Le partage de musique bientôt légal sur les réseaux sociaux russes ?

Crédit : Shutterstock

Crédit : Shutterstock

L’une des principales compagnies de l’Internet russe, Mail.Ru Group, mène actuellement des pourparlers avec les majors occidentaux du disque afin de légaliser le partage de musique via les réseaux. Les experts interrogés par RBTH estiment que les Russes sont prêts à payer pour accéder à ce type de contenu en ligne.

La compagnie de l’Internet russe Mail.Ru Group a entamé un nouveau cycle de négociations avec les titulaires de droits d’auteurs occidentaux sur la légalisation de la musique stockée sur ses réseaux, rapporte le journal Vedomosti citant des sources au sein de la compagnie.

Pour légaliser le contenu musical sur l’ensemble des réseaux sociaux russes (Vkontakte, Odnoklassniki et Moï Mir), Mail.Ru Group a réussi à faire venir l’un des juristes les plus influents de l’industrie de la musique aux Etats-Unis, Joel Katz. Ce dernier est déjà arrivé à Moscou pour assister au prochain cycle de négociations.

Mail.Ru Group mène depuis un certains temps déjà des négociations avec les principaux titulaires de droits d’auteurs Universal Music, Sony Music et Warner Music/EMI, mais jusqu’à présent, aucun accord n’a été trouvé.

En cause, les prétentions tarifaires excessives de la part des trois sociétés occidentales qui ne satisfont pas le groupe russe : « Chacune d’entre elles souhaite recevoir entre 3 et 5 millions de dollars par an sur chaque projet de Mail.Ru Group, alors que notre société se dit prête à verser cette même somme à l’ensemble des titulaires », a souligné une source à Vedomosti.

Les services de presse de Mail.Ru Group et Vkontakte ont déclaré à RBTH qu’ils espéraient, « aboutir à un consensus lors des prochaines négociations, et que les prémisses d’un accord pour l’ensemble du marché de l’Internet seront trouvés ».

Les problèmes de galisation 

A la fin du mois de septembre 2014, l’Alliance internationale pour la protection de la propriété intellectuelle a déclaré que concernant la protection de la propriété intellectuelle, la Russie ne remplissait toujours pas les engagements pris après son entrée à l’OMC en 2012. Le réseau Vkontakte, sur lequel Mail.Ru. Group a récemment obtenu le contrôle complet, constituerait, selon l’Alliance, la principale source de piratage en Russie.

La compagnie russe Mail.Ru Group détient également deux autres réseaux sociaux très populaires en Russie, Odnoklassniki et Moï Mir, ainsi que les messageries instantanées Agent Mail.Ru et ICQ, et les services de messagerie électronique les plus importants du net russe. Disponible dans de nombreuses langues, ces services sont également utilisés par des usagers du monde entier.

Aujourd’hui, les utilisateurs des réseaux Odnoklassniki (équivalent de Copains d’avant), Vkontakte et Moï Mir peuvent écouter et télécharger de la musique gratuitement grâce à des applications adaptées.

Ceci provoque le mécontentement des titulaires de droits d’auteurs à l’encontre de la société Mail.Ru Group, qui fait l’objet de nombreuses poursuites judiciaires avec la demande pressante de retirer tout contenu illicite.

Le directeur de la holding VK.com (Vkontakte) Dmitri Sergueïev a informé Vedomosti que les compagnies tentaient de trouver une solution qui puisse satisfaire les titulaires de droits d’auteurs, tout en prenant en compte les intérêts des utilisateurs et en préservant la gratuité des services fondamentaux.

Les Russes prêts à payer

Selon un rapport du ministère russe des Télécommunications, 8 millions de Russes ont payé au moins une fois pour obtenir un contenu légal en 2013. Des chiffres qui devraient sensiblement augmenter en 2014, selon les experts interrogés par RBTH.

Le tarif pour l’utilisation légal de contenu sur le net russe est compris entre 100 et 500 roubles par mois (entre 2 et 10€), ce qui représente une marge de profit trop faible pour les sociétés. Les bénéfices acquis proviennent principalement des annonces publicitaires.

Directeur du service Anti-Piracy de Group-IB, Alexandre Touchkanov considère la diffusion de contenus piratés sur les réseaux sociaux comme un « cyber-crime sérieux ». La solution au problème résiderait, selon lui, « dans la création d’un service de qualité, facile d’utilisation et abordable, proposant un contenu légal et des informations détaillées sur leur utilisation ».

« Group-IB collabore avec la compagnie Amediateka, une plate-forme Internet sur laquelle les utilisateurs ont accès à des films et séries russes et internationales pour 6 euros par mois. La quantité de contenu est en constante augmentation, ce qui signifie que les Russes sont prêts à payer pour un contenu légal », affirme M.Touchkanov.

Ivan Pankeïev, professeur et directeur du Centre de droit des médias à la faculté de journalisme de l’Université d’Etat de Moscou (MGU) pense que les négociations entre les titulaires de droits d’auteurs et les compagnies russes de l’Internet constituent une étape intermédiaire importante dans la recherche d’une solution globale au problème des contenus illicites sur Internet.

Ochir Mandjikov, directeur de la communication de Yandex, a indiqué que les questions de diffusion d’un contenu légal sur Internet ne sont pas toujours éclaircies. Ceci ne concerne pas uniquement les utilisateurs, mais aussi les titulaires des droits d’auteurs qui ne savent pas, par exemple, comment sont règlementés les droits d’auteurs dans le cas du streaming (système de lecture instantanée qui ne permet pas le téléchargement), explique-t-il.

Aujourd’hui, Yandex.Musique compte entre 6 et 8 millions d’utilisateurs par mois, rapporte le représentant de Yandex. Les plus grandes compagnies internationales collaborent avec ce service. La quantité de contenu musical qui y est diffusé avoisine les 18 millions d’unités. Yandex.Musique est un service sur Internet entièrement gratuit.

Le paiement pour l’utilisation de l’application mobile est en revanche payante, et se situe autour de 2,8 euros par mois : « Le prélèvement d’une somme pour l’application mobile de ce service ne génère aucun profit, mais la compagnie est consciente que « la demande d’utilisation de qualité du contenu légal augmente, c’est pourquoi nous avons l’intention de développer ce service », a souligné Ochir Mandjikov.

 

Et vous utilisez-vous les réseaux sociaux russes pour écouter de la musique ? Donnez-nous votre avis en tweetant @rbth_fr #musique #vkontakte


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.