Aviation : Soukhoï conçoit le chasseur du futur

60 chasseurs PAK-FA seront livrés entre 2016 et 2020. Crédit : Suhoi.org

60 chasseurs PAK-FA seront livrés entre 2016 et 2020. Crédit : Suhoi.org

Chez Soukhoï, les designers ont choisi d'allier la furtivité à une haute maniabilité pour concurrencer, avec le PAK-FA, le F-22 américain.

Le fascicule de brevet relatif au PAK-FA, publié par l'Agence Fédérale Russe de la Propriété Intellectuelle, dévoile la cinquième génération d'avions furtifs, au design largement influencé par les normes de faible visibilité au radar. En parallèle, les concepteurs russes sont prêts à sacrifier un peu de la furtivité de leur appareil, dans leur recherche d'une maniabilité extrême et d'excellents paramètres de vol.

D'après le fascicule, cette invention vise à obtenir un appareil presque invisible au radar, et doté d'une haute maniabilité pour des angles d'attaque élevés (proches de 90°, un exploit), tout en conservant un fort aérodynamisme à des vitesses subsoniques.

Sur l'écran radar

Le document explique que les concepteurs souhaitaient réduire la surface équivalent radar (SER) de l'appareil à « une moyenne de 0,1 à 1 m² ». À cette échelle, l'avion ressemblerait à un oiseau sur le radar ennemi, et serait presque impossible à détecter.

Le Soukhoï n'a pas à rougir face au chasseur furtif F-22 américain, dont les experts estiment la SER à 0,1 m² (Le chiffre exact est tenu secret). Les chasseurs de quatrième génération tels que les Soukhoï-27/30 et F-15E ont une surface SER comprise entre 10 et 15 m².

La visibilité radar de l'appareil est réduite en associant design et technologie, en particulier dans le dessin de la cellule d'aviation.

Un avion polyvalent

Les deux réacteurs du PAK-FA sont très écartés l'un de l'autre, dégageant assez d'espace pour une grande soute au milieu. Sur les plans horizontal et vertical, les prises d'air sont encore plus éloignées entre elles que les réacteurs, créant une courbe qui cache le compresseur et réduit le signal radar à l'avant de l'appareil.

Les réacteurs forment également un angle aigu avec l'axe vertical, créant une poussée vectorielle - domaine d'excellence de Soukhoï - dans les canaux longitudinaux, transversaux et de tangage. Les tuyères des réacteurs sont dirigées vers l'extérieur, ce qui leur permet  d'assurer en grande partie le contrôle de l'avion, même à basse altitude. La sécurité en vol en est donc significativement améliorée.

Les gouvernes placées au-dessus et à l'avant des réacteurs sont caractéristiques du PAK-FA, et sont la marque du génie typiquement russe en matière de design aéronautique. Elles peuvent pivoter vers le bas sur leur bord postérieur. Tout comme les becs de sécurité (slats), les gouvernes aident à contrôler l'appareil lorsqu'il se trouve à un angle d'attaque élevé. Les prises d'air situées de part et d'autre du fuselage sont biseautées sur deux plans, afin de conserver un flux d'air à des angles d'attaque élevés.

L'importance de l'équilibre

Il est difficile de comparer le PAK-FA avec le F-22 Raptor ou le F-35 Lightning, car les caractéristiques techniques de ces bijoux de technologie sont classées secret-défense. Cependant, les données disponibles montrent que les avions russes seraient moins furtifs que le F-22 à plus de 300 millions d'euros.

Les Russes ne semblent pas s'inquiéter outre mesure de l'avantage du F-22 en matière de furtivité. En effet, le PAK-FA est issu d'une approche stratégique radicalement différente, qui considère une extrême maniabilité comme un atout majeur. Les Américains, au contraire, ont préféré tout miser sur la furtivité, recourant à une quasi-invisibilité pour frapper leur cibles. Leur conception de la supériorité aérienne se résume par « être le premier à détecter, à tirer et à abattre l'ennemi ». Leur objectif - à vrai dire, leur espoir - étant de voir l'ennemi en premier sans être eux-mêmes détectés.

Néanmoins, l'espoir ne remplace pas une bonne préparation. Les Russes sont d'avis qu'il est toujours bon de savoir se défendre en combat rapproché. Tôt ou tard, l'avion furtif devra fondre sur sa cible pour l'abattre, et le combat sera alors inévitable. C'est là qu'intervient la grande maniabilité de l'appareil. Un avion furtif aussi lent, lourd, et mal armé que le F-35, risque fort d'être taillé en pièces s'il se mesure au PAK-FA.

Les guerres à venir permettront de trancher sur la meilleure approche à adopter : l'invisibilité totale, ou l'accent mis par les Russes sur la maniabilité. En attendant, les pilotes des forces aériennes russes ont hâte d être aux commandes d'un avion de rêve pour tout pilote de chasse.

Il leur faudra patienter encore un peu : d'après le programme national d’armement russe, 60 chasseurs PAK-FA seront livrés entre 2016 et 2020.

 

Et vous qu'en pensez-vous ? Donnez-nous votre avis en tweetant @larussie #avions


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.