Les TIC contre la bureaucratie

Source : service de presse

Source : service de presse

Le jeune homme d’affaires russe Maksim Lagoutine, 23 ans, a inventé une arme puissante contre la bureaucratie. Il s’agit d’une véritable panacée pour les entrepreneurs qui ont à leur disposition les données privées de leurs clients ou employés : pour 194 à 1240 euros par an, le service en ligne de M Lagoutine délivrera pour eux tous les documents exigés par le gouvernement. Et dans tous cas, l’on peut ne plus avoir peur d’inspections : l’assurance proposée par la start-up couvrira toutes les amendes.

En février dernier, plus de 40 grandes entreprises du monde entier, dont Twitter, Facebook, Apple et Microsoft, ont subi une cyber attaque sans précédent. Le service de sécurité informatique de Microsoft, attaqué le dernier, a notamment annoncé que les hackers n’avaient pas réussi à voler les données des utilisateurs. Parmi les sociétés stockant leurs données confidentielles dans le nuage de Microsoft figurait notamment B-152, la création de Maksim Lagoutine et l’une des premières entreprises privées se spécialisant dans la protection des données personnelles.

La société a été baptisée en « l’honneur » de la loi fédérale russe no152. En raison d’un amendement adopté en 2011, cette loi oblige toutes les sociétés à traiter les données privées de leurs employés et clients selon un  certain modèle et à en rendre compte au Roskomnadzor, service fédéral russe de contrôle des communications. Les autorités ont donné aux compagnies du pays un an pour réorganiser leurs documents.

Maksim Lagoutine Source : service de presse

À l’époque, Maksim Lagoutine faisait ses études à l’Université d’État russe du tourisme et des services, essayant d’obtenir un diplôme du spécialiste en matière de la protection de l’information. « A ce moment-là, j’ai déjà terminé mon programme de protection des données personnelles. Ce secteur ne faisait alors qu’émerger, et j’ai décidé d’inspecter un peu le marché. D’abord, j’ai cherché sur le web la phrase +protection des données personnelles+, et j’ai été vraiment impressionné par les prix de ce service, qui étaient très élevés. Ensuite, j’ai étudié les statistiques des requêtes, et j’ai pu constater une croissance de ce secteur. C’est ainsi que j’ai choisi ma profession », raconte Maksim.

La stratégie choisie par le jeune homme était très simple : automatiser la préparation des documents concernant la protection des données personnelles afin de faire baisser le prix du service et attirer ainsi des clients. Pour apprendre les détails des activités dans ce domaine, Maksim a obtenu un emploi au sein d’une compagnie du secteur. Juste trois mois plus tard, ayant appris toutes les nuances, Maksim a lancé en mai 2011 sa start-up B-152. Six mois plus tard, son projet est déjà devenu rentable.

Pour démarrer, les créateurs ont investi dans le projet près de 19.000 euros provenant d’un investisseur privé en échange d’une participation importante dans la compagnie. À l’étape de la création de la version béta du programme, l’équipe de B-152 a versé dans le projet encore près de 2.300 euros. Les représentants de la compagnie refusent de dévoiler les chiffres d’affaires actuels, mais notent que le projet a attiré en 2012 encore 19.350 euros d’investissement, ce qui a permis à gagner au total près de 62.000 euros.

D’après les analystes, le start-up a un bon potentiel, car le marché russe de protection des données personnelles est en forte croissance. L’année dernière, la société de recherche International Data Corporation a prévu une augmentation du marché russe de sécurité informatique de plus de 30%, rapporte servernews.ru. Et parmi les facteurs principaux de cette croissance figure le besoin de respecter les nouvelles normes gouvernementales, imposées aux compagnies, estiment les experts.

}

« Le service B-132 constitue un ensemble de formulaires Web contenant des questions simples. Quand le client remplit ses formulaires, le service analyse automatiquement les données d’entrée et forme les documents. Le client peut ensuite télécharger ce qui est nécessaire pour son entreprise. Le service permet non seulement de préparer tous les documents exigés, mais aussi de les actualiser, car en cas de tout changement de la législation russe, les documents seront changés automatiquement et le client n'aura qu'à les télécharger de nouveau », explique Maksim Lagoutine.

L’avenir de B-152 dépendra de la rapidité de sa propagation parmi les clients, dit Roman Tkatchouk, analyste du groupe d’investissement Nord-Capital. Parmi les clients actuels de la compagnie figurent principalement des moyennes et petites entreprises de divers secteurs, près de 1.500 au total.

Le tarif se chiffre entre 194 et 1240 euros par an, en fonction du service choisie (la variante moins chère ne comprend que la préparation des documents et leur actualisation, tandis que l’option la plus chère inclut même l’assurance contre un défaut d’inspection du Roskomnadzor et des conseils d’experts).

Le Roskomnadzor, quant à lui, surveille très attentivement les activités de B-152. L’organisation a même découvert récemment que le site de la start-up contenait une version obsolète d’une des lois en matière des données personnelles et l’a annoncé à la direction. La faute a été immédiatement corrigée, assure M.Lagoutine.

D’après Roman Tkatchouk, le nombre de clients de B-152 pourrait augmenter à la suite de l’augmentation des amendes pour la divulgation des données personnelles. Pour l’instant, le taux des amendes est modéré, c’est pourquoi certaines compagnies ne sont pas prêtes à dépenser de l’argent pour augmenter leur sécurité informatique, explique l’expert. Mais le ministère russe de l’Économie et du Développement a déjà publié un projet d’amendements du Code administratif augmentant de 50 fois ces amendes qui se chiffreront entre 5.000 et 17.800 euros.

L’équipe de B-152 envisage cependant d'initier une expansion. « En Russie, B-152 a un potentiel énorme. Mais le projet a été conçu spécialement pour le marché russe et les exigences du Roskomnadzor, et ne réussira probablement pas à s’installer dans d’autres pays. Toutefois, il pourrait se présenter comme intéressant aux clients sur le territoire de l’ex-URSS », disent les experts de Nord-Capital.

Les dirigeants de B-152, quant à eux, envisagent de mener une expansion de plusieurs façons. Ainsi, ils projettent de fournir aux entreprises des serveurs pour stocker leurs données. Les services de ce genre, c’est l’avenir, estime Maksim Lagoutine.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies