L'accident survenu dans le métro de Moscou : un corps étranger sous le train

Crédit : Evgueni Samarine/RIA Novosti

Crédit : Evgueni Samarine/RIA Novosti

Les experts qui travaillent sur le lieu du drame survenu dans le métro de Moscou estiment que l’accident aurait pu être provoqué par la présence d’un corps étranger sous le train et non par une défaillance du système d’aiguillage, a annoncé jeudi le quotidien russe Kommersant.

L’accident s’est produit mardi dernier à une heure de pointe entre les stations Park Pobedy et Slavianski Boulevard sur la ligne Arbatsko-Pokrovskaïa (à l’ouest de la ville, ndlr). Trois rames ont déraillé et les portes de l’une d'elles se sont bloquées. La plus grave catastrophe d’origine technique de l’histoire du métro de Moscou a fait 23 morts et plus de 200 blessés, dont de nombreux blessés graves. Le journal Kommersant informe que les spécialistes ont déjà découvert des cassures récentes sur le béton entre les rails, ce qui témoigne de la présence d’un corps étranger sous le train qui aurait pu provoquer le déraillement du train avant l’arrivée sur le malheureux aiguillage.

Par ailleurs, l’un des experts – le directeur général de Mosinzhproekt, Constantin Matveiev – estime que la pointe non fixée de l’aiguille est, certes, une irrégularité grave, mais elle pourrait ne pas être à l’origine de la catastrophe. D’après lui, l’absence des traces de roues sur les pointes de l’aiguille parle en faveur de cette version.

Autres versions de l’accident

L’adjoint au maire de Moscou Piotr Birioukov a déclaré que l’accident a été provoqué par « une irrégularité technique dans l’exploitation de l’aiguille ». Toutefois, il a rajouté plus tard que les versions portant sur « la vétusté du métal », une défaillance du train  et « une influence extérieure » sont également étudiées. Il a promis de présenter les premières conclusions de la commission vendredi prochain.

L’un des principaux scientifiques de l’Institut des Ingénieurs du Transport de Moscou Leonid Baranov estime que la version portant sur un objet sous le train doit être examinée attentivement. « Après mon inspection, j’ai eu plusieurs autres versions, mais il faut d’abord toutes les étudier et les analyser », a déclaré le spécialiste. Il a expliqué que les spécialistes des voies ont déjà été invités à étudier la version de l’objet étranger et qu'ils devront exprimer leur avis sur la question.

La mairie de la capitale a annoncé que le « matériel roulant impliqué dans l’accident, ainsi que les voies du tronçon de métro en question, avaient subi un diagnostic de routine complet, conformément aux normes d’exploitation du métropolitain ».

La première version du ministère des Situations d’urgence, selon laquelle le train a dû freiner brutalement en raison d’une chute de tension, ne s’est pas confirmée. Une défaillance du système d’aiguillage sur le tronçon en question est désormais étudiée comme l’une des causes potentielles de l’accident.

Suspects

La police de la capitale a procédé aux premières interpellations de suspects. Il s’agit de Valeri Bachkatov, contremaître du service de la voirie du Métropolitain de Moscou, et de son assistant Iouri Gordov.
Selon les enquêteurs, fin mai 2014, des travaux d’installation des voies et du système d’aiguillage ont eu lieu sur le tronçon Park Pobedy afin de relier la ligne Arbatsko-Pokrovskaïa au tronçon voisin de la ligne Kalininskaïa, en cours de construction.

« Bachkatov et Gordov étaient directement impliqués dans ces travaux et dans le suivi de leur mise en œuvre. Les enquêteurs soupçonnent que ces travaux n’ont pas été menés correctement : le mécanisme d’aiguillage était fixé par un fil de fer ordinaire de 3mm, ce fil s’est cassé », annonce le Comité dans un communiqué.

Les suspects ont déjà été interrogés. Ils devraient prochainement être inculpés.
 

« Pour le moment, les personnes soupçonnées sont uniquement celles qui ont réalisé les travaux directement. Mais le Comité d’enquête retrouvera et traduira en justice toutes les personnes impliquées dans cette tragédie, les opérateurs aussi bien que les membres de la direction chargés de contrôler et d’assurer le respect absolu des normes de sécurité dans le métro de Moscou », conclut le communiqué du Comité.

Le quotidien Izvestia informe que la police soupçonne désormais les supérieurs hiérarchiques des suspects, ainsi que les maîtres d’œuvre et les monteurs qui avaient installé l’aiguille, - un retard  dans l’installation aurait pu les pousser à faire pression sur les contremaîtres, afin que ces derniers signent l’acte de réception de l’appareil sans avoir procédé à l’examen visuel. L’aiguille a ainsi été fixée par un fil de fer, ce qui aurait pu provoquer le déraillement. 

« Le fil de fer peut être utilisé pour empêcher que les jointures filetées ne se desserrent, mais il est impossible de fixer l’aiguille même par un fil de fer, tous les ingénieurs en comprennent les conséquences potentielles », a déclaré le représentant du syndicat des employés du métro Vassili Cheliakov. Il estime que l’entreprise sous-traitante n’a effectivement pas fixé le système d’aiguillage, mais que la version du fil de fer doit être vérifiée. 

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #métro


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.