Des arrestations à la suite d'émeutes anti-immigration à Moscou

Plusieurs dizaines d'émeutiers ont été interpellés lors des émeutes. Crédit : Sergueï Bobylev/Itar-Tass

Plusieurs dizaines d'émeutiers ont été interpellés lors des émeutes. Crédit : Sergueï Bobylev/Itar-Tass

Environ 380 émeutiers ont été interpellés dimanche, le 13 octobre, alors qu'une foule de quelque 3 000 personnes a ravagé Biriouliovo (sud de Moscou), une banlieue dortoir dans le sud de Moscou, pour protester contre la lenteur de l'enquête sur le meurtre d'Egor Chtcherbakov, un habitant de quartier russe âgé de 25 ans, qui aurait été assassiné par un travailleur immigré originaire du Caucase.

Le meurtre de Chtcherbakov, d'origine russe, a soulevé une vague de tensions ethniques à Moscou où le thème d'immigration non-contrôlée venant des anciennes républiques soviétiques était au cœur de la récente campagne électorale pour la mairie de Moscou.

Chtcherbakov a été poignardé dans le cœur par un inconnu qui s'en serait pris à sa copine lorsqu'ils rentraient de la piscine dans la nuit du jeudi, le 10 octobre.

Le meurtrier présumé a été filmé par une caméra de surveillance à proximité de la scène du crime, mais la police n'a pas pu l'identifier ni le capturer.

Les habitants du quartier pensent que le meurtrier présumé de Chtcherbakov est un originaire du Caucase qui travaille au marché alimentaire du quartier.

Samedi soir et dimanche après-midi, des centaines de protestataires se sont réunis devant la préfecture de police pour exiger que le meurtrier soit retrouvé et pour demander un traitement plus efficace des crimes supposément commis par des immigrés.

Le responsable de la police du district a assuré que la police ferait tout son possible pour amener le meurtrier à la justice, mais sa promesse n'a pas suffit pour calmer la foule.

La police de Moscou a été mise en alerte dimanche soir lorsque des centaines de personnes ont enfoncé les portes du centre commercial Biryuza situé à Biriouliovo et dont la plupart des travailleurs sont des immigrés. Les locaux, rejoints par des membres de groupes nationalistes, ont brisé des vitres, incendié l'un des magasins et retourné un pick-up dans une rue voisine.

Source : Panopticum Rus

Plusieurs dizaines d'émeutiers ont été interpellés, alors que la foule s'est rendue dans un entrepôt de légumes où les immigrés vivent et travaillent. La foule a pénétré dans l'entrepôt, fermé suite aux alertes dans la presse.

« Nous avons marre de l'illégalité qui règne dans cet entrepôt », a déclaré l'un des émeutiers à Dozhd TV qui diffusait en direct de Biriouliovo dimanche soir. « Ils sont venus ici pour dicter leurs règles », a-t-il déclaré au sujet des immigrés.

Crédit : Reuters

La police a tenté de disperser la foule à l'aide de matraques mais a échoué alors qu'elle a été rejointe de plusieurs centaines de fans de football venus d'autres quartiers de Moscou.

Les interpellations ont continué tard dans la soirée alors que les émeutiers retournaient des véhicules et des kiosques, supposément appartenant aux immigrés.

Vladimir Kolokoltsev, ministre de l'Intérieur russe, a déclaré à l'agence de presse RIA Novosti que les instigateurs et les participants des émeutes de Biriouliovo doivent répondre de leurs actes. « Nous ne négocierons pas avec les criminels », a-t-il déclaré au sujet des émeutiers.

Crédit : Anton Denissov/RIA Novosti

Dimanche soir, la police a bouclé la place du Manège à proximité du Kremlin où, en décembre 2010, des nationalistes et des fans de foot ont organisé l'une des émeutes les plus violentes dans l'histoire récente du pays suite au meurtre d'Egor Sviridov, un fan du FC Spartak de Moscou par un groupe de jeunes originaires du Caucase du Nord.

En juillet 2013, la petite ville de Pugachyov, située sur la Volga, a été sujette à une vague d'émeutes anti-immigration, les habitants locaux ayant bloqué l'autoroute fédérale. Les manifestations ont été déclenchées par le meurtre d'un Russe par un adolescent Tchétchène.

 

Réagissez à cet article en soumettant votre commentaire ci-dessous ou sur notre page Facebook


Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.