L'OSCE exige une enquête sur la mort du journaliste italien et de son traducteur russe à Slaviansk

Crédit : RIA Novosti

Crédit : RIA Novosti

La Représentante de l'OSCE pour la liberté des médias, Dunja Mijatovic est profondément attristée par la mort du journaliste italien Andrea Rocchelli et de son assistant Andreï Mironov dans l'est de l'Ukraine, et a exprimé ses condoléances à leurs familles. L'information est transmise par RIA Novosti, en référence au communiqué de l'OSCE.

« Ces décès sont terribles et nous rappellent que nous ne faisons pas assez pour défendre les journalistes, qui risquent leur vie en travaillant dans des zones de conflits comme l'Ukraine, a déclaré Dunja Mijatovitc, représentante de l'OSCE. J'appelle les autorités à enquêter rapidement et de manière approfondie les circonstances des attaques meurtrières et à traduire les responsables en justice ».

Un communiqué, publié vendredi par Mijatovic indique que la situation des droits des journalistes en Ukraine continue de se détériorer.

Mironov et Rocchelli ont été attaqués près de Slaviansk le samedi 24 mai. Le photographe français Willian Rogulya de l'agence Wostok Press a également été blessé. Mort avec le photographe italien, Andreï Mironov avait été prisonnier politique soviétique, militant des droits de l'Homme, et membre de la Société Memorial en 1988.

Rocchelli et Mironov sont les premiers journalistes morts depuis le début des événements dans le sud-est de l'Ukraine.
Dimanche, le ministère des Affaires étrangères italien a confirmé la mort du photographe de 30 ans, de l'union Cesuralab. La mort de Mironov n'a pas été officiellement confirmée, mais le ministère des Affaires étrangères russe a cet après-midi échangé avec le ministère italien, des condoléances pour la mort du journaliste et de son interprète russe en Ukraine. Les services diplomatiques des deux pays appellent à la mise en place immédiate d'une « opération anti-terroriste ».

L'agence italienne ANSA a communiqué les déclarations de témoins oculaires. Selon ces sources, les journalistes, dans une zone de bombardement ont tenté de se cacher dans les tranchées, puis des giclées ont été audibles. C'est alors que les mines ont commencé à s'effondrer : 40 à 60 explosions. Selon slon.ru, le traducteur est mort sur le coup, mais Rocchelli, lui, gravement blessé est mort par la suite.

A la veille du siège des séparatistes de Slaviansk, les agences russes ont rapporté qu'une opération spéciale a été reprise dans la ville, par les forces de sécurité ukrainiennes : « La ligne est complètement bloquée à Slaviansk, les nuages ​​de fumée surplombent la ville, les forces de sécurité ont commencé à bombarder la ville et nos barrages. Des mortiers sont également utilisés près du village Semenivka ». Les responsables de la sécurité ukrainienne quant à eux, démentent l'utilisation de lances-mine dans cette région le 24 mai.

Source : Newsru.com

 

Réagissez à cet article tweetant @rbth_fr #Ukraine #journalistes


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.