Ici, les supporters n’ont pas leur place

Crédit photo : Kommersant photo

Crédit photo : Kommersant photo

La Douma a adopté en troisième lecture les amendements à la loi fédérale « sur l’éducation physique et le sport dans la Fédération de Russie », communément appelée loi sur les supporters. Elle prévoit des sanctions et des amendes plus sévères pour les supporters qui enfreignent les règles de comportement pendant des événements sportifs. Cela pourrait aller jusqu’à l’interdiction de stade, une amende de 25 000 roubles et une peine d’enfermement de quinze jours.

La loi sur les supporters adoptée par la Douma en troisième lecture est bien plus dure que le projet de loi initial. Elle a conservé les innovations qui comptaient le plus pour le monde du football professionnel, comme la mise en place de contrôleurs ou de stewards qui devront assurer la sécurité dans les tribunes (la police devant intervenir en-dehors des stades).

Toutefois, les sanctions infligées aux supporters pour leurs manquements aux règles de comportement dans les lieux sportifs ont été durcies.

Ainsi, le juge peut condamner le supporter irrespectueux à « une interdiction administrative de fréquenter, les jours de compétition, les lieux où se déroulent des compétitions sportives officielles ». En outre, la loi prévoit que soit créée « une liste de personnes qui n’ont pas le droit de fréquenter, les jours de compétition, les lieux où se déroulent des compétitions sportives officielles ».

Cette liste doit être tenue par « l’organe fédéral du pouvoir exécutif chargé de l’ordre public ». Cela signifie la légalisation de ce que l’on appelle la liste noire des supporters, réalisée jusque-là de manière non officielle par le ministère de l’Intérieur.

« Des enregistrements vidéo et photo permettront de résoudre de nombreux problèmes. Par exemple, les membres des forces de l’ordre n’auront pas à chercher dans la foule les fauteurs de trouble. Il sera possible d’éclaircir tranquillement, à partir des photographies, qui et comment une personne a enfreint les règles. Ensuite, il suffira d’aller chez cette personne et de lui remettre une convocation au tribunal. Le ministère de l’Intérieur tiendra une liste de supporters qui n’ont pas le droit de se rendre aux matchs. Mais la décision d’interdire de stade une personne sera du ressort du juge », a décrit le président du comité de la Douma pour la culture physique, le sport et la jeunesse Igor Ananaskikh.

Il est notable que cette idée a déjà été adoptée par certains clubs. Ainsi, pendant la dernière saison le club Lokomotiv a tenu sa liste noire, ce qui a envenimé encore plus ses relations avec les supporters.

Par ailleurs, les supporters qui enfreignent leur interdiction de stade encourent une amende sérieuse, dont le montant maximum peut atteindre 580 euros (25000 roubles), mais aussi un emprisonnement pouvant aller jusqu’à 15 jours.

Il faut toutefois noter que la législation déjà en vigueur prévoyait une régulation relativement sévère du comportement des supporters dans les tribunes. Mais ces mesures n’ont pas permis aux policiers de punir les coupables lors de l’affaire qui a fait le plus de bruit au cours de la saison qui s’achève.

Il s’agit du match Zénith-Dinamo : un projectile a été jeté des tribunes où se trouvaient les supporters de Zénith et il a explosé aux pieds du gardien de buts de Dinamo Anton Chounine, le blessant. Le match a été interrompu (par la suite, Zénith a été déclaré perdant pour raisons techniques), la tribune a été circonscrite par les forces de l’ordre, mais les coupables n’ont pas été identifiés.

À quoi va servir la « loi sur les supporters »

L’idée d’une « loi sur les supporters » planait dans les cabinets ministériels depuis plusieurs années. Sa naissance et sa circulation d’une instance de décision à une autre ont été accélérées par deux scandales qui ont agité le monde du football russe pendant la dernière saison.

Le 26 septembre 2012, le match de 16ème de finale de la Coupe de Russie entre les clubs moscovites Torpedo et Dinamo a dû être interrompu. Les supporters du club noir et blanc (Torpedo) ont jeté sur le terrain, devant leurs tribunes, des engins pyrotechniques (pétards, fumigènes, feux de Bengale…) pour protester contre la politique de leur club.

Le 17 novembre, l’incident s’est reproduit sous une forme plus grave. Dans le stade de Khimki, pendant la rencontre entre Dinamo et Zénith, un projectile lancé du secteur où se trouvaient les supporters du club pétersbourgeois Zénith a explosé à proximité du gardien de buts Anton Chounine. Le match a été aussitôt interrompu.

Chounine a souffert d’une brûlure de la cornée et le Zénith a été condamné à une défaite technique et à disputer ses deux matchs suivants sans supporters.

Source : Kommersant.ru

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies