Les experts russes redoutent une guerre mondiale d'ici dix ans

Les spécialistes de la MGU avaient analysé les cycles économiques et le niveau d'agression militaire dans le monde au cours des 200 dernières années, arrivant à la conclusion que les deux guerres mondiales et les cycles économiques étaient synchronis

Les spécialistes de la MGU avaient analysé les cycles économiques et le niveau d'agression militaire dans le monde au cours des 200 dernières années, arrivant à la conclusion que les deux guerres mondiales et les cycles économiques étaient synchronis

La prochaine guerre mondiale pourrait débuter au cours des 10 prochaines années, mais sa nature - « froide » ou « chaude » - ne peut être prédite, a déclaré au début du mois d'avril le professeur de l'Université d'Etat de Moscou (MGU), membre de l'organisation non-gouvernementale de recherche « Académie des sciences militaires », Sergueï Malkov.

« Au cours des 10 prochaines années, nous ferons face à une forte instabilité politique et technologique », a-t-il déclaré lors d'une réunion du groupe de travail sur la formation des cadres du complexe militaro-industriel auprès du Conseil présidentiel sur la science et l'éducation, rapporte Interfax.

L'académicien s'appuie sur la théorie des cycles économiques développée par l'économiste soviétique Nikolaï Kondratiev. Selon cette théorie, l'économie mondiale se développe selon des cycles. Chaque « cycle de Kondratiev » - ou « vague », comme on les appelle également - dure entre 40 et 60 ans. L'alternance des cycles est le fruit des révolutions techniques et scientifiques.

Chaque vague se compose de deux phases : ascendante, quand on observe des taux de croissance économique relativement élevés, et descendante - avec des taux de croissance relativement faibles. En plus des vagues de Kondratiev, la théorie économique s'appuie sur les cycles moyens de Jougliar, qui durent de 7 à 12 ans, et les cycles de longue durée de Kouznets (16-25 ans).

Malkov a souligné que les spécialistes de la MGU avaient analysé les cycles économiques et le niveau d'agression militaire dans le monde au cours des 200 dernières années, arrivant à la conclusion que les deux guerres mondiales et les cycles économiques étaient synchronisés.

« Dans quelle situation sommes-nous? Nous nous trouvons à la fin de la cinquième vague de Kondratieff et dans la transition vers la sixième base technologique, a déclaré M. Malkov. Désormais, nous attendons la quatrième guerre mondiale, et elle aura lieu dans les 10 prochaines années ».

Le secrétaire scientifique de la section de l'Académie des sciences militaires, candidat ès sciences techniques, rédacteur en chef adjoint du magazine Stabilité stratégique Viktor Kovalev rejoint son collègue et précise : « Malkov a dit qu'il existait certains modèles. On voit actuellement s'achever, à peu près en même temps, le grand cycle de Kondratiev, le cycle Jougliar, et le cycle de Kouznets. L'analyse rétrospective de l'histoire du monde montre que dans ces moments-là, une « grande guerre » est très probable. C'est un moment de forte instabilité politique. D'énormes changements attendent le monde ».

Selon lui, la sortie de la crise mondiale de 2008-2010 ne débouchera pas sur une croissance durable. Au contraire, une nouvelle crise économique mondiale est très probable dans un avenir proche. Celle-ci conduira à une « forte instabilité sociopolitique, à des bouleversements sociaux et à des conflits militaires. »

« Au cours de la période 2014-2025, on s'attend à de grands changements géopolitiques et géoéconomiques (des changements analogues ont ponctué la période 1937-1955), ce qui ouvrira des opportunités pour la propagation mondiale de nouvelles technologies de pointe », a déclaré Kovalev. Toutefois, il a noté que cela ne signifiait pas qu'au cours des 10 prochaines années « on mobiliserait une armada d'avions et de missiles de croisière, et que des bombes nucléaires allaient exploser. »

« La guerre peut également se produire sur d'autres fronts, notamment au niveau mental, avec l'utilisation illimitée d'autres moyens, y compris l'activité terroriste sur le territoire de l'ennemi. Mais elle n'en est pas moins destructrice pour autant », a fait savoir M. Kovalev cité par le journal Vzgliad.

Questionnés sur les parties du monde susceptibles de générer un nouveau conflit mondial, Kovalev a déclaré : « Les régions qui sont susceptibles de devenir la scène de conflits sont l'Extrême-Orient, le Proche et Moyen-Orient, l'ex-Union soviétique, en particulier le Caucase, l'Ukraine et certains pays d'Asie centrale, le Pakistan et l'Inde ».

L'expert estime que la Corée du Nord ne provoquera pas le début d'une nouvelle guerre mondiale. « La Corée ne fera pas le premier pas vers une telle aventure. C'est un pays très pacifique », insiste Kovalev.

Article basé sur les matériaux d'Interfax et Vzgliad.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.