Installations olympiques de Sotchi : la vie après les Jeux

Stade olympique Fisht Source : service de presse

Stade olympique Fisht Source : service de presse

Cent jours avant le début des Jeux olympiques de Sotchi, les organisateurs ont prouvé que toutes les infrastructures sportives étaient prêtes, ou presque, à accueillir les épreuves sportives. La question qui se pose actuellement n'est pas de savoir si la Russie est prête aux Jeux, mais si elle sera capable d'utiliser les nouvelles installations d'une manière efficace après la fin des olympiades.

Il y a encore cinq mois, le site RusSki Gorki, qui accueille les tremplins construits pour les Jeux olympiques de Sotchi, était quasiment inaccessible : entouré par des ruisseaux et du terrain boueux, le complexe avait l'air de ne pas être très stable. Cent jours avant les Jeux, nous y voyons déjà une route goudronnée, et des mesures satellitaires montrent clairement que l'installation est complètement sûre. Si les pentes apparaissent encore assez « sauvages », c'est parce que les ingénieurs n'ont pas encore fini d'attraper les derniers ruisseaux et de les rediriger dans un canal.   

La construction de RusSki Gorki a été marquée par un scandale : les frères Bilalov, hommes d'affaires dirigeant l'édification des installations olympiques, critiqués durement par le président Vladimir Poutine de ne pas avoir respecté les délais fixés, ont été finalement limogés et même trainés en justice. Conduits à leur place, les gestionnaires de la première banque russe Sberbank ont réussi à résoudre tous les problèmes du site.

Cependant, la question qui se pose actuellement est la suivante : que fera-t-on des installations après l'achèvement des Jeux de 2014 ? Bien évidemment, les tremplins, les routes et les gares ne vont pas disparaître et rempliront toujours leurs fonctions. Quant aux autres équipements érigés avec d'énormes investissements, comment seront-ils utilisés une fois la cérémonie de clôture terminée ?

Stade olympique Fisht

Source : service de presse

État actuel : l'assemblage de géantes structures métalliques du dôme est en cours. Elles  seront utilisées au cours des cérémonies d'ouverture et de clôture. Les sources proches du comité organisateur laissent entendre que la cérémonie d'ouverture aura lieu dans l'air et pas sur le sol.
 
Après les Jeux : d'après les annonces officielles, le stade deviendra un centre d'entraînement de l'équipe nationale russe de football et accueillera des matchs du Mondial de 2018, mais ce n'est pas du tout suffisant pour charger une installation si grande. Apparemment, l'on aura besoin de grands événements, et non seulement sportifs. C'est pourquoi, on n’enlèvera probablement pas le dôme provisoire qui sera utile pour les matchs de foot et les concerts.
 

Palais des glaces Bolchoï

Source : service de presse

État actuel : achevé complètement. Le site a déjà accueilli en avril dernier les premières épreuves de test, Championnat du monde moins de 18 ans de hockey sur glace.

Après les Jeux : le Palais des glaces sera un centre sportif polyvalent ou, en d'autres termes, restera une installation de sport. En outre, la région est déjà en train d'organiser sa propre équipe de hockey sur glace qui participera à la KHL (Ligue continentale de hockey).

Centre de patinage Iceberg

 Source : service de presse 

État actuel : achevé. Quant aux épreuves internationales de test, le Palais a accueilli en décembre 2013 la finale du Grand prix ISU, ainsi que la Coupe du monde de patinage de vitesse sur piste courte en février 2013.

Après les Jeux : le Centre sera transformé en un vélodrome et sera utilisé pour l'entraînement des cyclistes et l'organisation des épreuves de cyclisme.

Centre de patinage de vitesse « Adler Arena »

Source : service de presse

État actuel : achevé. Les premières épreuves de test, Championnats du monde simple distance de patinage de vitesse, s'y sont déroulées en mars.

Après les Jeux : Adler Arena deviendra le plus grand centre d'exposition du Sud de la Russie.

Village olympique de la zone côtière

Source : service de presse

État actuel : le village olympique côtier, dont la superficie atteint 72 hectares, est achevé. L'on est en train de terminer l'aménagement paysager et la construction d'une zone piétonne le long de la côte avec des ports de plaisance et des plages.

Après les Jeux : le village sera transformé en appartements et ensuite vendu, le prix moyen d'un m2 se chiffre actuellement à 3.500 EUR environ.

Centre principal des médias

Source : service de presse  

État actuel : ces dernières semaines, l'on a résolu les problèmes avec le toit qui ont émergé suite aux changements du projet, nécessaires pour installer sur le bâtiment un ensemble d'équipements TV compliqués. Une fois tous les équipements installés,  on remplacera le plancher dans certaines chambres – en effet, c'est la seule chose qui reste à faire.

Après les Jeux : le Centre des médias aurait pu accueillir un collisionneur d'hadrons, mais on envisage d'en faire un centre commercial géant avec un hôtel après les olympiades.

 

Dossier complet : Comment la Russie se prépare pour les JO de Sotchi

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.