Les gays russes trouveront refuge aux Pays-Bas

Il est possible que l’annonce de Timmermans simplifiera la procédure d’obtention du droit de séjour au Pays-Bas pour les victimes de la loi anti-gay russe. Crédit : Reuters

Il est possible que l’annonce de Timmermans simplifiera la procédure d’obtention du droit de séjour au Pays-Bas pour les victimes de la loi anti-gay russe. Crédit : Reuters

Le ministre des Affaires étrangères des Pays-Bas Frans Timmermans a proposé l’asile politique aux victimes de la loi russe interdisant la propagande de l’homosexualité. Les experts estiment que cette intention des Pays-Bas d’accorder l’asile aux homosexuels russes se répercutera sur la réputation politique de la Russie.

Les victimes de la loi russe interdisant la propagande de l’homosexualité pourront prétendre à l’asile politique aux Pays-Bas, a annoncé le ministre des Affaires étrangères néerlandais Frans Timmermans dans sa lettre adressée aux députés de la chambre basse du Parlement. « La loi interdisant la propagande de l’homosexualité stigmatise et discrimine, favorise la propagation d'un climat homophobe et terrorise les représentants de la communauté LGBT et ses sympathisants », a critiqué le ministre. L’homme politique néerlandais a indiqué que la violation des droits de l’homme prévue par la loi en question pourrait motiver l’octroi de l’asile politique aux Russes.

Le moment choisi pour cette annonce du ministre des Affaires étrangères néerlandais n’est pas des plus opportuns : les 8 et 9 novembre, le roi des Pays-Bas Willem-Alexander doit se rendre en Russie pour assister à la cérémonie officielle de clôture de l’année Pays-Bas-Russie. La rencontre entre le monarque et le président russe Vladimir Poutine doit venir souligner les relations amicales entre les deux pays.

Curieusement, le thème de la discrimination des minorités sexuelles en Russie a été abordé directement en lien avec la visite royale également. L’organisation internationale Amnesty International a publié une vidéo dans laquelle elle donne des conseils à Willem-Alexander concernant son prochain voyage, notamment elle lui conseille de garder à l’esprit qu’en contact avec les pouvoirs russes, il faut bien se tenir, car la Russie a adopté une loi interdisant la propagande de l’homosexualité. Le conseil est accompagné de l’image du secrétaire général de l’URSS Leonid Brejnev embrassant Erich Honecker, dirigeant de la RDA, sur la bouche.

Pourtant, les hommes politiques russes supposent que les paroles du ministre néerlandais visent à renforcer la position des Pays-Bas dans le conflit diplomatique entre les deux pays. « Aucun droit des citoyens russes n’est violé par cette loi. Cette annonce est plus qu’étrange. Sur leur propre territoire, le ministre et le gouvernement néerlandais peuvent faire ce qu’ils veulent », a déclaré Elena Mizoulina, présidente de la commission des affaires familiales de la Douma russe. Elle doute de la nature massive de l’exode des Russes. Selon la députée, l’annonce de Timmermans peut être motivée par le désir d’offenser la Russie à la suite de l’intrusion injustifiée dans l’appartement d’un diplomate russe à la Haye.

Début octobre, Dmitri Borodine, numéro 2 de l’Ambassade russe, a été interpellé dans la nuit, car soupçonné de maltraitance sur ses enfants. Plus tard, les Pays-Bas ont présenté des excuses officielles pour la violation de l’immunité diplomatique du Russe, tout en informant que les policiers ne seraient pas punis. Moscou a, à son tour, annoncé que les pouvoirs russes n’avaient aucune raison de soupçonner Borodine d’activités illégales. Cet incident a jeté de l’huile sur le feu du conflit entre les Pays-Bas et la Russie au sujet de l’arrestation du navire écologique Arctic Sunrise.

Par la suite, le scandale diplomatique a pris de l’ampleur, la mention des minorités sexuelles y a fait apparition. Vers la mi-octobre, Onno Elderenbosch, numéro 2 de l’ambassade des Pays-Bas à Moscou, a été agressé dans son appartement. Deux inconnus qui se faisaient passer pour des électriciens l’ont ligoté et ont dessiné avec un rouge à lèvres sur un miroir l’inscription LGBT, l’abréviation de la communauté regroupant les personnes non-hétérosexuelles. La Russie a présenté ses excuses officielles et a demandé de l’aide des Pays-Bas pour l’enquête sur l’agression.

Les spécialistes estiment que l’annonce de Timmermans se répercutera non tant sur la société russe que sur la réputation des pouvoirs russes. Lev Goudkov, directeur de Levada-Centre, explique que la loi en question est perçue en Union Européenne, où le niveau de la protection juridique est bien plus élevé qu’en Russie, comme une expression de la sauvagerie et de la répression des minorités sexuelles. « L’annonce du ministre néerlandais est un coup dur à la réputation des politiciens russes. Toutefois, pour le moment, dans leur plus grande majorité, ces derniers préfèrent ignorer la critique émanant de l’UE », explique le spécialiste. Il pense qu’il n’y aura pas d’exode massif des personnes non-hétérosexuelles russes. « Selon nos sondages, la Russie ne compte que 6 à 8% d’homosexuels parmi la population, quelques centaines seulement pourraient se décider de partir », a-t-il dit.

Il faut noter que les homosexuels russes disposaient de la possibilité de vivre aux Pays-Bas avant l’annonce du ministre des Affaires étrangères. Le site du Service de l’immigration et de la naturalisation néerlandais explique que les représentants des minorités sexuelles persécutées dans leurs pays peuvent prétendre au statut de réfugié et au droit de séjour temporaire dans le pays. Le site de l’Organisation mondiale des gays et lesbiennes (ILGA) précise, par ailleurs, que les prétendants à l’asile ne sont pas contraints de prouver qu’ils sont homosexuels - si les autorités les considèrent comme tels et les poursuivent en justice ou les soumettent à un traitement cruel ou dégradant, cela constitue une raison suffisante. Néanmoins, l’ambassade des Pays-Bas a expliqué que la procédure d’obtention du droit de séjour est assez complexe et prend en compte de nombreux facteurs. Il est possible que l’annonce de Timmermans simplifiera cette procédure pour les victimes de la loi russe.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.