L'opposant russe le plus célèbre reste en liberté

Mercredi dernier, Navalny a déclaré qu'il considère la peine avec sursis injustifiée et qu'il fera appel. Crédit : Maksim Bogodvid/RIA Novosti

Mercredi dernier, Navalny a déclaré qu'il considère la peine avec sursis injustifiée et qu'il fera appel. Crédit : Maksim Bogodvid/RIA Novosti

A l'issue du procès de l'opposant Alexei Navalny et de l'entrepreneur Piotr Ofitserov, le Tribunal régional de Kirov a ordonné le changement du verdict de peine d'emprisonnement pour détournement de fonds de Kirovlas en peine de sursis. Aussi, Navalny peut poursuivre ses activités politiques.

Le mercredi 16 octobre, le Tribunal a étudié en appel le verdict prononcé dans le procès de Kirovles le 18 juillet 2013. Après les arguments de la défense, Navalny a déclaré que le verdict avait une motivation politique. Ofitserov partage son avis. Aussi, le Tribunal a ordonné de maintenir le verdict, mais d'alléger la peine et de considérer les peines infligées comme des peines avec sursis.

Nous vous rappelons que Navalny et Ofitserov avaient été jugés coupables d'avoir organisé le détournement au détriment de l'entreprise publique de Kirov Kirovles et condamnés à 5 et 4 ans d'emprisonnement respectivement. À l'issue du premier verdict, les partisans de l'opposition ont organisé un rassemblement de protestation à Moscou ; le lendemain, les deux condamnés ont été remis en liberté jusqu'au procès d'appel. Navalny a ainsi pu participer aux élections à la mairie de Moscou et a recueilli 27% des voix devenant ainsi un leader informel de l'opposition libérale.


Mercredi dernier, Navalny a déclaré qu'il considère la peine avec sursis injustifiée et qu'il fera appel. Les deux figurants du procès clament leur innocence.

Mikhail Vinogradov, directeur du fonds Peterbourgskaia Politika, explique que la peine avec sursis est un compromis pour toutes les parties qui ne satisfera sans doute pas les figurants du procès. « Je pense qu'il s'agit d'une décision politique et d'un compromis qui ne saura satisfaire personne », a-t-il dit. Le politologue remarque que le célèbre opposant pourrait ainsi perdre la possibilité de se présenter aux élections. « Le verdict permet à Alexei Navalny de participer au processus politique public, mais barre le chemin de la personnalité politique majeure qui dispose d'un important soutien des électeurs moscovites », explique Vinogradov. L'expert estime qu'écarter Navalny reviendrait à corriger le mouvement de contestation apparu suite aux manifestations de l'année 2012.

Leonid Poliakov, chef du Département de la Politique générale à l'École des hautes études en sciences économiques, est convaincu que le verdict du Tribunal n'aura aucune incidence sur la situation politique, car la Cours constitutionnelle russe a récemment annulé la norme qui interdisait à toute personne ayant fait l'objet d'une condamnation d'obtenir un mandat électif. « Le verdict du Tribunal régional de Kirov doit être considéré en conjonction avec la décision récente de la Cours constitutionnelle russe. La Cours suprême vient d'annuler la norme qui interdisait à toute personne ayant fait l'objet d'une condamnation lourde de se présenter aux élections. Aussi, Navalny garde l'ensemble de ses droits politiques », explique le spécialiste. L'homme politique envisage d'organiser un congrès du parti l'Alliance du peuple au sein duquel il participera aux élections à la Douma de Moscou. « Il est possible que l'appel des avocats permettra de supprimer la condamnation. Mais il ne faut pas oublier que Navalny est poursuivi dans une autre affaire, celle d'Yves Rocher Vostok, qui pourrait conduire à une peine d'emprisonnement réelle. L'affaire de Kirov n'a pas changé la situation politique. Navalny reste l'un des hommes politiques russes les plus intransigeants et radicaux », conclut Poliakov.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies