A Sotchi, le FC Barcelone à la recherche du nouveau Messi

Sportivo
Cet été, des centaines d’enfants ont réalisé des stages de football dans le centre de formation du FC Barcelone à Sotchi (littoral de la mer Noire). RBTH s’est rendu sur les lieux pour savoir si les entraîneurs catalans ont trouvé la perle rare en Russie.

Sotchi. Août 2015. 08h30. Le mercure affiche 30 degrés. Le mieux serait d’aller se baigner. Mais les enfants du camp de football du FC Barcelone n’ont pas le temps d’y penser. Ils sont déjà en plein entraînement.

Cette année, le célèbre club catalan a ouvert un centre de formation en Russie. Les organisateurs ont opté pour la ville la plus sportive de Russie, Sotchi, forte d’un riche héritage suite aux Jeux olympiques d’hiver de 2014. La ville peut également se vanter d’infrastructures touristiques développées et d’un climat subtropical qui permet de s’entraîner en plein air été comme hiver.

JouercommeMessi

Le centre a rassemblé des enfants et adolescents de 6 à 13 ans. Au cours de deux mois, l’école « blaugrana » (bleu et grenat) a accueilli environ 400 galopins. Chacun possède son niveau de formation, mais tous cultivent l’amour du football et souhaitent ardemment se perfectionner. Selon l’entraîneur principal du camp, Sergi Pi, il est difficile de détecter aussi jeune un nouveau Messi. « A cet âge-là, il est très compliqué de savoir qui d’entre eux sera la perle rare. Aujourd’hui, l’objectif essentiel de Barcelone est de les initier à la méthode et de faire en sorte que les enfants s’en donnent à cœur joie et prennent du plaisir au football », a-t-il indiqué.

A première vue, il est impossible de changer radicalement la manière de jouer d’un footballeur en dix jours, le temps d’un séjour. En réalité, les garçons font un long chemin en ce bref laps de temps. Les sportifs s’initient aux manœuvres tactiques, apprennent la stratégie du contact visuel et acquièrent l’art de voir le terrain, ce qui est crucial pour comprendre non seulement le jeu de FC Barcelone, mais le football en général.

Barcelonecréelademande

Les activités du centre ont été divisées en six séjours : le premier a commencé le 12 juin et le dernier s’est terminé le 17 août. Les entraîneurs choisiront maintenant les deux meilleurs joueurs, qui passeront une semaine au centre de formation La Masia à Barcelone. Les parents des jeunes sportifs n’ont eu l’occasion de voir leurs enfants que le jour d’ouverture et de clôture. Le reste du temps, les papas et les mamans n’étaient pas admis dans le centre.

Le stage au centre de Sotchi était accessible à tout un chacun, indépendamment de son niveau de formation. Après l’inauguration du centre, la nouvelle de son existence est apparue sur des dizaines de sites internet russes. Et les candidats ne manquaient pas. Le nombre de demandes a atteint le double du nombre de places disponibles et ce, malgré le coût assez élevé du stage (un séjour de dix jours coûtait environ 1 800 euros, ce qui est pourtant bien moins cher qu’en Europe).

Foot vs. plage

Certains ont eu la chance de revenir dans le centre. Maxime Solomon de Moscou a eu droit à deux séjours. « A mon retour, je raconterai à tout le monde que j’y ai passé un très bon moment et rencontré beaucoup de nouveaux amis. Nous formons une équipe. Je voudrais jouer très bien et j’ai eu l’occasion de m’entraîner. J’ai appris à faire ce que je voulais et je ne regrette pas d’avoir passé l’été ici au lieu de me reposer ailleurs », a-t-il dit à RBTH.

Après leur séjour, les jeunes pousses s’en vont avec des connaissances et des émotions plein les valises et avec un diplôme de l’école internationale, été remis lors de la cérémonie solennelle de clôture. Chacun avoue qu’il serait revenu avec plaisir. Deux autres séjours sont prévus pour l’automne prochain. Cette fois-ci, il y aura deux centres : à Sotchi et à Moscou.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.