Les confessions de Lance Armstrong compromettent le cyclisme russe

Les affirmations d'Armstrong pourraient non seulement avoir un impact sur sa vie mais aussi conduire à l'exclusion du cyclisme du programme des Jeux olympiques. Crédit : Reuters

Les affirmations d'Armstrong pourraient non seulement avoir un impact sur sa vie mais aussi conduire à l'exclusion du cyclisme du programme des Jeux olympiques. Crédit : Reuters

Dans un récent entretien, le célèbre cycliste américain Lance Armstrong a non seulement admis avoir consommé des produits dopants, mais a également déclaré que son équipe subissait des tests de dopage beaucoup moins fréquemment que ses concurrents. Comme l'a estimé Sergei Uslamin, cycliste russe et triple vainqueur de la Course de la Paix, les propos de M.Armstrong montrent que l'Union cycliste internationale (UCI) mène une politique de deux poids deux mesures.

Selon l'athlète, cela concerne principalement l'équipe russe de cyclisme professionnel sur route Katioucha, privée de la license de l'UCI World Tour juste avant le début de la saison. Ainsi, l'équipe ne pourra pas participer aux grands tours, courses par étapes majeures en cyclisme sur route, y compris le Tour de France, le Tour d'Italie et le Tour d'Espagne. Durant les deux prochaines semaines le Tribunal arbitral du sport se prononcera sur l'affaire de Katioucha, mais en attendant l'équipe russe aura le droit de participer seulement aux courses de la « deuxième catégorie ».

« Il faudra encore prouver les affirmations d'Armstrong, mais il n'y a pas de fumée sans feu », a déclaré M.Uslamin dans son entretien à Izvestia. « Je pense qu'il y a actuellement une ambiance assez tendue au sein de l'UCI. Le prétexte selon lequel Katioucha ne lutte pas contre le dopage, semble infondé. Toutes les équipes mènent la lutte contre les substances illicites. Si un athlète est convaincu de dopage, il se voit chasser de l'équipe. C'est dommage que Katioucha soit persécutée comme ça actuellement. Après l'entretien d'Armstrong, il sera encore plus difficile pour l'équipe de s'enregistrer comme UCI ProTeam. »

D’après l'entraîneur russe de cyclisme Alexandre Goussiatnikov, l'introduction du passeport biologique de l'athlète, document électronique contenant les résultats de contrôles anti-dopage subis par un sportif ainsi que d'autres informations nécessaires, a transformé le cyclisme en un des sports les plus honnêtes.

« Armstrong participait aux compétitions avant l'introduction du passeport biologique de l'athlète. Le cyclisme est parmi les premiers sports à introduire ce système. Cela sest passé après que Lance ait terminé sa participation aux courses. Et quand il est revenu en 2009 pour une année, il n'a rien remporté. Je pense qu'à ce moment-là, Armstrong ne se dopait pas, car les substances illicites pouvaient déjàêtre detectées à l'aide du passeport. On dit que le cyclisme est le sport le plus « infecté », mais à mon avis, ce n'est pas vrai. Il s'agit du sport le plus contrôlable au monde. Après l'entretien de Lance, tous les athlètes seront obligés de passer par une période très dure, ou il devront suivre très attentivement tous les médicaments qu'ils consomment. »

Les affirmations d'Armstrong pourraient non seulement avoir un impact sur sa vie (tous les résultats de M.Armstrong ont été annulés et il a été notamment privé de sa médaille de bronze des JO de 2000) mais aussi conduire à l'exclusion du cyclisme du programme des Jeux olympiques, comme l'a proposé l'avocat canadien et membre du CIO Dick Pound.

« Je pense que les propos de M.Pound sont trop audacieux », a estimé M.Goussiatnikov. « Nous ne pouvons pas exclure 18 disciplines du cyclisme et priver des milliards de supporteurs du monde entier de leur sport favori en raison d'un sportif malhonnête. On peut introduire certaines restrictions, des procédures supplémentaires de contrôle, mais, à mon avis, l'exclusion totale est peu probable. Mais, bien évidemment, l'UCI a des choses à faire. Ses décisions n'affectent pas toujours le cyclisme d'une manière positive. »

Paru sur le site d'Izvestia le 20 janvier 2013.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.