Foie, œufs et renard… la campagne électorale bat son plein en Russie

Un agitateur du parti Russie unie devant une banderole du parti Yabloko (opposition).

Un agitateur du parti Russie unie devant une banderole du parti Yabloko (opposition).

EPA
Il reste moins d’une semaine avant l’élection législative prévue en Russie pour le 18 septembre. La campagne électorale dans le pays bat son plein. Cherchant à intéresser la population, les politiques ont recours parfois à des moyens de campagne singuliers...

Pour la première fois depuis 2003, le pays passe cette année d'un mode de scrutin proportionnel à un modèle mixte : l’élection des candidats aura lieu non seulement d’après les listes des partis, mais également grâce à un vote par circonscriptions uninominales. Les candidats de ces dernières tentent de gagner en réputation et les partis cherchent à promouvoir leurs programmes. Ce qui revêt parfois des formes exotiques.

Guennadi Onichtchenko et sa profession… de foie

De 1996 à 2013, Guennadi Onichtchenko a occupé le poste de chef des services sanitaires russes, ce qui a visiblement influencé sa campagne électorale (il se présente à la législative en qualité de candidat d’une circonscription uninominale du parti au pouvoir Russie unie). Il base sa campagne sur le slogan « Faire un choix sain ! » et sur la promotion d’un mode de vie sain.

Et si les visites de Guennadi Onichtchenko dans des magasins pour contrôler la qualité des produits et la promotion des vaccins contre la grippe ne dépassent pas le cadre d’une campagne habituelle, le flashmob lancé par son état-major de campagne #J’aimeMonFoie est pour le moins original. Un modèle de foie humain a été monté dans le nord-ouest de Moscou, chacun pouvant venir l’enlacer. De cette manière, Guennadi Onichtchenko appelle à lutter contre l’alcoolisme.

Tweet : « Le foie poursuit sa mission d’assainissement ! Le flashmob #J’aimeMonFoie se tient tous les jours de 12h00 à 19h00 à l’entrée de la station de métro Touchinskaya »

Place à la faux et au renard polaire

Loin de Moscou, le mandat de député dans la circonscription uninominale de Sérov (à environ 1500 kilomètres de la capitale) est brigué par Maxime Chingarkine du parti patriotique Patrie (Rodina).

Ce candidat exploite ouvertement l’image du « moujik russe ». Dans sa vidéo, vêtu du costume traditionnel du paysan russe, il fauche un champ aux sons d’une musique épique. Voilà qu’il s’arrête, essuie la sueur de son front et prononce sur un ton sévère : « Les prés ne sont pas fauchés, les champs sont abandonnés. Les fonctionnaires de la région se remplissent les poches. Il est temps de faucher les prés, de labourer les champs et de déloger les fonctionnaires régionaux ».

Pourtant, l’intervention de ce candidat exigeant atteint son apogée dans une autre vidéo où il ne mâche pas ses mots : « Les habitants subsistent dans des logements vétustes, tandis que le ministre s’engraisse sur les rétro-commissions dans le bâtiment. C’est le bordel ! ». La vidéo présente à ce moment précis un renard polaire au pelage bigarré par la mue qui, aidé par le candidat, sort par la fenêtre condamnée d’une vieille maison. L’appellation du renard polaire en russe sonne de manière très ressemblante à un mot vulgaire signifiant une situation chaotique, le bordel.

Un candidat qui en a

De nombreux candidats de l’opposition cherchent à manifester la fermeté de leurs principes et à montrer qu’aucune pression exercée « d’en haut » ne les empêchera de défendre les intérêts de la population. Dans son aspiration à le prouver, Dmitri Golovine du parti Yabloko (opposition) qui brigue un mandat à Ekaterinbourg (Oural) va plus loin que les autres.

Dans sa vidéo, un marteau de bois casse les uns après les autres des œufs de poule rangés deux par deux. Pourtant, les deux derniers se révèlent incassables. Une voix off prononce avec emphase : « Dmitri Golovine. Le candidat qui en a. Des principes ».

Les amis des animaux

Le candidat du Parti libéral-démocrate (LDPR), Alexandre Gliskov, a choisi d’exploiter l’amour des Russes pour les chats et les chiens. « Le LDPR s’élève contre une attitude irresponsable envers les animaux de compagnie », proclame sur l’affiche le candidat, qui tient sur les genoux un gros chat noir. Et de tirer la conclusion suivante : « Si vous avez un chien ou un chat, votez LDPR ! ».

Tweet : « Logique ! ».

Ne rien faire

Grigori Iavlinski, leader depuis des années du parti d’opposition Yabloko, a enregistré pour sa part une vidéo muette en faveur de son parti. Présentant tour à tour des écriteaux, il appelle les Russes à venir aux urnes. La vidéo est très sérieuse, mais les écriteaux où Grigori Ianvlinski critique l’inaction sont vite devenus viraux sur les réseaux sociaux.

Ecriteau : « On peut ne rien faire »
Commentaire : « M. Iavlinski rappelle ce qu’est le samedi d’un homme normal »

Ecriteau : « On peut critiquer les autorités et boire »
Commentaire : « Puisque M. Iavlinski en personne donne le feu vert ! »
 

Lire aussi : 

Y aura-t-il des observateurs indépendants aux élections russes ?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.