« Likes pour Stépan » : l’Internet russe mobilisé pour un garçon

RBTH
Grâce aux réseaux sociaux, un écolier de 11 ans est devenu l’heureux propriétaire des plus beaux jouets, a été invité à un talk-show et a acquis la célébrité. Le tout en une seule nuit. Et ce uniquement parce que ses camarades ne partageaient pas son intérêt pour les dinosaures et les chars et le harcelaient pour son manque de « likes ».

L’histoire de Stépan, 11 ans, fan de dinosaures et de chars, ressemble à un miracle dont rêve sans doute un écolier sur deux de la génération des réseaux sociaux. Des dizaines de milliers de likes, des centaines d’abonnés, les plus beaux jouets, l’attention de rappeurs populaires, un hashtag personnel – un déluge de popularité qui s’est abattu sur Stépan en un seul jour.

Le 20 avril au matin, il s’est réveillé célèbre, a publié sur le réseau social russe Vkontakte puis est parti à l’école où l’attendaient ses camarades de classe, responsables, en quelque sorte, de cette situation. « Personne ne like tes posts, t’es un looser », disaient-ils jusque-là.

Que s’est-il passé

La veille, Stépan était bouleversé, presque en larmes, car ses camarades de classe se moquaient de sa page sur Vkontakte. Sa mère, Svetlana Stroganova, en a parlé sur Facebook : son fils, « un peu gamin », mais « très mignon », est brimé, car « il publie des dinosaures, des tanks et des bandes-annonces de ses jeux, comme un petit enfant ». Stroganova a appelé à soutenir son fils et à lui apporter des likes. Son post a été remarqué par des blogueurs et des journalistes célèbres.

Deux heures plus tard, ses photos d’un allosaurus et d’un dracorex sur fond de Lego comptabilisaient plus d’un millier de likes. Les nouveaux « amis » de Stépan assuraient qu’il n’y avait rien de plus cool que les dinosaures et que tout cela était si passionnant qu’ils allaient de ce pas en acheter eux aussi. Les autres publications sur le mur du garçon – de simples photos de coucher de soleil depuis sa fenêtre ou des commentaires sur tout et n’importe quoi – recueillaient les mêmes encouragements virtuels.

Ses camarades ont, évidemment, vite remarqué la faille. « Tu ne connais même pas ces gens », écrivait son camarade de classe Platon. Mais les internautes ont immédiatement commencé à sermonner Platon pour sa « jalousie ».

Les « trophées » de Stépan

Le lendemain matin, Mail.Ru Group, propriétaire du réseau Vkontakte, a promis à Stépan de lui offrir « autant de jeux Lego qu’il voudrait ». Le PDG de Mail.Ru Dmitri Grichine en personne lui a promis un droïde BB-8 du dernier épisode de Star Wars, alors que Vkontakte a lancé le hashtag #LikeStepan. Les photos de Stépan cumulaient déjà 18 000 likes, le célèbre rappeur Basta lui a adressé un message vidéo et plusieurs fonctionnaires haut placés avait fait leur apparition sur son mur. Le soir, le garçon apparaissait dans un talk-show populaire sur la principale chaîne de télévision russe Perviy Kanal.

Comme on pouvait s’y attendre, la page du garçon a aussi attiré des internautes à qui cette réaction et ces cadeaux soudains ont paru exagérés. « Mon fils, par exemple, aime les bus », écrivait l’internaute Natalia Louganskaïa en publiant des photos de bus municipaux ordinaires. Le visage de Stépan s’est également trouvé intégré dans de nombreux mèmes populaires sur les réseaux. « C’est trompeur, l’importance de quelqu’un ne se confirme pas par des likes », s’indignaient les internautes outrés. L’un d’eux a même rappelé l’épisode You Have 0 Friends de la série d'animation South Park, dans laquelle un petit garçon est très attristé car il n’a pas d’amis sur Facebook. Cet épisode de South Park est devenu réalité et le monde est devenu fou, constataient les internautes.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.