Nouvelles perspectives au Salon du Bourget

Le biplace d’entraînement Yak-130. Source : Service de Presse

Le biplace d’entraînement Yak-130. Source : Service de Presse

Les constructeurs russes vont présenter trois avions au salon, dont deux appareils militaires jamais montrés en Occident. Mais le consortium vise aussi le marché civil des avions de ligne.

La nouvelle fierté de l’armée de l’air russe, le Su-35, va exécuter un vol de démonstration cette année au Bourget. Ce sera une première mondiale pour cet appareil, qui n’a jamais volé publiquement à l’étranger.

Onze exemplaires de ce chasseur de quatrième génération équipent déjà l’armée russe, douze supplémentaires lui seront livrés cette année et une série distincte de 48 appareils entrera en service à partir de 2015.

L’autre grande nouveauté russe du Bourget sera le Yak-130. Nettement moins connu que ses cousins venant de chez Sukhoi, le Yak-130 va néanmoins susciter beaucoup d’intérêt parmi les spécialistes. Ce biréacteur biplace d’entraînement subsonique est l’un des derniers nés de l’industrie militaire russe. Sa silhouette ramassée le rend reconnaissable de très loin.

L’appareil se décline dans des versions de chasse légère, d’appui feu et de reconnaissance. Son coût modeste [autour de 15 millions de dollars, ndlr] le rend accessible à plusieurs armées régulières du monde et il est d’ores et déjà opéré par les armées de l’air russe et algérienne, tandis que les négotiations avec plusieurs pays sont en cours. 

Ces deux appareils militaires guettent des contrats à l’étranger. Andrei Mouraviev, porte-parole d’OAK, laisse entendre que Le Bourget verra de nouveaux contrats pour les avions russes. 

Sur le versant civil, le Superjet 100 de Sukhoi reste l’appareil phare sur lequel sont concentrés l’essentiel des efforts commerciaux d’OAK. Un nouvel exemplaire effectuera un vol de démonstration au salon. Il s’agit d’un appareil de la série livrée à la compagnie mexicaine Interjet.

Le constructeur souligne que l’intérieur a été conçu par la célèbre firme italienne Pininfarina.

Une source chez OAK indique que le consortium attend beaucoup de la présentation qui sera faite par Interjet de la nouvelle série : « Ils vont expliquer au public du Bourget pourquoi ils ont acheté cet appareil et commandé cet intérieur de Pininfarina a été réalisé spécialement pour leurs besoins ».

Interjet, qui a commandé 20 exemplaires plus 10 en option, est la première grosse compagnie occidentale à avoir opté pour l’avion régional russe. Le Superjet 100 doit faire face à la concurrence féroce de deux grands constructeurs déjà bien implantés sur le segment des avions régionaux de 100 places, à savoir le canadien Bombardier et le brésilien Embraer.

Une nouvelle maquette du moyen courrier MS-21 élaborée  par OAK sera également présentée au public du salon. Le gouvernement russe a en effet confié au consortium la tâche d’investir le marché civil des avions de ligne aujourd’hui dominé par Boeing et Airbus.

OAK est l’acronyme russe pour « Compagnie aéronautique unifiée », qui regroupe les grands noms de l’industrie comme MiG, Iliouchine, Tupolev, Yakovlev, Beriev, Irkut et Sukhoi. Le consortium appartient en majorité au gouvernement et, pour une petite partie, à des actionnaires privés.

Pratiquement tous les avions russes actuels, civils ou militaires, sont conçus et produits par OAK. Le consortium a produit une centaine d’appareils en 2012 et va porter sa production à 130 cette année, avec une forte croissance de la part des avions civils. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.