Assassinat de Boris Nemtsov : cinq interpellations, un aveu

Marche en hommage à Boris Nemtsov à Moscou. Crédit : Reuters

Marche en hommage à Boris Nemtsov à Moscou. Crédit : Reuters

Un tribunal de Moscou a ordonné dimanche l’arrestation de cinq personnes dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de l’opposant russe Boris Nemtsov, assassiné dans la nuit du 27 au 28 février dernier. Deux suspects ont été mis en examen meurtre, un d’eux a déjà reconnu sa participation au crime, rapporte l’agence RIA Novosti.

L’ancien premier vice-premier ministre russe et opposant Boris Nemtsov, 55 ans, a été assassiné dans la nuit du 27 au 28 février près des murs du Kremlin de quatre balles dans le dos. L’enquête examine plusieurs pistes, dont l’hypothèse d’un meurtre commandité.

Cinq pistes privilégiées

Selon les informations de l’agence TASS, l’enquête examine cinq pistes de l’assassinat de l’opposant : une provocation visant à déstabiliser la situation dans le pays, l’activité commerciale menée par le défunt, l’animosité personnelle envers lui, les événements en Ukraine et la piste islamiste (M. Nemtsov avait apporté son soutien à Charlie Hebdo).

Samedi, il a été annoncé que quatre personnes avaient été interpellées dans le cadre de l’affaire. Il s’agit notamment de l’ancien chef adjoint d'une unité de police tchétchène Zaour Dadaïev, l’employé tchétchène d’une société privée de sécurité à Moscou Anzor Goubachev et de deux autres suspects, dont l’un serait le jeune frère de Goubachev.

Dimanche, le porte-parole du Comité d’enquête de Russie, Vladimir Markine, a fait savoir que les figurants de l’affaire étaient au nombre de cinq, sans toutefois dévoiler leur identité. Les noms de ces derniers n’ont été annoncés que lors du procès.

Aveux

La porte-parole du tribunal Basmanny de Moscou, Anna Fadeïeva, a fait savoir que les personnes mises en examen avaient comparu devant deux juges. Et de préciser que l’enquête avait déjà inculpé Zaour Dadaïev et Anzor Goubachev pour le meurtre de Boris Nemtsov.

Pendant le procès, Dadaïev, 32 ans, a reconnu avoir participé à l’assassinat de M.Nemtsov. Il a toutefois prié le tribunal de ne pas l’incarcérer. « J’espère que mon procès sera équitable », a-t-il indiqué.

Craignant que l’accusé ne tente de prendre fuite ou ne détruise les preuves, le tribunal a ordonné sa mise en détention provisoire pour deux mois, jusqu’au 28 avril. Une mesure similaire a été décidée à l’encontre de M. Goubachev.

« Nous devons examiner un grand nombre de preuves, procéder à toute une série d’expertises », a fait s’avoir l’enquêteur. Selon ce dernier, Goubachev, qui plaide non coupable, risque entre 8 et 20 ans de prison.

« Nous possédons suffisamment de preuves pour accuser M. Goubachev dans le cadre de cette affaire », a fait savoir la juge.

Interpellés le 8 mars

Trois autres figurants de l’affaire, Khamzat Bakhaïev, Tamerlan Eskerkhanov et Chaguite Goubachev, ont comparu devant un autre juge du tribunal Basmanny.

Selon l’enquête, les deux premiers ont été interpellés dimanche après-midi, quant à Chaguite Goubachev, il avait été arrêté par la police samedi soir. Et de préciser que l’enquête disposait suffisamment de preuves de l’implication de ces trois suspects, identifiés grâce à des témoins, dans le meurtre de M. Nemtsov.  

Cependant, la défense envisage de faire appel de l’arrestation de ces trois personnes, considérant que les preuves de leur implication dans le crime n’étaient pas suffisantes. L’avocat des trois suspects, Sofia Roubatskaïa, a confié à RIA Novosti qu’elle contesterait en justice l’arrestation de ses clients.

Source : RIA Novosti

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.