Kalachnikov à l’assaut du marché civil

Crédit : PhotoXPress

Crédit : PhotoXPress

Au salon de l’armement terrestre Eurosatory 2014, qui se déroule actuellement à Paris, Andreï Kirissenko, conseiller du directeur général du groupe Kalachnikov, a annoncé la création de trois nouveaux modèles d’armes à feu. Le fonctionnaire a expliqué qu’il s’agit des Saïga-MK107, Saïga-9 et Saïga-12 modèle 340 dont les premières séries devraient être commercialisées au cours de cette année.

Nouveaux, précis, fiables

Ces fusils et carabines sont conçus pour le marché civil. Toutefois, le fabricant les a développés sur la base des armes de combat. Par exemple, la carabine de sport Saïga-MK107 est créée sur la base des fusils d'assaut Kalachnikov série 100. Comme son « homologue de combat », la seule carabine que le groupe Kalachnikov propose actuellement sur le marché civil est équipée d’un compensateur. Cette solution technique a permis à la nouvelle arme de réduire le recul et de multiplier la précision presque par deux. Kirissenko a annoncé que plusieurs prototypes du Saïga-MK107 avaient déjà été réalisés (pour le moment, ils n’utilisent que les cartouches étrangères Remington 233). Le groupe prévoit la création de carabines utilisant des cartouches répondant aux normes de l’OTAN (calibre 7,62х51) ainsi que des cartouches russes avec un calibre de 7,62х39 ou de 5,45х39 mm.

La carabine Saïga-9 a également un passé « militaire », car elle est conçue sur la base du pistolet-mitrailleur russe Vityaz-SN. Les concepteurs estiment qu’outre sa grande précision, l’attrait de cette carabine utilisant des cartouches 9х19 Parabellum est le haut degré de similitude avec le pistolet de combat déjà commercialisé. Ils estiment que l'aspect extérieur de l’arme pourrait attirer l’intérêt de nombreux acheteurs, russes comme étrangers.

Le fusil de tir sportif de vitesse Saïga-12 modèle 340 est le troisième modèle des nouvelles armes « civiles » sur lequel misent ses concepteurs. Il est conçu pour répondre aux besoins des athlètes et des représentants des forces spéciales. Saïga-12 modèle 340 est équipé d’un récepteur amélioré et d’un chargeur rapide. La capacité du magasin a également augmenté – il contient désormais 10 cartouches. Le frein de bouche réduit considérablement le recul et empêche au fusil de se « balader » après le tir. Les représentants du groupe estiment que cette arme pourraient être utilisée par les sportifs, mais aussi par les unités de police afin d’assurer l'ordre public.

Lutte contre les clones

Il convient de noter que le salon Eurosatory 2014 n’est pas la première occasion de présenter ces nouveaux modèles d’armes réalisées par la célèbre marque. Ils avaient déjà été exposés début 2014 au salon international d’armes à feu Shot Show 2014 aux Etats-Unis où le groupe Kalachnikov et la société Russian Weapon Company (RWC) ont signé un accord exclusif de vente des produits des armuriers d’Ijevsk aux Etats-Unis et au Canada. Le volume des exportations du groupe dans ces pays se situera entre 80 000 et 200 000 unités par an.

« En tant que distributeur exclusif, RWC aidera le groupe Kalachnikov à mener une politique cohérente dans le domaine des armes de sport et de chasse en Amérique du Nord », a assuré le directeur général adjoint des ventes et du marketing du groupe Kalachnikov Pavel Kolegov. « Cette collaboration nous permettra d’accroître notre part sur le principal marché d’armes civiles au monde ». 

La transaction constitue un signal indiquant aux autres acteurs du marché que Kalachnikov envisage sérieusement de conquérir ce nouveau créneau, ce qui est capital pour le groupe, estime l’expert militaire indépendant Igor Korotchenko. « Cela annonce l’adoption par Kalachnikov d’un modèle commercial classique – la poursuite du chiffre d’affaires, le marketing actif, une politique d’export agressive. C’est nécessaire non seulement pour relancer la marque, mais aussi pour conquérir de nouveaux marchés dont nous avons été expulsés par les fabricants d’armes clonées à bas prix », explique l’expert.

Un laissez-passer pour les marchés étrangers

Statistiques

Selon les statistiques du Service fédéral russe pour la coopération militaro-technique, la part des armes à feu dans les exportations russes s’est élevée à 1-2% pour l’année 2013.

En se concentrant sur les marchés des armes civiles, Kalachnikov n’abandonne pas sa « niche » traditionnelle » - la défense. Les exportations d’armes à feu russes se font actuellement via des contrats ponctuels, mais importants. Selon le directeur du Service fédéral russe pour la coopération militaro-technique Alexandre Fomine, ceci pourrait permettre d’engager des collaborations militaro-techniques avec des pays qui ne sont pas des acheteurs réguliers d’armes russes et d’accéder à de nouveaux marchés pour y proposer des armes à feu et des munitions, mais aussi d’autres gammes d’armes.

C’est pourquoi le groupe présente au salon Eurosatory 2014 ses meilleurs modèles d’armes de combat – des Kalachnikov de tous calibres, les lance-grenades GP-34, les fusils de précision Dragunov SVD et SVDS, les fusils de précision SV-98 et SV-99, le pistolet-mitrailleur Vityaz-SN, le fusil de combat 18.5 KSK, les systèmes d’artillerie guidés Krasnopol et Kitolov-2M.

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #Eurosatory2014


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.