Ma nouvelle vie en Crimée : Alexandre et Daria

Ruslan Korzhev
Ils ont plaqué les grandes villes russes pour la péninsule

Durant les 100 dernières années de son existence, la Crimée a fait partie de l’URSS, de l’Ukraine et de la Fédération de Russie. Mais indépendamment de son appartenance territoriale, la péninsule a toujours été l’un des lieux privilégiés de vacances pour les Russes. La mer, la montagne, un climat doux - la Crimée attire traditionnellement les amateurs d’escalade, de plongée, de pêche et de loisirs actifs. Pourtant, après le rattachement de la péninsule à la Russie en mars 2014, la Crimée s’est attirée une nouvelle catégorie de citoyens : les partisans de la « simplicité volontaire », des citadins qui renoncent à la vie en métropole et quittent le « continent ». Aujourd’hui, plutôt que choisir les destinations traditionnelles comme Goa ou la Thaïlande, ils s’installent en Crimée. Qu’attendent-ils de leur nouvelle vie sur la péninsule ?

Aujourd'hui, deux ans après le référendum qui s'est tenu en Crimée le 16 mars 2014, RBTH publie plusieurs histoires de ceux qui ont quitté les grandes villes et des postes prestigieux pour une nouvelle vie en Crimée.

Daria et Alexandre. Crédit : Ruslan Korzhev

Alexandre Ivanov, 28 ans. Daria Karzanova-Ivanova, 29 ans. Créateurs des quest room ATMOSFERA

Mari et femme, ils ont quitté Moscou, où ils ont vécu quatre ans, pour Sébastopol. Avant, ils vivaient à Oulianovsk, leur ville natale.

Les changements

Nous passions régulièrement nos vacances à Sébastopol depuis 2012. La Crimée nous inspirait et nous réjouissait par sa nature vierge. Début 2014, nous y avons célébré le Réveillon et avons eu envie de passer l’été en Crimée. Nous avons démissionné de nos postes prometteurs et bien payés dans le marketing et, en juillet 2014, avons déménagé à Sébastopol où nous sommes restés quatre mois au lieu des deux mois prévus. Ensuite, nous nous sommes mariés et somme partis pour notre ville natale d’Oulianovsk pour faire nos papiers après le mariage.

Quand, à la fin de l’hiver 2015, s’est posée la question de la suite de nos projets, nous avons décidé de nous installer à Sébastopol, qui nous plaisait tant, et d’y lancer une forme de loisirs déjà populaire en Russie, mais nouvelle pour Sébastopol – des quest room (jeu d'évasion grandeur nature, ndlr).

Nous avions appris ce qu’étaient les quest room à peine deux mois auparavant. Après une première analyse du format et de sa pertinence potentielle en Crimée, nous y sommes retournés le 27 février 2015, dans l’incertitude totale et avec seulement une partie de la somme nécessaire pour lancer notre affaire. C’était pour nous un acte de foi.

Nous proches ne comprenaient pas notre choix – avec les affrontements militaires dans l’est de l’Ukraine, tout le monde était hanté par la menace des opérations militaires. Ainsi, nous n’avons pu compter que sur un soutien chaleureux de leur part.

La réalité

Crédit : Ruslan Korzhev

Au début, nous étions inquiets, car nous avons constaté que la situation avait changé durant les six mois qu’avait duré notre absence. Les prix de la nourriture et des logements ont considérablement augmenté. Avec un niveau de revenus faible, les prix étaient parfois plus élevés qu’à Moscou. D’un autre côté, notre arrivée nous apportait une légèreté intérieure et une liberté. Le climat ici est parfait, la mer et le soleil vous donnent une charge d’énergie.

Aujourd’hui, nous avons près de cinq projets : les quest room Atmosfera, le café AtmoCafé, et des missions de conseil en marketing. Sacha a deux autres projets : un agrégateur de taxis BroTaxi et le coaching personnel en inspiration.

Atmosfera est notre projet principal. Nos compétences et notre expérience en marketing nous ont permis de créer une belle marque qui pourrait être cotée au niveau international. Actuellement, nous ouvrons un troisième quest. En 2016, nous espérons en ouvrir encore deux en propre et développer une franchise. Récemment, nous avons été rejoints par plusieurs grands investisseurs et partenaires qui nous aideront à nous lancer sur les marchés russe et internationaux.

Photo de l'archive personnelle.

Les principales difficultés nous attendaient dès le début. Quand nous sommes arrivés ici, nous ne connaissions pas le marché local et n’avions pas de copains, nous avons dû tout chercher nous-mêmes. Par ailleurs, cette recherche devait être physique - nous devions aller rencontrer les gens, car les outils numériques ici sont rarement utilisés par les entreprises et certaines d’entre elles ne sont pas du tout présentes sur Internet.

Pendant la construction du local pour le quest room, nous avons rencontré des problèmes de livraison des matériaux en Crimée : la liaison par ferry à travers le détroit de Kertch, qui relie la péninsule au reste du territoire russe, marchait mal à cause de la météo. Des files immenses de camions se formaient devant les ferrys.

Après le rattachement de la Crimée à la Russie, le trafic ferroviaire et routier entre la péninsule et le reste de la Russie via l’Ukraine a été coupé. Actuellement, les communications se font par une ligne de ferry de Kertch ou en avion.

D'ici 2018, la péninsule sera reliée à la Russie grâce à un pont long de 19 km sur le détroit de Kertch. Il sera doté de quatre voies routières, de deux voies ferrées et de trottoirs pour piétons. Le coût estimé du pont est de 228,3 milliards de roubles (2,9 milliards d’euros).

Nous avons également été confrontés à une certaine lenteur, propre aux habitants des régions du sud, ainsi qu’à leur conservatisme. Au final, tout s’est bien passé et nous avons pu ouvrir notre premier quest room deux mois à peine après notre arrivée. C’est un temps record pour ce secteur, même à Moscou.

Notre cercle d’amis est principalement composé de gens arrivés d’ailleurs – surtout de Saint-Pétersbourg, de Moscou et de Donetsk (est de l’Ukraine, ndlr). Ce sont des gens fascinants avec des projets et des idées de grande ampleur. Au sein de notre communauté, les idées sont toujours en ébullition, tout le monde est occupé et cherche à créer des choses ensemble. Nos partenaires sont souvent devenus des amis proches, ils nous demandent conseil et incitent leurs propres amis à nous solliciter.

L’avenir

Crédit : Katia Khavanova

Nous sommes heureux d’avoir déménagé ici. Notre vision de la vie et notre vie même ont beaucoup changé, elles sont devenues plus vives, plus vastes et plus chaleureuses.

L’année passée ici a également renforcé notre relation et a permis à notre famille de devenir plus solide. Nous avons compris et amélioré des aspects de l’entreprise familiale dont nous ne soupçonnions même pas l’existence. Nous songeons à écrire un article complet sur les différents niveaux de relation, du point de vue de l’homme et de la femme, notamment en tant que couple dirigeant une entreprise familiale.

Nous avons le sentiment que pour réaliser le potentiel accumulé, nous aurons besoin de plusieurs dizaines d’années. Nos enfants auront donc de quoi s’occuper. S’ils le veulent, bien sûr. 

En lire plus sur la Crimée

Ma nouvelle vie en Crimée : Evgueni

Petit territoire, gros conflits : sept questions sur la Crimée

En Crimée, un nouveau départ pour les PME

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.