La Russie, en pointe dans la défense de la famille traditionnelle

Crédit : Itar-Tass

Crédit : Itar-Tass

Des spécialistes de la famille et du mariage de différents pays ont discuté à Moscou de « l’avenir de l’humanité ».
International Business Summit Nizhny Novgorod En partenariat avec le forum international « Famille nombreuse et avenir de l’humanité »

 

Le forum « Famille nombreuse et avenir de l’humanité » s’est déroulé à Moscou les 10 et 11 septembre. Le forum a réuni des représentants du clergé, des fonctionnaires, des sociologues, et des scientifiques spécialisés dans la famille – au total, plus de 1 500 participants venus de 45 pays.

Malgré des divergences dans leurs visions politiques, religieuses et sociales, tous les participants s’accordent sur le fait que la famille moderne s’éloigne du mode de vie traditionnel et privilégie les plaisirs plutôt que les valeurs fondamentales de la famille. Cette tendance se répand dans la société russe comme dans différents autres pays.

Goût de l’hédonisme

Au cours des dernières décennies, les valeurs de la société mondiale, notamment russe, se sont considérablement déplacées vers les plaisirs, estiment les experts qui sont intervenus au cours du forum. Alexandre Javoronkov, directeur de recherche à l’institut de sociologie de l’Académie russe des sciences, constate une tendance à l’hédonisme qui relègue progressivement au second plan les notions de travail intéressant, de famille, et de santé. Pour appuyer sa thèse, le scientifique souligne le fait qu’actuellement, de nombreux jeunes couples repoussent l’arrivée du deuxième, voire du premier enfant.

La tendance à l’hédonisme provoque à son tour de sérieux problèmes démographiques, estime le député du Parlement grec Anastasios Nerantzis. « Les principales causes du recul démographique ne sont pas les guerres, les maladies ni les catastrophes, mais la baisse de la natalité », a déclaré M. Nerantzis lors du forum. Il explique que si, auparavant, le taux de fécondité en Grèce s’élevait à 3,7 enfants par femme en moyenne, aujourd’hui, il est de 1,2 enfant. « Les mariages homosexuels dénaturent le concept de la famille », a-t-il conclu.

La présidente du Conseil d’administration du programme « Sainteté de la maternité » Natalia Iakounina s’est également exprimée au sujet du mariage homosexuel. Elle estime que la notion de « famille » est de plus en plus souvent utilisée pour décrire des formes de relations humaines qui ne peuvent pas être considérées comme des familles au sens naturel.

« Cette tendance trouve une traduction dans les images de la culture populaire qui définissent les stéréotypes de comportement, particulièrement chez les jeunes. Sans la famille, l’humanité cessera d’être ce qu’elle est », a précisé Natalia Iakounina.

« Hiver démographique »

Le secrétaire d’État adjoint du gouvernement hongrois pour les relations internationales et la coopération avec l’UE Gergely Prohle a abordé les problèmes démographiques dans son pays au cours du forum.

« La Hongrie a beaucoup souffert de « l’hiver démographique ». La baisse de la natalité a commencé dans les années 60 du siècle dernier et continue à ce jour. En 2010, nous avons franchi le seuil psychologique de 10 millions d’habitants », a expliqué Gergely Prohle.

Ces thématiques sont partagées par la plupart des pays d’Europe et de la CEI : « l’individualisme est en pleine expansion, les gens évitent la responsabilité dans les questions sociales », estime-t-il.

Rompre une tendance démographique morose

Parmi les mesures suggérées pour renverser la tendance démographique négative et remonter le taux de natalité, le représentant du Conseil consultatif islamique iranien Abdolreza Azizi a proposé un soutien étatique de l’institut de la famille et du mariage, des mères et des femmes enceintes.

Les membres du forum ont préparé un document spécial appelant l’ONU à prendre la défense de la famille traditionnelle et à porter son attention sur « la politique extrêmement tendancieuse et la campagne de propagande sans précédent qui conduisent à la remise en cause définitive de l'institut de la famille naturelle » dans plusieurs pays.

Ils ont dit


Président de Don Feder AssociatesDonald Feder (Etats-Unis) :

« A la suite de la révolution sexuelle, le coefficient de natalité des 49 pays du monde où vit la majorité de la population est de 1,5 enfants par femme en âge de procréer. Alors que le taux de reproduction de la population est de 2,1. Actuellement, la moitié du monde recourt à la contraception. Les estimations du marché des contraceptifs pour 2015 atteignent 17,5 milliards de dollars par an. La baisse de la natalité est la conséquence de l’érosion de la société, où la famille est un frein à l’autoréalisation et les enfants sont un poids ».

Président de la fondation Novae Terrae Luca Giuseppe Volonte (Italie) :

« Le problème démographique est international, c’est pourquoi ce sont les initiatives internationales qui permettront d’avancer. Les unions homosexuelles et les avortements perturbent l’équilibre de la société. Nous devons définir la notion de « discrimination » au niveau international. Actuellement, la soi-disant défense des droits de l’homme favorise un groupe restreint de personnes. Certaines personnes se voient refuser le droit à la naissance – de quelle société civile pouvons-nous parler ? ».

Député Front National du Parlement européen, conseiller de la présidente du parti Marine le Pen pour la politique extérieure Aymeric Chauprade :

« La Russie aujourd’hui est une lueur d’espoir pour l’ensemble de l’humanité en matière de protection de la famille traditionnelle. Nous constatons que la politique américaine tournée contre les valeurs traditionnelles de la famille est destructrice. Au Parlement européen, nous sommes en permanence confrontés à ceux qui font du lobbying pour les communautés LGBT. C’est une lutte idéologique et géopolitique. C’est une dictature du matérialisme contre la dictature de l’esprit. Nous ne pouvons l’accepter. Ce ne sont pas les Américains qui diront à la grande Russie comment traiter les valeurs de l’humanité. Nous devons travailler ensemble contre les valeurs sataniques qui nous sont imposées ».

 

 

Contenu partenaire

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.