Affaire Navalny : Facebook et Twitter se préparent pour un blocage complet en Russie

Pour Alexeï Navalny (sur la photo), le procureur a requis 9 ans de détention (10, compte tenu de la peine de sursis d’un an en cours). Crédit photo : AP

Pour Alexeï Navalny (sur la photo), le procureur a requis 9 ans de détention (10, compte tenu de la peine de sursis d’un an en cours). Crédit photo : AP

Facebook a bloqué la page des partisans du leader de l’opposition Alexeï Navalny, mais ne bloquera pas d’autres pages à l’avenir. Les sources anonymes au sein de Facebook et Twitter ont déclaré être conscientes du danger de blocage complet de leurs services en Russie.

Facebook et Twitter ont pris la décision de refuser de bloquer à l'avenir les pages des partisans du leader de l’opposition russe Alexeï Navalny, annonce la chaîne de télévision Dojd, se référant à plusieurs sources anonymes à la fois. Selon les informations de la chaîne, les deux réseaux sociaux sont prêts au blocage complet sur le territoire russe.

La page des partisans de Navalny bloquée sur Facebook

La page Facebook servant de plateforme pour l’organisation des manifestations en soutien à Navalny a été créée le vendredi 19 décembre après que le procureur eut demandé un total de 10 ans de détention pour Alexeï Navalny (compte tenu de sa peine de sursis d’un an en cours d’exécution), et 8 ans pour son frère Oleg. Les frères Navalny sont accusés dans le cadre de « l’affaire Yves Rocher ». Le journal en ligne TJournal a annoncé que la page avait rapidement réuni 12 000 abonnés.

Pourtant, dès samedi 20 décembre, elle a été bloquée sur le territoire russe à la demande du procureur général conformément à la loi portant sur le blocage immédiat des sites Web, a expliqué le secrétaire de presse de Roskomnadzor (Service fédéral russe de surveillance d'Internet et des médias traditionnels) Vadim Ampelonski à Dojd.

Peu après, la grande communauté « Rassemblement pour Navalny » sur le réseau social VKontakte a également été bloquée. Roskomnadzor continue à bloquer les pages de soutien à Navalny sur ce réseau social, annonce Nikolaï Dourov, ancien directeur technique et frère du fondateur du réseau Pavel Dourov. Il explique qu’à l’heure actuelle, le Service fédéral a déjà exigé le blocage de plus de 50 communautés de ce type. Par ailleurs, ces publications ne sont pas mentionnées dans le registre de ressources interdites publié sur le site de l’institution. Dourov estime que la direction de VKontakte devrait répondre aux demandes de Roskomnadzor aujourd’hui, après une réunion avec les actionnaires.

Pour le blocage de la page, Facebook a été critiqué par l’ancien ambassadeur des États-Unis en Russie Michael McFaul, ainsi que par les rédactions de plusieurs périodiques influents, dont Washington Post.

Facebook et Twitter se préparent à un blocage complet 

Selon les informations de Dojd, aucune nouvelle page des partisans de Navalny ne sera bloquée. Dojd en a été informé par le créateur de la première page bloquée et directeur de la campagne électorale de Navalny lors des élections à la mairie de Moscou en 2013 Leonid Volkov qui réside actuellement au Luxembourg.

Parallèlement, une autre source de Dojd a annoncé que le service de micro-blogs Twitter avait également pris la décision de refuser de bloquer les comptes qui publient des informations sur la manifestation des partisans de Navalny. Twitter transférera les demandes de Roskomnadzor exigeant la suppression de ces informations aux utilisateurs, mais ne prendra aucune mesure pour sa part. L’un des partisans de Navalny Gueorgui Albourov avait déjà reçu l’une de ces demandes. Twitter est également prêt pour le blocage complet sur le territoire russe, a annoncé la source à Dojd.

Pour le moment, Facebook et Twitter n’ont publié aucune déclaration officielle à ce sujet.

Dossier : Affaire « Yves Rocher »

Le 15 janvier prochain, le tribunal Zamoskvoretski de Moscou doit annoncer son verdict aux frères Navalny dans l’affaire « Yves Rocher ». Selon les enquêteurs, entre 2008 et 2013, les Navalny avaient détourné plus de 26,7 millions de roubles (385 000 euros au cours actuel) au détriment de la société Yves Rocher Vostok, ainsi que 4,4 millions de roubles (63 500 euros au cours actuel) à Multifunctional Processing Company. Pour Alexeï Navalny, le procureur a requis 9 ans de détention (10, compte tenu de la peine de sursis d’un an en cours), pour Oleg Navalny – 8 ans de détention.

Les partisans du leader de l’opposition ont attaqué la page Facebook d’Yves Rocher, ainsi que le micro-blog de la compagnie sur Twitter, postant des commentaires et des réponses sous presque toutes les publications sur les deux comptes.

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #Navalny


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.