Matchs de tennis truqués : la Russie réagit au scandale

Shamil Tarpischev, président de la Fédération russe de tennis (FRT).

Shamil Tarpischev, président de la Fédération russe de tennis (FRT).

Kommersant
Le dirigeant de la Fédération russe de tennis juge peu convaincantes les conclusions de la BBC.

Shamil Tarpischev, président de la Fédération russe de tennis (FRT), considère que les accusations contre des tennismen de premier plan, soupçonnés d’avoir truqué des matchs, sont infondées. « Je suis persuadé que ce n’est rien d’autre qu’une opération de com’, à laquelle nous ne devons pas réagir », a déclaré Tarpischev dans une interview à l’agence TASS.

Tarpischev a également fait remarquer que la participation de tennismen célèbres à des matchs  truqués n’avait encore jamais été prouvée. « S’il y avait la moindre preuve, il y a longtemps que quelqu’un aurait été disqualifié », a déclaré le fonctionnaire russe à TASS.

De son côté, la joueuse russe Maria Sharapova a exprimé l’espoir qu’il n’existait pas de matchs truqués dans le tennis. « Pour moi, le sport en lui-même a toujours eu beaucoup plus d’importance que l’argent », a déclaré la sportive selon des propos rapportés par le service de presse de l’Open d’Australie.

Le 18 janvier, BBC et BuzzFeed News ont annoncé avoir pu accéder aux résultats d’une enquête de l’Association des tennismen professionnels (ATP) lancée dès 2007.

La BBC affirme que ses employés ont obtenu des documents prouvant l’activité de syndicats de paris en Russie, au nord de l’Italie et en Sicile, qui ont gagné des centaines de milliers de livres sterling en dix ans en organisant des paris sur des matchs qui, selon les auteurs de l’enquêtes, étaient truqués. De nombreux joueurs professionnels seraient soupçonnés d’avoir participé à ces matchs, parmi lesquels des vainqueurs des tournois du Grand Chelem.

Une commission indépendante au sein de l’ATP a commencé à enquêter ces matchs truqués présumés en 2007, quand des doutes sont apparus sur la possible implication dans l’achat de matchs du tennisman russe Nikolaï Davydenko. L’attention de l’association avait été attirée, entre autres, par le match du russe contre l’argentin Martin Vassalo Arguelo au tournoi de Sopot (Pologne), dans lequel Davydenko, malgré son statut de favori, avait déclaré forfait pour cause de blessure. Finalement, un an plus tard, le Russe et l’Argentin avaient été blanchis.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.