Espace : la Russie fixe les priorités pour 2020

En 2015, on prévoit que 95 véhicules spatiaux russes se trouveront dans l'espace, ce nombre devant passer à 113 d'ici 2020. Crédit : AFP/East News

En 2015, on prévoit que 95 véhicules spatiaux russes se trouveront dans l'espace, ce nombre devant passer à 113 d'ici 2020. Crédit : AFP/East News

L'Agence spatiale fédérale (Roskosmos) a publié le programme d'Etat « Activité spatiale de la Russie pour 2013-2020 ». Les principaux objectifs du document sont, en particulier, l'augmentation de la production de fusées et de technologie spatiale afin d'occuper 16% du marché mondial d'ici 2020 ; le déploiement et la maintenance des groupes orbitaux d'équipements russes à vocation scientifique et socio-économique (y compris le segment russe de la Station spatiale internationale) ; la modernisation des cosmodromes de Plessetsk et de Baïkonour, la construction du centre spatial de Vostochny dans la région de l'Amour (Extrême-Orient), ainsi que la création des conditions nécessaires à l'élargissement des services proposés, en se basant sur les résultats de l'activité spatiale. 

Le résultat du programme d'Etat doit être la création et la mise en service des fusées spatiales « Angara-A5 », la construction de la première (2015) et deuxième (2018) tranche du cosmodrome de Vostochny. En 2015, on prévoit que 95 véhicules spatiaux russes se trouveront dans l'espace, ce nombre devant passer à 113 d'ici 2020. Le document évoque séparément le développement de GLONASS : en 2015, le système doit assurer une localisation d'une précision de l'ordre de 1,4 m, et en 2020 d'environ 0,6 m. Dans le domaine de la recherche fondamentale, la création de trois observatoires spatiaux est prévue (Spektr-UF, Spektr M et Gamma-400), ainsi que les missions des appareils orbitaux Luna-Glob et de la sonde d'atterrissage Luna-Résours.

Le principal problème que doit résoudre le programme d'Etat est lié à la création de systèmes spatiaux russes à vocation scientifique et socio-économique réellement utiles pour les consommateurs. Le document note que l'industrie russe de construction de fusées occupe dans l'ensemble sur le marché une « niche relativement stable, juste derrière les Etats-Unis et l'Europe ». Par exemple, en 2011, la part de la Russie dans la production mondiale de fusées et de technologie spatiale était de 10,7%. Le programme national prévoit une nouvelle augmentation de la part de la Russie sur le marché mondial à 14% en 2015 et à 16% d'ici 2020.

Pour atteindre ces objectifs, l'Agence spatiale fédérale propose d'introduire plus activement des techniques prometteuses de fabrication de machines, de conception d'instruments et de science des matériaux, ainsi que d'améliorer le développement de la base expérimentale en vue de la conception de technologies spatiales de pointe. En outre, selon le document, l'une des priorités sera d'améliorer la gestion de l'industrie russe de construction de fusées et d'équipement spatial, en mettant en œuvre un ensemble de mesures pour sa restructuration et son rééquipement technique. Une attention particulière sera accordée au développement des sphères d'activité dans lesquelles la Russie possède un avantage concurrentiel – la prestation de services pour la mise en orbite de charges utiles, la construction de moteurs de fusée et les vols spatiaux habités.

« En adoptant ce programme d'Etat, nous pourrons procéder à la préparation de l'ébauche de programme spatial fédéral pour 2016-2025, étant donné qu'aujourd'hui nous comprenons non seulement ce qu'il faut faire, mais aussi combien d'argent nous sera alloué », a déclaré une source de Kommersant au sein de l'agence spatiale.

Pour la réalisation du programme d'Etat pour 2020, on débloquera environ 2.100 milliards de roubles (52,5 mds EUR), y compris de sources extrabudgétaires.

Publié sur le site de Kommersant le 14 janvier 2013.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.