Les palais de glace de Sotchi

Palais des glaces Bolchoï Crédit : Sergueï Mikheev/RG

Palais des glaces Bolchoï Crédit : Sergueï Mikheev/RG

Les stades de Sotchi sont prêts à accueillir les spectateurs et à leur proposer un confort maximum.

Les organisateurs du principal événement sportif d'hiver de quatre années soulignent avec fierté : les Jeux olympiques de Sotchi seront les plus compacts de l'histoire. Les deux palais qui accueilleront le tournoi de hockey, Bolchoï et Chaiba, se trouvent à deux cent mètres à peine l'un de l'autre. À titre de comparaison, à Vancouver, pour se rendre aux entrainements de l'équipe de hockey, il fallait traverser toute la ville. Alors que l'aller seul au centre de patinage à Richmond durait une demi-heure. À Sotchi, cinq minutes à pieds depuis le centre de presse principal suffiront pour voir les maîtres du patinage de vitesse de vos propres yeux.

Globalement, pour les journalistes du parc olympique de Sotchi, le travail sera un vrai plaisir. Les spectateurs seront également gagnants avec une telle proximité des stades. Tous les sites qui accueilleront les compétitions sont prêts, chacun a organisé des compétitions test. La construction ne se poursuit qu'au stade Fisht qui accueillera les cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux et où les champions seront médaillés.

Le stade Fisht Crédit : Sergueï Mikheev/RG

Le dernier stade à avoir accueilli des compétitions test est le Chaiba. Récemment, une tournée de quatre nations de hockey sur luge s'y est tenue. Toutefois, la glace de ce palais de 7 000 places ne chôme pas. L'équipe féminine canadienne qui s'est rendue à Sotchi pour deux matchs de démonstration contre les Russes s'y entraine.

Le centre de hockey Chaiba Crédit : Sergueï Mikheev/RG

« Notre stade est très confortable, familial. On y est bien, le microclimat est bon, la glace aussi », explique Sergueï Toutouchkine, représentant du constructeur. Selon Toutouchkine, « le palais est unique car il est adapté aux personnes à mobilité réduite. Les places pour handicapés sont nombreuses dans l'ensemble du stade ».

Initialement, le Chaiba a été conçu pour être démontable et transportable. Mais finalement, il a été décidé que le palais resterait dans le parc olympique. « Nos calculs ont montré que cela serait inutile et cher. Parfait, le stade restera à Sotchi. Il accueillera un centre de santé et de sport pour enfants, explique Serguei Toutouchkine. Bien sûr, les enfants vivront ailleurs. Mais le palais servira de plateforme d'entrainement qui préparera nos futurs champions ».

Alors qu'au Chaiba, on joue au hockey, son « frère ainé » le Bolchoï se prépare à un évènement qui n'a rien de sportif. Le stade de 12 000 places, qui rassemble à un UFO, accueillera, à partir de 26 septembre, le Forum annuel de l'investissement international de Sotchi-2013. « Cela prouve, une fois de plus, que le palais est multitâche, il peut accueillir des évènements divers, non seulement sportifs. Le stade peut servir de salle de concert, de centre d'expositions », explique Natalia Cherepanova, spécialiste du service d'organisation sportive de la direction du palais des glaces Bolchoï.

La spécificité du Bolchoï, agréable pour tous les fans, est ses sièges recouverts de tissu. Contrairement au plastique habituel, le tissu protège du froid. Mais les sièges en tissu ne sont pas le seul objet de fierté. « Cet écran pèse 22 tonnes. Il est créé spécialement pour le Bolchoï, Natalia Cherepanova montre l'énorme cube qui trône au-dessus du centre du stade. Il n'a aucun angle droit, ses coins sont complètement arrondis, ce qui permet de projeter l'image à 360°. Les replays, la transmission de tout ce qui se passe à l'intérieur du stade comme en dehors ».

Une autre particularité du Bolchoï : 12 vestiaires, dont huit se trouvent au stade principal et quatre autres au stade d'entrainement. Lors du tournoi olympique de hockey, chaque équipe aura son propre vestiaire. L'équipe russe a déjà choisi le sien.

Le centre de patinage Adler-Arena Crédit : Sergueï Mikheev/RG

Le centre de patinage Adler-Arena est le plus grand site du parc olympique en terme de surface. Son aspect extérieur est conçu de façon à ce que sa fonction soit immédiatement reconnaissable. Après les jeux, il sera transformé en centre d'expositions. Mais pour le moment, il est entre les mains des techniciens qui maintiennent la glace de la piste de patinage de vitesse dans une condition idéale.

« La masse de glace n'a pas fondu depuis novembre de l'année dernière. Car, contrairement à la glace du hockey ou du patinage artistique, l'âge de la glace destinée au patinage de vitesse est un facteur important. Une glace âgée est plus compacte et moins poreuse. Chaque jour, les techniciens retirent une fine couche et en mettent une neuve », explique Dimitri Grigoriev, chef du site Adler-Arena.

Il fait froid à Adler-Arena. La température y est maintenue à 15° - 17°. On estime que c'est la température idéale pour la glace. Lors des Jeux, il y fera un peu plus chaud, quelque 3° - 4° de plus. Mais cela ne nuira pas à la glace, le système moderne de ventilation crée un rideau d'air entre les tribunes et les pistes.

L'intérieur du toit du palais des glaces est recouvert d'une matière argentée qui rassemble à l'aluminium. Dimitri Grigoriev explique qu'elle « permet de réduire par dix ou presque la transmission thermique vers la glace. Alors que batîment du stade est comme un thermos. Les murs, les vitres, le toit permettent aux techniciens de mieux surveiller la température ».

Article original publié sur le site de Rossiyskaya Gazeta

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.