Les liquides sont interdits à bord des avions

Crédit photo : Mikhaïl Mokrouchine / RIA Novosti

Crédit photo : Mikhaïl Mokrouchine / RIA Novosti

Les autorités russes ont interdit le transport de liquides dans les bagages à main. Cette interdiction est appliquée dans tous les aéroports russes. La durée de cette mesure n’est pas encore connue, mais elle devrait être supprimée après les Jeux Olympiques.

L’agence publique responsable du contrôle dans le domaine de l’aviation, Rosaviatsia, vient d’interdire le transport de liquides dans les bagages à main sur l’ensemble du territoire russe. Les fonctionnaires ont annoncé que la mesure vise à assurer la sécurité des passagers.

Formellement, il ne s’agit pas d’une interdiction, mais d’une « forte recommandation » de transporter les liquides en soute. Les nouvelles mesures de sécurité sont motivées par un risque accru d’attaques terroristes, explique Rosaviatsia.

L’interdiction ne s’applique pas aux médicaments et autres substances qui assurent l’activité vitale des passagers lors du vol. Toutefois, ces substances ne seront admises à bord qu’après un contrôle par le service de sécurité aéroportuaire. Il n’est pas précisé comment les agents détermineront l’importance des médicaments.

Le portail Lenta.ru annonce que les représentants de l’aéroport Vnoukovo avaient assuré que les passagers ne pourraient transporter des médicaments dans les bagages à main que s’ils disposent d’une prescription médicale.

Les grands aéroports moscovites Cheremetievo et Vnoukovo avaient précédemment annoncé l’interdiction de transporter des liquides dans le bagage à main. Le service d’information de Vnoukovo explique que la restriction est liée aux Jeux Olympiques de Sotchi et sera effective jusqu’au 21 mars 2014.

Oleg Smirnov, président du Conseil public de l’aviation civile de Rostransnadzor (agence publique en charge du transport), est convaincu que cette décision des fonctionnaires est justifiée et estime que les passagers peuvent très bien se passer de produits cosmétiques à bord.

« Cette mesure revêt une grande importance. L’État doit, avant tout, se soucier de la sécurité des participants et des spectateurs, d’où l’introduction de ces mesures dans les aéroports russes. L’indignation des passagers est compréhensible, mais il faut aussi comprendre ceux qui assurent la sécurité », explique l’expert.

Smirnov souligne que ces mesures sont motivées par la série d’attentats qui a frappé Volgograd, dans le sud de la Russie, fin 2013.

« Nous comprenons que les terroristes visent les civils, et qu’il vaut mieux assurer une sécurité maximum. Il est difficile de dire pourquoi ce sont des liquides qui sont concernés, les services secrets ont dû apprendre que certains explosifs peuvent être ainsi dissimulés et introduits à bord des avions », explique Smirnov.

« Ces mesures sont temporaires et resteront en vigueur jusqu’à la fin des Jeux. Ensuite, tout redeviendra comme avant ; la situation se démocratisera, peut-être, davantage, car le système de sécurité est globalement efficace ».

Alexandre Ivantchenko, directeur exécutif de l’organisation publique Association des industriels de la sécurité, est convaincu que cette restriction est excessive. « Je voyage souvent et suis en mesure de comparer le niveau de sécurité des aéroports russes et étrangers. Je peux vous dire que le niveau en Russie est très correct. Les efforts supplémentaires actuels sont décidés par Rosaviatsia sous contrainte, il était difficile de trouver une autre solution, tout était déjà pris en compte », dit-il.

De nombreux pays renoncent aux restrictions concernant le transport de liquides. « Je pense que cette mesure revêt un caractère officiel, car les mesures de sécurité sont déjà très strictes, il est difficile de trouver autre chose », conclut Ivantchenko.

Avant la nouvelle interdiction, les passagers étaient autorisés à transporter des récipients contenant des liquides d’un volume n’excédant pas 100 ml. La restriction ne s’appliquait pas aux médicaments ni aux aliments pour bébés. 

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.