Le cosmonaute Mikhaïl Tiourine : « Je n’ai pas vu d’OVNI dans l’espace »

Six heures après le lancement, Mikhaïl Tiourine a rempli sa mission d’honneur : il a livré la flamme olympique à bord de la station. Crédit : AP

Six heures après le lancement, Mikhaïl Tiourine a rempli sa mission d’honneur : il a livré la flamme olympique à bord de la station. Crédit : AP

Le 7 novembre, le vaisseau spatial habité Soyouz TMA-11M a entamé son voyage en direction de la station spatiale internationale avec, à bord, la flamme olympique des Jeux de Sotchi, elle a atteint l’orbite terrestre avec succès. Avant le lancement du vaisseau, le cosmonaute russe Mikhaïl Tiourine s’est entretenu avec Rossiyskaya Gazeta.

La flamme olympique a entamé son voyage le 7 novembre à 08.14. Les membres de l’équipage du Soyouz TMA-11M – le Russe Mikhaïl Tiourine, l'Américain Richard Mastracchio et le Japonais Koichi Wakata – ont apporté la torche vers la station spatiale. Le vaisseau spatial a ses propres caractéristiques olympiques : le lanceur et le vaisseau sont décorés de symboles des Jeux Olympiques. Six heures après le lancement, Mikhaïl Tiourine a rempli sa mission d’honneur: il a livré la flamme olympique à bord de la station.

La flamme a été accueillie par les cosmonautes russes Oleg Kotov et Sergueï Riazanski. Elle devra parcourir tous les segments de la station spatiale internationale, tous les membres d’équipage de la station participeront à la procédure d’honneur. Un seul hic : la flamme ne sera pas allumée. Cela est impossible, les consignes de sécurité dans l’espace sont suivies à la lettre.

Mikhaïl, il s’agit de votre troisième vol, n’est-ce pas ?

Mikhaïl Tiourine: J’ai déjà participé à deux expéditions vers la station spatiale internationale. Au total, j’ai passé environ un an en orbite. J’ai fait cinq sorties dans l’espace et, une fois, j’y ai même joué au golf : j’ai lancé une balle avec une crosse. 

Vous êtes ingénieur de formation. Comment êtes-vous devenu cosmonaute ?

Oui, je suis diplômé de l’Institut d’aviation de Moscou, j’ai travaillé chez RKK Energia. Mais tout ingénieur est curieux de voir les résultats de son travail. Et un jour, on m’a demandé : « Pourquoi ne veux-tu pas devenir cosmonaute ? » Je me suis dit : « Comment ça, je ne veux pas ? En 1994, je suis devenu cosmonaute. Trois ans plus tard, j’ai été affecté à un équipage. En 2001, j’ai effectué mon premier vol dans l’espace.

Qu’est-ce qui vous impressionne le plus dans l’espace ?

Mikhaïl Tiourine: La beauté de notre Terre. J’ai toujours envie de passer tout mon temps libre collé au hublot. Vous verriez les couleurs ! Impossible de s’en lasser.

Emportez-vous votre appareil photo avec vous ?

Bien sûr. A bord, nous avons de très bons appareils photos, caméscopes, objectifs, lentilles. La Maison centrale des artistes à Moscou a organisé une exposition personnelle de mes photographies intitulée « Terre : vue d’en haut ».

Est-il vrai qu’il est possible de lire, par exemple, la page d’un journal entre les mains de quelqu’un à partir de l’espace ?

Non, bien sûr que non. Et je ne crois pas que cela sera possible un jour. Du moins à partir de la station spatiale internationale.

Comment les cosmonautes entretiennent-ils leurs muscles en apesanteur ?

La station dispose de nombreux appareils de musculation. Nous nous entraînons deux-trois heures au quotidien, au minimum.

Je me demandais, quelle est la vitesse de parcours d’un signal de communication de la station à la Terre ?

Il y a un décalage d’une demi-seconde. Presque comme pour la téléphonie IP. Mais cela n’est pas lié à la grande distance qui les sépare.

Pouvez-vous prendre une douche en orbite terrestre ?

C’est interdit. Pour nous rafraîchir, nous utilisons des lingettes et des serviettes humides. Mais l’envie d’une vraie douche nous pousse à constamment tester différents dispositifs.

Question éternelle: avez-vous vu quelque chose d’inexplicable dans l’espace ?

Un ONVI ? Jamais. Je peux même vous dire que je ne connais personne qui aurait dit : oui, j’en ai vus.

Article original publié sur le site de Rossiyskaya Gazeta

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.