Sport automobile : 2013, l’année des réussites pour la Russie

Daniil Kvyat a pris part au programme de détection de jeunes pilotes de Red Bull, impressionnant son chef Helmut Marko qui a recommandé d’embaucher le jeune Russe. Crédit : Imago / Legion Media

Daniil Kvyat a pris part au programme de détection de jeunes pilotes de Red Bull, impressionnant son chef Helmut Marko qui a recommandé d’embaucher le jeune Russe. Crédit : Imago / Legion Media

La victoire de l’équipe Kamaz Master au rallye Dakar, la conquête de l’Amérique et un nouveau pilote russe débutant en Formule 1 : 2013 a été un très bon millésime pour le sport automobile russe.

L’année 2013 a été peut-être la meilleure année de toute l’histoire du sport automobile russe. Représentés pour la première fois dans toutes les catégories, les écuries et les pilotes de Russie ont obtenu des résultats remarquables.

La saison du sport automobile commence traditionnellement par le rallye Dakar, qui démarre en janvier. Après un échec en 2012, les pilotes russes ont réussi à regagner le podium dans la catégorie des camions. La victoire des camions Kamaz est d’autant plus précieuse qu’elle est survenue après la retraite des leaders de l’équipe Vladimir Chagin et Firdaus Kabirov, remplacés par des pilotes plus jeunes. L’équipe a occupé les trois marchés du podium, la première place revenant à Eduard Nikolaev, âgé de 29 ans.

Lors des European Le Mans Series, tout s'est également bien déroulé pour les Russes. L’écurie SMP Racing, qui n’a fait ses débuts que cette année, peut déjà être fière de sa saison avec le titre GTC grâce à Kirill Ladygin, Viktor Shaitar et Fabio Babini. En outre, Ladygin et Shaitar ont remporté une belle deuxième place en Pro-Am Cup des prestigieux Blancpain Endurance Series.

Parmi les autres réussites de la Russie s’inscrit le succès de l’écurie russe G-Drive Racing au Championnat du monde d’endurance FIA de 2013. Les pilotes de G-Drive Roman Rusinov, Mike Conway et John Martin ont remporté la troisième place de la catégorie LMP2.

Les progrès du jeune pilote russe Daniil Kvyat, qui fera en 2014 ses débuts en Formule 1 avec l’écurie italienne Toro Rosso, représentent en effet un cas très particulier. Il n’est pas le premier pilote russe à débuter dans la catégorie reine du sport, mais est effectivement le premier à le faire d’une manière classique et actuellement presque oubliée, via une école de jeunes pilotes et non grâce au soutien d’un sponsor.

La Toro Rosso représente, en effet, une sorte de « junior team » de l’écurie Red Bull Racing pour laquelle court le quadruple champion du monde Sebastian Vettel (il est à noter que ce dernier a également passé sa première saison complète avec Toro Rosso). Kvyat a pris part au programme de détection de jeunes pilotes de Red Bull, impressionnant son chef Helmut Marko qui a recommandé d’embaucher le jeune Russe.

« Il ne faut pas exclure le facteur du marketing, affirme Igor Ermiline, conseiller du président de la Fédération russe de l’automobile. Bien évidemment, Marko ne prenait en compte que les succès de Kvyat en tant que pilote, mais l’administration de Red Bull considérait également le fait que la Russie représente une importante marché pour la compagnie et que le premier Grand Prix de Russie va avoir lieu l’année suivante ».

En effet, la Russie pourrait encore être représentée en 2014 par deux pilotes, mais les chances ne sont pas favorables. Un autre jeune pilote russe, Sergey Sirotkin, qui devait rejoindre Sauber, reste pour l’instant en dehors de la Formule 1. Le problème est toujours le financement ; l’écurie suisse a promis de le fournir, mais ne l’a pas encore fait. Néanmoins, Sirotkin pourrait en revanche courir en Formula Renault 3.5 Series grâce au soutien de la SMP Racing

Cependant, la présence des Russes dans les séries européennes n’étonne pas, la récente « conquête de l’Amérique » a vraiment été une première. Le Russe Mikhaïl Aleshin débutera en IndyCar Series au sein de l’écurie Schmidt Peterson Motosports.

« 2013 a été une année faste pour le sport automobile russe », estime Igor Ermiline. Pour illustrer les progrès achevés, le responsable souligne la situation avec les circuits dans le pays. « En cinq ans nous avons fait un grand pas en avant. Il y a quatre années, a ouvert ses portes le circuit de Smolensk accueillant des étapes du Championnat d’Europe de courses de camions, il y a encore des circuits à Nijni Novgorod, à Kazan, à Krasnoïarsk et près de Saint-Pétersbourg, indique-t-il. On peut citer bien sûr le Moscow Raceway très réussi qui accueille régulièrement des courses d’automobiles et de motocyclettes. Enfin, nous avons un circuit de Formule 1 en pleine construction à Sotchi qui accueillera en 2014 le Grand Prix de Russie. »

« Je crois que le sport automobile va se développer en Russie sans discontinuer, note M. Ermiline. Les circuits sont construits, les portes sont ouvertes et les jeunes qui pensaient auparavant qu’ils seraient bloqués dans le karting, sans aucune possibilité de faire une véritable carrière, vont changer d’attitude. Oui, la popularité du sport automobile reste très basse, mais comme nous comptons attirer de plus en plus de spectateurs lors des courses, tout peut évoluer ».

Article publié sur le site de Kommersant

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.