Football : Moscou durcit les mesures contre les hooligans

Conformément aux nouvelles normes, les organisateurs des événements sportifs sont eux-mêmes responsables de la sécurité des stades. Crédit : Itar-Tass

Conformément aux nouvelles normes, les organisateurs des événements sportifs sont eux-mêmes responsables de la sécurité des stades. Crédit : Itar-Tass

La soi-disant « loi sur les fans », qui réglementera le comportement des supporters sur les stades, est entrée en vigueur en Russie. Désormais les hooligans seront tout simplement interdits d'assister aux matchs de football, et tous les stades seront dotés de services de sécurité.

La « loi sur les fans », visant à contrer les actions des hooligans lors des matchs de foot, est entrée en vigueur en Russie. Le texte interdit notamment aux supporters d’apporter aux matchs des feux d’artifice, des colorants, des banderoles portant des slogans extrémistes ou provocateurs, et de cacher leurs visages derrières des masques.

Les banderoles ne peuvent pas non plus contenir des images insultantes ou indécentes, et les slogans en langues étrangères doivent être accompagnés d’une traduction certifiée conforme par un notaire soit l’organisateur de l’événement en question.

En plus, la nouvelle loi prévoit la création de « listes noires » des fans reconnus coupables d’infractions graves : ils seront désormais privés de stades et interdits d'assister aux matchs pour une durée pouvant aller jusque sept ans. La violation de cet « embargo » est passible d’une amende de 15 000 roubles (près de 317 euros) soit de 15 jours en prison.

Conformément aux nouvelles normes, les organisateurs des événements sportifs sont eux-mêmes responsables de la sécurité des stades, et ceux qui permettent deux fois aux violences de s’éclater seront privés temporairement de licence et encourront d’autres sanctions.

De plus, la loi prévoit la création d’un service de sécurité spécial qui sera déployé à tous les stades, ressemblant au service de stadiers qui fonctionne dans plusieurs pays européens. Les stades seront en outre munis de systèmes de vidéosurveillance plus avancés, les caméras actuelles ne permettant souvent pas d’identifier les délinquants.

Une vague de violences dans les tribunes

Une série entière d’incidents désagréables ont eu lieu au cours de ces dernières années aux matchs de foot en Russie. En septembre 2012, un match opposant les clubs moscovites Dinamo et Torpedo a été arrêté à cause des fans qui ont parsemé le terrain avec des bombes fumigènes. Un mois plus tard, au cours d’un match entre le Zénith-Saint-Pétersbourg et le Dinamo Moscou, un projectile lancé depuis les tribunes, s’est explosé devant le gardien du club moscovite Anton Shunin, le blessant.

En octobre 2013, des affrontements ont éclaté entre la police et les fans dans la ville de Iaroslavl, au cours d’un match entre le Spartak Moscou et le club local Chinnik. De plus, un drapeau nazi a été déployé par des fans du club moscovite durant la rencontre.

Toutefois, malgré tous les incidents violents, les fauteurs de troubles étaient rarement sanctionnés et les supporters respectueux de la loi étaient mécontents à la fois des activités de leurs collègues « radicaux » et des mesures trop dures employées par la police.

Une loi plus précise

D’après le président de l’Association des supporters de football russe Alexandre Chpryguine, « les spectateurs d’événements sportifs ont reçu leur propre règlement, tout comme par exemple des automobilistes ». « Toutefois, il y a des détails qui n’ont pas été pris en compte. Notamment, nous voudrions que la loi soit plus précise sur certains aspects. Ainsi, le code de la route prévoit des sanctions différentes pour la conduite en état d’ébriété et la conduite sans ceinture, tandis que pour nous, tout dépend de l’opinion du juge, peu importe l’infraction », a-t-il cependant noté.

L’humoriste russe Mikhaïl Grouchevski, un supporteur du club moscovite CSKA, estime pour sa part que la loi est nécessaire, mais ce sont des personnes précises qui doivent être sanctionnées pour des troubles, et pas tous les supporters.

« Je pense que la sanction la plus efficace contre les fans qui s’affrontent contre la police, jettent des explosifs sur le terrain et blessent des joueurs serait l’interdiction de stade. Mais il ne faut sanctionner que des personnes impliquées, pas tous les supporters. De plus, si une personne commet un acte d'hooliganisme, personnellement, je lui interdirais de visiter non seulement des matchs de foot, mais tous les événements sportifs », a fait remarquer M.Grouchevski.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.