la numérisation d'un appartement ou un bureau. Le modèle 3D est ensuite disponible en ligne. L'espace virtuel peut être examiné sous n'importe quel angle, l'on peut y apporter toutes les modifications possibles et tester le design intérieur.

Les concepteurs de l'application estiment qu'à l'avenir, de nouveaux usages des contenus 3D feront leur apparition. Le monde s'y habituera d'ici quelques années, de la même façon que le public s'est habitué à voir les photographies en couleur remplacer le noir et blanc. Des appareils mobiles dotés de senseurs 3D font déjà leur apparition sur le marché.  

« Les grandes sociétés comme Google, Apple et Samsung incorporent des scanners 3D dans chaque appareil mobile. Nous voulons devenir l'antivirus Kaspersky dans le domaine du scanning 3D de masse », explique Anton Iakoubenko. Tout cela reste cependant des perspectives de long terme.

À portée de main

GeoCV commence à se frotter aux problèmes triviaux de mise en œuvre pratique. Le secteur immobilier a été identifié par l'équipe du projet comme un premier vivier de clients potentiels : plus précisément, le segment des visites virtuelles en 3D pour les biens mis en vente et les agents immobiliers. Les développeurs de l'application ont effectué un sondage auprès des agents et 70% d'entre eux se sont déclarés intéressés par cette technologie de visualisation en 3D leur permettant d'attirer des clients.

Crédit photo : service de presse 

Basculer vers la documentation en 3D rendra le travail des assureurs plus facile qu'avec des photographies et inventaires réalisés à la main. GeoCV rendra également plus aisé les prises de mesure d'un espace pour les designers d'intérieur ainsi que les vendeurs de meubles et de matériaux de construction. Ces derniers pourront également utiliser un modèle 3D pour concevoir le design et les réparations.

GeoCV prévoit de se lancer sur le marché mondial, en premier lieu aux États-Unis. 130 millions de logements y sont vendus, loués, assurés, estimés, réparés ou décorés. L'équipe en charge du projet s'est fixé un objectif ambitieux : faire en sorte que 5 millions de ces logements soient numérisés en 3D à l'aide de GeoCV.

Comme l'indique Anton Iakoubenko, le champ d'application de la technologie GeoCV est vaste : des musées virtuels à la création de contenus en 3D pour les jeux vidéos sur ordinateur, en passant par la navigation de robots domestiques.

Une longue route vers la 3D

GeoCV recherche actuellement des développeurs talentueux avec de l'expérience en matière de vision assistée par ordinateur et de design industriel. Selon Anton Iakoubenko, ces derniers sont peu nombreux en Russie. « Nous avons déjà examiné des centaines de CV et réalisé des dizaines d'interviews mais nous n'allons pas placer la barre moins haut. Nous voulons construire la meilleure équipe de startup dans le domaine de la vision assistée par ordinateur. Cette équipe sera capable de rivaliser avec nos concurrents russes parmi les grandes entreprises et les startups américaines et leurs millions de dollars d'investissements », indique-t-il.

Cette ambitieuse startup russe se trouve encore pour l'heure au stade du développement, au milieu du processus de transition d'un prototype brut à une version opérationnelle. Les concepteurs lanceront d'ici un an une version beta et conduiront une série de ventes test. GeoCV ne prévoit d'atteindre l'équilibre financier qu'à la fin de l'année 2016.

M. Iakobenko s'inspire du succès de la startup Magic Leap travaillant sur un appareil portable permettant de créer des objets virtuels dans un environnement réel : Google a injecté 542 millions de dollars dans le projet.

« Nous avions compris dès le départ que développer un projet informatique allait nécessiter une période de temps relativement longue. Il y a davantage de risques, mais le potentiel est énorme. La vague massive de la 3D ne fait que commencer et c'est aujourd'hui le meilleur moment pour fournir de gros efforts et se hisser au sommet », estime M. Iakobenko.

Commentaires de Vadim Soukhomlinov, Strategic Business Development Manager, Intel

Le scanning 3D est aujourd'hui en passe de conquérir le marché. On assiste à une transition des équipements professionnels et onéreux vers des produits destinés aux consommateurs : les fabricants prévoient dès maintenant d'intégrer des caméras 3D à leurs tablettes et Smartphones. On a vu émerger un grand nombre de développeurs de logiciels de scanning 3D et de manipulation des objets ainsi obtenus, ainsi que d'impression 3D.  

Les développeurs de GeoCV ont mis au point une technologie fournissant des images en 3D de haute qualité puis les combinant avec les informations en couleur en provenance d'une caméra ordinaire. Il est également possible de « coller » les cadres adjacents précisant les caractéristiques des objets. L'utiliser pour scanner un intérieur est tout à fait possible, des outils permettant de scanner un bâtiment sont d'ores et déjà disponible sur le marché, bien qu'ils soient chers et nécessitent un équipement spécial, tout en ne fournissant pas toujours d'informations de bonne qualité sur la texture.   

La solution de GeoCV permettant d'obtenir un modèle 3D de qualité photoréaliste à un coût moindre, tant en termes d'équipement que de services, dispose à cet égard de perspectives prometteuses sur le marché mondial.  

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.