Les Russes réagissent à la légalisation du mariage homosexuel aux États-Unis

Crédit : Petr Kovalev/Interpress/TASS

Crédit : Petr Kovalev/Interpress/TASS

Le 26 juin, la Cour suprême des États-Unis a reconnu le mariage gay sur l’ensemble du territoire américain. Cette décision a provoqué, contre toute attente, une vive réaction en Russie : plusieurs hommes politiques conservateurs ont vivement critiqué cette initiative, tandis que les représentants des milieux libéraux ont exprimé leur soutien aux États-Unis et au mouvement LGBT international. Les experts estiment que la réaction négative des représentants du pouvoir est une tentative de jouer la carte de la « confrontation morale » entre la Russie et l’Occident.

La décision de la Cour suprême des États-Unis, qui a légalisé en fin de semaine dernière le mariage homosexuel n’a pas marqué que les Américains : les internautes du monde entier expriment leur attitude envers le mariage gay. Le segment russe de Facebook arbore lui aussi nombre d’avatars aux couleurs de l’arc-en-ciel en signe de soutien à la légalisation des mariages entre personnes du même sexe. Ce qui a provoqué de nombreuses discussions et des débats.

Les critiques des mariages homosexuels

Les réflexions au sujet de cette légalisation ont rapidement débordé le cadre du Web pour devenir l’objet de discussions au niveau politique en Russie. Vitaly Milonov, député au conseil municipal de Saint-Pétersbourg connu pour ses déclarations homophobes, a fait connaître à la radio Rousskaya sloujba novostey (Service russe des nouvelles) son intention de s’adresser au Service de contrôle des techniques informatiques et des télécommunications de Russie pour exiger de bloquer Facebook dans le pays. Selon lui, en donnant la possibilité de donner les couleurs de l’arc-en-ciel LGBT à un avatar, le réseau social à violé la loi sur l’interdiction de la propagande homosexuelle auprès des mineurs.

L’Église orthodoxe russe a elle aussi condamné la décision des autorités américaines. L’archiprêtre Vsevolod Tchapline a exprimé dans une interview à l’agence Interfax sa préoccupation face au fait que l’Amérique essaie « d’imposer ses vues antinaturelles et post-humaines sur le mariage aux autres pays ».

Un autre point de vue

Des critiques ont été également formulées par de simples utilisateurs des réseaux sociaux et des journalistes conservateurs. Toutefois, il existe d’autres points de vue. Un grand nombre d’internautes ont exprimé leur soutien à la décision de la Cour suprême. Ainsi, le politique Leonid Volkov, représentant de la Coalition démocratique (union des partis libéraux non parlementaires) et compagnon de route de l’opposant Alexeï Navalny, a écrit sur sa page Facebook : « L’amour est magnifique dans toutes ses manifestations et la haine est horrible, elle aussi, dans toutes ses manifestations. Moi, je ne partage pas le pessimisme de la formule « jamais de notre vivant » (la légalisation du mariage gay en Russie, RBTH). En Amérique – qui est bien plus conservatrice que la Russie ! – cela n’a pris qu’une vingtaine d’années ». Comme nombre d’autres personnalités publiques, Leonid Volkov a donné à son avatar les couleurs de l’arc-en-ciel.

Les représentants du pouvoir ne sont pas unanimes au sujet des mariages homosexuels. Konstantin Dobrynine, membre du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) pour la région d’Arkhangelsk, a indiqué à la radio Echo de Moscou que la Russie devait se montrer moins agressive envers les minorités sexuelles. D’après lui, il importe de trouver un compromis et de tenir compte, en élaborant les lois, des intérêts de tous les citoyens de Russie, tant de la communauté LGBT que des conservateurs.

Le conservatisme venu d’en haut

Lors d’un entretien avec RBTH, l’analyste politique et professeur de l’Institut des relations internationales Valéry Soloveï a affirmé que le sujet était monté en épingle artificiellement. « Il n’y aurait eu aucune réaction à cette loi sans excitation informationnelle artificielle, sans l’annonce de la nouvelle par tous les médias, a-t-il noté. Cette loi se trouve au centre d’un débat public uniquement en raison du tapage soulevé. Outre un petit groupe « politiquement préoccupé » de la population, qui ne constitue qu’entre 5% et 7%, cette loi n’intéresse personne ».

Karina Pipiya, sociologue du Centre analytique Levada et auteur d’un rapport sur le problème de l’homophobie en Russie, est entièrement d’accord avec Valéry Soloveï. La vive réaction au problème du mariage gay de la société, surtout de sa frange conservatrice, est avant tout cultivée par le pouvoir. « La Russie et les pays occidentaux, notamment les États-Unis, sont dans une situation de confrontation politique. Les politiques russes sont tentés d’opposer nos valeurs « conservatrices » à celles du monde occidental qu’ils accusent de dépraver les mœurs traditionnelles. La population se montre réceptive à cette rhétorique et nous constatons dans ce contexte une hausse de l’homophobie », a-t-elle expliqué à RBTH.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.