Affaire Nemstov : la famille demande à la justice d’interroger des responsables tchétchènes

Les avocats de la famille de Boris Nemtsov demandent aux enquêteurs d’interroger plusieurs responsables tchétchènes, notamment le chef de l’administration, Ramzan Kadyrov. Crédit : Said Tsarnaev/RIA Novosti

Les avocats de la famille de Boris Nemtsov demandent aux enquêteurs d’interroger plusieurs responsables tchétchènes, notamment le chef de l’administration, Ramzan Kadyrov. Crédit : Said Tsarnaev/RIA Novosti

Les avocats de l’ancien vice-premier ministre russe Boris Nemtsov, assassiné récemment dans le centre-ville de Moscou, ont demandé d’interroger « au sujet d’une éventuelle complicité de l’organisation du meurtre » le dirigeant de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, ainsi que plusieurs autres responsables de cette république du Caucase russe.

Les avocats de la famille de l’opposant Boris Nemtsov, tué le 28 février dernier en plein centre de Moscou, ont demandé aux enquêteurs d’interroger « au sujet de leur éventuelle complicité dans l’organisation du meurtre » plusieurs responsables tchétchènes, notamment le chef de l’administration, Ramzan Kadyrov.

Ils ont adressé leur demande, faite dans l’intérêt des quatre enfants de Boris Nemtsov (reconnus comme partie lésée), à l’enquêteur principal pour les affaires d’importance particulière auprès du président du Comité d’enquête de Russie, Igor Krasnov, qui dirige l’instruction du dossier.

Outre l’ancien avocat de Boris Nemtsov, Vadim Prokhorov, l’enquête a été rejointe par l’avocate Olga Mikhaïlova qui représente également les intérêts de l’homme politique d’opposition Alexeï Navalny, mais qui, dans l’affaire Nemtsov, représente ceux de la fille de Boris Nemtsov, Janna.

« Nous avons formulé officiellement notre demande, car nous avons tout lieu de penser que les personnes citées peuvent disposer d’informations sur les circonstances du meurtre de Boris Nemtsov », a indiqué à l’agence TASS Olga Mikhaïlova.

Selon elle, outre Ramzan Kadyrov, l’enquête se voit proposer de questionner Adam Delimkhanov, député à la Douma (chambre basse du parlement russe) et conseiller du chef de l’administration tchétchène, et Rouslan Gueremeïev, officier du bataillon des troupes intérieures Nord du ministère tchétchène de l’Intérieur. Adam Delimkhanov est un parent de Rouslan Gueremeïev. Ce dernier est qualifié d’éventuel commanditaire du meurtre par les médias.

Toutefois, Rouslan Gueremeïev n’était jusqu’ici que témoin et la presse a annoncé qu’il avait déjà été interrogé. Les résultats de l’interrogatoire ne sont pas divulgués. A l’heure actuelle, selon des camarades de Boris Nemtsov, Rouslan Gueremeïev a quitté son village natal de Djalka en Tchétchénie et séjourne à Dubaï (Emirats arabes unis).  

Dans leur demande, les avocats indiquent notamment : « Bien que l’affaire soit instruite depuis plus de six semaines, la partie lésée ne sait toujours pas si les commanditaires et les organisateurs du crime ont été identifiés ». En outre, les suspects « étaient membres de structures de force tchétchènes et avaient des liens de parenté ou des relations de travail avec de hauts fonctionnaires de la république », ajoutent-ils.    

Vadim Prokhorov a affirmé à plusieurs reprises à RBTH que l’assassinat de Boris Nemtsov était un meurtre commandité dont les traces remontaient en Tchétchénie. Cependant, des sources anonymes qui se disent proches de l’enquête font régulièrement des déclarations aux médias pour discréditer l’instruction afin de « faire éclater l’hypothèse principale sur la complicité de certains milieux tchétchènes dans le crime ».

A l’heure actuelle, l’affaire Nemtsov compte cinq suspects. Zaour Dadaïev, ex-officier du bataillon Nord, que l’enquête tient pour le tueur, a donné son accord à un examen au détecteur de mensonge pour prouver son innocence. Ses avocats ont rédigé une demande appropriée.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.