Les élections présidentielles ukrainiennes à Moscou

Crédit : Sergueï Kouznetsov/RIA Novosti

Crédit : Sergueï Kouznetsov/RIA Novosti

Le 25 mai, l’Ukraine a élu son président. Notre correspondant s’est rendu dans le principal bureau de vote sur le territoire russe – le bureau auprès de l’ambassade d’Ukraine à Moscou.

L’Ambassade d’Ukraine est située dans un pavillon historique du XVIIIe siècle en plein cœur de Moscou. La longue grille du pavillon est tapissée de fleurs et d’icônes. Les Moscovites viennent honorer la mémoire de ceux qui ont péri le 2 mai à Odessa. Lors des affrontements entre partisans du pouvoir central ukrainien et militants pro-russes, 47 personnes ont trouvé la mort dans l’incendie de la Maison des syndicats.

Toutefois, en ce chaud dimanche d'élections présidentielles en Ukraine, les fleurs le long de la grille de l’Ambassade étaient cachées par des clôtures. La police a bouclé toute la rue Leontiev, ne laissant qu’un étroit passage. Pour entrer dans l’Ambassade, il fallait passer par des détecteurs de métaux placés dans la rue bien avant l’entrée.

En Russie, les citoyens ukrainiens ont pu voter dans six bureaux de vote : à l’Ambassade d’Ukraine à Moscou, ainsi que dans les consulats à Saint-Pétersbourg, Nijni Novgorod, Ekaterinbourg, Novossibirsk et Rostov-sur-le-Don. Je suis persuadé que la protection des bureaux de vote contre les provocations éventuelles était aussi importante partout.

Lors du contrôle des sacs, la policière a trouvé une bouteille d’eau en plastic dans mon sac :

— Ouvrez-la s’il vous plaît, je vais la sentir, a-t-elle demandé.

— Mais elle est scellée, ai-je montré.

— Ah, d’accord, alors passez, a-t-elle rétorqué, abandonnant l’idée de sentir le contenu.

Cette fois, tout était bien organisé. L’enregistrement avait eu lieu à l'avance. Il fallait passer par le détecteur des métaux, puis entrer directement dans une pièce fraîche.

— Pourquoi il n’y a pas de file d’attente, aux dernières élections il y avait foule, ils ne viennent pas ? ai-je demandé à un garde ukrainien.

— Pas du tout !  s’est-il étonné, il y a plein de gens. C’est juste que la dernière fois, beaucoup de gens ne s’étaient pas enregistrés avant, du coup il y avait une file d’attente ici. Maintenant nous demandons de se préenregistrer, du coup, il n’y a pas d’attroupement.

— Vous avez vu les files d’attente énormes à Kiev ? me répond l’un des votants, j’ai vu un reportage sur internet...

Les électeurs reçoivent un numéro, puis traversent une cour propre, avec des affiches de chaque candidat à la présidentielle portant leurs biographies. Mais personne ne s’attarde. Le soleil est impitoyable, tout le monde se précipite dans le hall frais de l’Ambassade.

Des gens très différents sont venus voter, certains portent des chemises brodées traditionnelles, d’autres sont endimanchés, d’autres encore habillés normalement.

— Je suis originaire de Donetsk. Mes parents y sont encore, et ils ne peuvent pas voter. Comme vous le savez, à Donetsk il est impossible de voter à cause des hommes armés. Alors mes parents m’ont demandé de voter pour eux aussi, symboliquement.

Un homme avec une chemise folklorique entre dans le hall.

— Monsieur, vous avez une très jolie chemise ukrainienne, s’exclame la garde.

— C’est une Ralph Lauren, s’offusque ce dernier, refusant de poursuivre la discussion.

Des tas de gens sont venus voter : originaires de Kiev, de Donetsk, de Dnepropetrovsk et même de Crimée. Une jeune femme avec deux enfants portant des chemises ukrainiennes a raconté qu’elle vit à Moscou, mais qu’elle est originaire de Crimée.

— Allez-vous demander la nationalité russe? ai-je demandé. Après le rattachement de la Crimée à la Russie, la plupart des habitants de la Crimée ont pris la nationalité russe.

— Non, je vis à Moscou pour des raisons familiales, mais je suis citoyenne ukrainienne et je veux retourner chez moi en Ukraine. Mais je ne sais plus où, du coup.

Des cordons de police protégeaient toujours l’Ambassade, mais j’ai entendu le walkie-talkie d’un des policiers : « Nous avons un cas de consommation d’alcool rue Arbat. Répondez ». Tout était toujours calme autour de l’ambassade. L’Arbat touristique était, visiblement, plus agitée. 

 

Et vous avez-vous suivi les présidentielles ukrainiennes ? Donnez-nous votre avis en tweetant @rbth_fr #Ukraine #élection


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.