Un homme d’affaires en cavale après avoir abattu quatre personnes

Des policiers sur les lieux de l'assassinat à Krasnogorsk.

Des policiers sur les lieux de l'assassinat à Krasnogorsk.

Kommersant
Un homme d’affaires soupçonné d’avoir assassiné quatre personnes dont deux fonctionnaires est recherché dans la région de Moscou. La police informe que toutes les forces de l’ordre sont mobilisées dans la recherche du « tireur de Krasnogorsk » - les assassinats ont eu lieu dans le district du même nom, situé à l’est de la capitale. Les enquêteurs n’excluent pas que l’assassinat des fonctionnaires ait un lien avec l’exercice de leurs fonctions.

Les assassinats ont eu lieu dans la journée du 19 octobre. La police soupçonne Amiran Gueorgadze, promoteur immobilier et célèbre entrepreneur local qui, selon la presse, avait autrefois dirigé la chambre de commerce du district de Krasnogorsk, d’avoir commis ces crimes. Selon les informations des policiers, il a abattu Iouri Karaoulov, premier adjoint du chef du district de Krasnogorsk, et Gueorgui Kotliarenko, opérateur des réseaux électriques du district. Ce dernier dirigeait la compagnie Réseau électrique de Krasnogorsk, dont Gueorgadze était actionnaire, selon la presse. Un résident local et le partenaire d’affaires de Gueorgadze, dont le corps a été  découvert dans la maison de l’entrepreneur, figurent également parmi les victimes du tireur.

Le matin du 20 octobre, le chauffeur de Gueorgadze Chota Elizbarichvili s’est rendu à la police. Il aurait quitté Gueorgadze après que celui-ci ait commis son dernier meurtre. La police a également retrouvé le véhicule qui aurait été utilisé par l’homme d’affaires dans sa fuite après l’assassinat des fonctionnaires. Le Comité d’enquête (CE) informe qu’un sac contenant un silencieux, des cartouches de pistolet et une Kalachnikov a été retrouvé dans la voiture.

Un avis de recherche fédéral a été lancé contre Gueorgadze. Une récompense d’un montant d’un million de roubles (environ 17 000 dollars) a été promise pour toute information permettant de le localiser.

Abattu par balles

Selon la presse, Iouri Karaoulov et Gueorgui Kotliarenko entretenaient des relations professionnelles et amicales avec Gueorgadze. L’homme d’affaires avait géré une société de BTP de la région de Moscou pendant plusieurs années.

Les enquêteurs indiquent que le 19 octobre, l’entrepreneur s’est rendu au bureau de M. Karaoulov à 14 heures environ. Il a ensuite demandé que M. Kotliarenko les rejoigne. Les enquêteurs affirment qu’une altercation verbale a éclaté entre les trois hommes. Gueorgadze a alors appelé son chauffeur qui lui a apporté un grand sac. Ce sac contenait les armes que Amiran Gueorgadze a utilisé pour abattre les fonctionnaires.

Fuyant les poursuites, le tireur a assassiné une autre personne – un habitant des environs âgé de 53 ans employé dans le service de sécurité de la rédaction d’un journal. Le site du périodique informe que M. Gueorgadze est tombé sur ce résident local alors qu’il se rendait dans le village de Timochkino, situé dans le district de Krasnogorsk, où se trouve la maison de l’entrepreneur.

Le corps de la quatrième victime a été retrouvé par les policiers au cours d’une perquisition dans la maison de l’homme d’affaires. Ils y ont découvert le cadavre de son partenaire d’affaires Trestan Zakaïdze.

Mobiles du crime

Le Comité d’enquête a déclaré étudier plusieurs versions du crime. Selon la version principale, l’assassinat de Iouri Karaoulov et Gueorgui Kotliarenko « pourrait avoir un lien avec l’exercice de leurs fonctions ». Vladimir Markine, représentant du Comité, a informé l’agence Interfax que M. Gueorgadze, qui bénéficiait auparavant de commandes publiques de construction, avait récemment perdu cette possibilité, ce qui aurait pu constituer le mobile de l’assassinat des fonctionnaires.

Le quotidien russe Kommersant informe que les meurtres auraient pu être liés au fait que les fonctionnaires qui, jusque-là s’entendaient toujours avec Gueorgadze, auraient pu, cette fois, l’empêcher de remporter quatre projets estimés à près de 3,5 milliards de roubles (environ un demi-million d’euros).

Environnement juridique

Vladimir Rimski, directeur du département de sociologie de la fondation indépendante INDEM, a déclaré à RBTH que ce crime poussait à s’interroger sur le fonctionnement du « système de règlement juridique des différends » en Russie, dans ce cas – les relations avec les autorités. Même dans le cas d’un entrepreneur assez célèbre, comme Amiran Gueorgadze à Kransogorsk, ce système semble présenter des défaillances, estime l’analyste. « Il faut réfléchir sérieusement au fonctionnement de notre environnement juridique. Il faut des moyens de règlement des différends légaux et conformes à la législation », estime M. Rimski. Il souligne, par ailleurs, que le problème dépasse largement la question du fonctionnement des administrations et concerne la façon de travailler des autres institutions sociales et le niveau de soutien et de confiance qu’elles inspirent à la population. 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.