Katusha de nouveau sur ses roues

Le tribunal a statué que Katusha devait recevoir sans délai la licence demandée pour les saisons 2013-1015. Crédit : Itar-Tass

Le tribunal a statué que Katusha devait recevoir sans délai la licence demandée pour les saisons 2013-1015. Crédit : Itar-Tass

Le 15 février le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a rendu sa décision sur l’affaire de l’équipe cycliste russe ‘Katioucha’ qui demandait de reconnaître comme illégale le refus de l’Union Cycliste Internationale (UCI) de lui délivrer la licence de catégorie WorldTour. Ainsi, Katusha pourra participer aux principales courses de la saison : le Giro italien, le Tour de France et la Vuelta espagnole.

L’équipe cycliste professionnelle russe Katusha a gagné son procès contre l’Union Cycliste Internationale après l’examen du Tribunal Arbitral du Sport. Dans le communiqué du TAS, on note qu’un collège de trois arbitres a écouté les arguments des deux parties et a estimé que l’UCI avait agi en dehors du cadre réglementaire lorsqu’elle a pris la décision de refuser d’accorder à Katusha la licence de catégorie WorldTour. Le tribunal a statué que Katusha devait recevoir sans délai la licence demandée pour les saisons 2013-1015, ce qui équivaut à un droit de participation aux compétitions correspondant au rang de cette même licence. En particulier, il est question des principales compétitions cyclistes comme le Tour de France, le Giro d’Italie et la Vuelta espagnol.

L’UCI avait motivé le jugement sur la licence de Katusha par plusieurs points. Premièrement, au sein de Katusha évoluaient des coureurs et du personnel qui avaient été impliqués précédemment dans des affaires de dopage. Ainsi en décembre 2012, un coureur de l’équipe, Denis Galimzianov, avait été interdit de compétition pour deux ans. De plus, l’UCI avait exprimé son mécontentement que Katusha dépense excessivement pour rendre populaire le cyclisme dans les médias. En conséquence, Katusha avait commencé la saison en disposant seulement de la licence ProContinental qui ne donnait pas un droit d’accès direct aux courses principales.

La décision du Tribunal Arbitral du Sport a été accueillie avec enthousiasme. Le président de la Fédération Russe de Cyclisme Igor Makarov (il est également le chef du groupe de la compagnie Iter, qui est aussi le fondateur et le principal investisseur de Katusha) a déclaré : « La décision du Tribunal Arbitral du Sport est totalement objective et motivée, cela démontre une fois de plus l’impartialité du principal organe de jugement dans le monde du sport. » « On peut dire avec certitude que toute l’opinion publique mondiale suivait le destin de l’équipe russe. Dans ce moment difficile, Katusha a reçu des soutiens du monde entier, aussi bien du côté des fonctionnaires du sport que de la part des médias, des passionnés du cyclisme et de sportifs célèbres. Au nom de l’équipe Katusha et de tout le projet, je veux exprimer ma gratitude à tous ceux qui ont sincèrement compatis, espéré et cru que la justice serait rétablie ! » a indiqué M. Makarov. 

Le directeur de l’équipe Katusha et triple champion olympique Viatcheslav Ekimov  a indiqué, dans un entretien au journal Izvestia, que la décision de Tribunal Arbitral du Sport permettait à l’équipe de conserver tous ses leaders y compris l’un des meilleurs coureurs cyclistes du monde, Joaquim Rodriguez. « L’équipe a présenté tous les faits et les arguments qui étaient nécessaires pour convaincre les représentants du Tribunal Arbitral du Sport de notre innocence. Aujourd’hui, nous avons reçu une nouvelle confirmation de l’objectivité du Tribunal Arbitral du Sport », a indiqué Ekimov. « Nous continuons à nous préparer pour les prochaines courses et nous nous concentrons sur le travail à venir », a noté le chef de Katusha.

La réaction de l’UCI a été très réservée. Au sein de l’union, on a indiqué que l’on avait pris acte de la décision du Tribunal Arbitral du Sport et que maintenant, on avait l’intention d’évaluer les conséquences de ce verdict. « On tirera de plus amples conclusions dans les prochains jours selon les résultats de l’analyse de la situation », a-t-on lu dans le communiqué de l’UCI.

Article rédigé sur la base de matériel de Kommersant et Izvestia.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies