De la vie dans les eaux bouillantes du Kamtchatka

Au cours de ces expéditions, des scientifiques sibériens ont également pu étudier l’eau dans la vallée des geysers et dans la caldeira du volcan Ouzon. Crédit : Alexeï Koudenko/RIA Novosti

Au cours de ces expéditions, des scientifiques sibériens ont également pu étudier l’eau dans la vallée des geysers et dans la caldeira du volcan Ouzon. Crédit : Alexeï Koudenko/RIA Novosti

Des études sur les systèmes biologiques en développement dans des conditions extrêmes ont été conduites pendant trois ans dans les sources du volcan Ouzon, dans la vallée des geysers et dans la vallée de la mort. Résumant les résultats de leur travail, les généticiens de la branche sibérienne de l’Académie des sciences de Russie ont présenté les résultats de l’étude des micro-organismes thermophiles recueillis durant l’été 2012.

Des généticiens de Novossibirsk ont trouvé des algues filamenteuses vert foncé qui survivent à des températures allant jusqu’à 98 degrés lors d’une expédition dans la vallée des geysers au Kamtchatka.

Des études sur les systèmes biologiques en développement dans des conditions extrêmes ont été conduites dans les sources du volcan Ouzon, dans la vallée des geysers et dans a vallée de la mort. Certaines communautés microbiennes ont été trouvées et examinées pour la première fois. En tout, on a retrouvé huit types de communautés microbiennes dans les sources d’eau chaude de la caldeira du volcan Ouzon. Le plus grand intérêt pour la science sont les filamenteuses bactéries du soufre qui vivent dans les sources chaudes de soufre. Elles survivent à des températures supérieures à 60 degrés.

Au cours de ces expéditions, des scientifiques sibériens ont également pu étudier l’eau dans la vallée des geysers et dans la caldeira du volcan Ouzon. On a pu recueillir des données sur la teneur en mercure.

« Les microbiologistes ont établit que la plupart des sources, dont l’eau est utilisée comme boisson et pour des usages domestiques, contiennent du mercure à des concentrations qui ne dépassent pas le seuil tolérable », a-t-on déclaré dans le communiqué.

Paru sur le site de RIA Novosti le 30 janvier 2013.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.