Les activistes de Greenpeace ont été placés dans une prison historique

Saint-Pétersbourg : une manifestation de soutien au photographe Denis Sinakov arrêté avec les écologistes d'Arctic Sunrise. Crédit : Itar-Tass

Saint-Pétersbourg : une manifestation de soutien au photographe Denis Sinakov arrêté avec les écologistes d'Arctic Sunrise. Crédit : Itar-Tass

Les activistes du brise-glace Arctic Sunrise de Greenpeace ont été transférés de Mourmansk à Saint-Pétersbourg. Ils y ont été placés dans trois prisons de détention provisoire. Les représentants étrangers soulignent qu'ils surveillent de près leurs citoyens et les soutiennent indépendamment du lieu où ces derniers se trouvent.

« Les 30 accusés de l'enquête pénale ouverte après l'attaque sur la plateforme Prirazlomnaïa, en mer de Barents, sont arrivés dans des prisons de détention provisoire de Saint-Pétersbourg. Nous n'avons pas reçu de plaintes ou de déclarations de la part de ces citoyens », dit le message du Service pénitentiaire fédéral russe à Saint-Pétersbourg. Les autorités ont précisé que les écologistes ont été placés dans des prisons de détention provisoire (SIZO) N1, N4 и N5. « Si je comprends bien, les femmes ont été placées dans la prison N5, les autres – dans les prisons N4 et N1 (appelée également « Kresty ») », cite Interfax un représentant de Greenpeace. Il a précisé que, pour le moment, les militants n'ont pas donné de nouvelles, c'est pourquoi il est difficile de parler des conditions de détention. La SIZO N1 est une célèbre prison russe appelée « Kresty », où des révolutionnaires et plus tard, à l'époque stalinienne, des artistes et des scientifiques ont purgé leurs peines.

Dans son micro-blog, l'organisation écologiste précise que maintenant les collaborateurs du Comité d'enquête de Russie prennent contact avec les familles des détenus, pour les tenir informées dans quelle prison sont placés leurs proches. On ne sait pas encore pour le moment si les détenus seront de nouveau déplacés ou pas.

Avant, les forces de l'ordre avaient expliqué la nécessité de transférer les activistes à Saint-Pétersbourg, par le fait que l'affaire des écologistes n'était plus du ressort des tribunaux de Mourmansk.

Greenpeace, on ne sait pas encore quand les avocats pourront rencontrer les détenus. Un représentant de l'organisation écologiste a ajouté : « L'expérience prouve que cela risque de prendre du temps ». Les avocats de certains détenus sont déjà arrivés à Saint-Pétersbourg.

L'organisation informe que l'état-major des activistes, composé des représentants de Greenpeace Russie et de Greenpeace International, ainsi que d'autres structures internationales, s'est installé à Saint-Pétersbourg. « Notre travail ne s'arrête pas là, il y a beaucoup de tâches de routine à effectuer tous les jours. Dès que les avocats arriveront, nous aurons encore plus de travail », précisent les représentants des écologistes.  

Le navire Arctic Sunrise restera au port de Mourmansk, puisque les arrêts n'ont pas toujours été levés.

Le transfert du citoyen australien Russel, à Saint-Pétersbourg, a été confirmé pour La Russie d'Aujourd'hui à l'ambassade de ce pays. Les diplomates ont expliqué que le but de ce transfert ne leur a pas été précisé, mais ils surveillent de près les événements. « Depuis l'arrestation, les diplomates se sont rendus quatre fois dans le lieu de détention provisoire, à Mourmansk, et ils inspecteront impérativement le lieu de détention à Saint-Pétersbourg. De plus, nous restons en contact direct avec la famille du détenu et avec les représentants des pays dont les citoyens sont également visés par l'enquête concernant l'affaire de Prirazlomnaïa », ont-ils expliqué à l'ambassade.

A l'ambassade des Etats-Unis, on raconte que les collaborateurs du consulat des Etats-Unis à Saint-Pétersbourg, ont rencontré les deux citoyens américains encore à Mourmansk, quand ces derniers ont été arrêtés. Pour le moment, les collaborateurs de la mission diplomatique suivent les événements de près et assurent toutes les démarches consulaires nécessaires.

Parmi les détenus, les citoyens britanniques, au nombre de 6, sont les plus nombreux. A l'ambassade du Royaume-Uni, on note que la difficulté principale de cette affaire réside dans l'absence de clarté. Les diplomates ont souligné qu'ils allaient réclamer l'attitude juste et appropriée envers leurs concitoyens.

Contexte

Le navire Arctic Sunrise de l'organisation internationale écologiste Greenpeace a été arrêté dans la mer de Petchorsk le 19 septembre, suite à une tentative des militants à mener une manifestaion dénonçant les risques écologiques liés à l'extraction du pétrole sur une plateforme appartenant à Gazprom. Au total, 30 personnes dont 3 Russes, ont été arrêtées. Tous les détenus ont été accusés de piraterie par les autorités russes. Le 22 octobre, le porte-parole du Comité d'enquête russe a communiqué que les actes des écologistes ont été requalifiés et qu'ils sont maintenant accusés de hooliganisme.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.