Derby de Moscou : à la guerre comme à la guerre

Tout au long des années 1990, Spartak était l’incontestable champion du tournoi national. Mais depuis 1999, c’est le CSKA qui devient leader. Crédit : Itar-Tass

Tout au long des années 1990, Spartak était l’incontestable champion du tournoi national. Mais depuis 1999, c’est le CSKA qui devient leader. Crédit : Itar-Tass

Le derby de Moscou, opposant le Spartak au CSKA, est marqué par les matchs les plus spectaculaires du football russe. Et ce ne sont pas seulement les joueurs qui participent à la rivalité, mais aussi les fans.

Dimanche 21 avril, le stade moscovite de Loujniki a pour la 174ème fois accueilli un match du principal derby du football russe – le duel entre le Spartak Moscou et le CSKA Moscou. Leader du championnat russe, le CSKA a concédé deux buts en première mi-temps, mais a fait tous ses efforts pour éviter un échec. En marquant un penalty dans le temps additionnel, le milieu de terrain du club de l’Armée Alan Dzagoev a égalisé le score et a ravi les 30.000 fans du club au stade et les millions de supporteurs rassemblés devant les écrans de télévision.

N’ayant pas remporté le championnat national depuis 2001, le Spartak Moscou, surnommé souvent « le club du peuple », possède quand même l’armée de fans la plus impressionnante du pays. Ainsi, durant la rencontre de dimanche, Loujniki était complètement dominé par les fans « rouge et blanc » (couleurs de Spartak), dont le nombre se chiffrait à 40.000 personnes. Après le but de Dzagoev, la tribune des supporteurs du Spartak a été plongée dans le silence, suivi par la colère visant l’arbitre du match Sergueï Krasnov.

Mais cette réaction est incomparable aux gestes provocateurs faits par les supporteurs du CSKA. À la veille du match, les fans du club de l’Armée ont brûlé une banderole géante portant les symboles du Spartak, tandis que durant la rencontre, ils ont déployé une banderole insultante, présentant le vétéran du Spartak Andreï Tikhonov, sa bouche mutilée, avant de se mettre à scander des insultes à son encontre. Les fans du « club du peuple », offensés, tentaient durant tout le match de riposter, en scandant, eux aussi, des injures.

Cet incident n’était pas le premier dans la longue histoire du conflit opposant les supporteurs des deux clubs. Voici une histoire mémorable : en 2009, les fans du Spartak préparaient pour un match important contre le CSKA une banderole sophistiquée, représentant une reproduction de la célèbre fresque de Michel Ange La Création d’Adam, avec le logo du club ajouté au centre. Ayant eu vent de cette action, les supporteurs du CSKA ont attaqué les organisateurs le jour avant la rencontre et ont brûlé leur chef-d’oeuvre, presque fini au moment, en empêchant leurs adversaires d’achever leur geste. Mais tout n’était pas fini pour le Spartak : les fans ont réussi à recréer la toile juste en une nuit. Le jour du match, les joueurs du club ont pû voir la banderole, accompagnée d’une inscription : « On ne peut pas brûler un chef-d’oeuvre ».

}

L’année 2007 a été marquée par un incident encore plus intéressant : durant une rencontre entre les deux clubs à Loujniki, une dizaine supporteurs du Spartak ont réussi en plein match à atteindre la tribune du CSKA via une zone technique en haut du stade et ont volé une banderole de leurs adversaires. La banderole a été ensuite ramenée vers la tribune du Spartak, avant d’être brûlée. Les voleurs sont devenus bien évidemment des héros de la communauté des fans.

Il est à noter quand même que cette rivalité entre les deux clubs moscovites n’a pas toujours été si acharnée. Durant de nombreux années, le derby de Moscou a été dans l’ombre des autres duels, notamment ceux entre le CSKA et le Dinamo Moscou et entre le Spartak et le Dinamo Kiev. Toutefois, après la dislocation de l’URSS, c’est l’antagonisme entre le Spartak et le CSKA qui est devenu le plus important.

Tout au long des années 1990, Spartak était l’incontestable champion du tournoi national. Mais depuis 1999, c’est le CSKA qui devient leader : durant les 13 dernières années, le club de l’Armée a remporté trois fois le tournoi russe et a glané la Coupe UEFA 2004-2005.

D’après Andreï Malossolov, un des leaders des fans du CSKA, les relations ne cessent de s'envenimer entre les deux groupes de supporteurs. « Les fans du CSKA et du Spartak ne s’entendent pas depuis longtemps. Après que le CSKA a commencé au début du siècle son ascension rapide, le club a réussi à attirer une nouvelle génération de fans. Je pense que l’armée des fans du CSKA est actuellement la deuxième de Moscou en termes de nombre. Le derby entre les deux clubs a commencé peu à peu à remplir les stades, ce qui provoque diverses actions des fans visant leurs adversaires. Banderoles brûlées, c’est également une partie du derby. Ce n’était pas la première action de ce genre, et ce sont les deux parties qui font des gestes pareils. Il y a une dizaine d’années, il y avait des bagarres entre les fans. Actuellement, il y a une énorme présence policière durant les matchs, et on peut dire que la rivalité est désormais plus passive qu’auparavant », a déclaré M.Malossolov dans une interview à la Russie d’Aujourd’hui.

Effectivement, l’administration de la capitale russe déploie pour les matchs du derby un effectif impressionnant de forces de l’ordre. Dimanche, près de 2.000 policiers étaient présents au stade.

Ilia Molokanov, supporteur de longue date du Spartak, estime qu’en insultant un vétéran de l’équipe, les fans du CSKA sont allé trop loin : « Andreï Tikhonov est une légende de notre club, qui a toujours respecté les fans de tous nos rivaux. Je ne comprends pas pourquoi les supporteurs du CSKA ont décidé de nous insulter comme ça. On verra encore la réaction de nos autorités du foot à cet incident. »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.