Les Moscovites soutiennent Navalny sur la place Bolotnaïa

La police moscovite a estimé à 9.000 le nombre de participants de la manifestation du 9 septembre. Crédit : Reuters

La police moscovite a estimé à 9.000 le nombre de participants de la manifestation du 9 septembre. Crédit : Reuters

Le 8 septembre 2013, le maire sortant de Moscou Sergueï Sobianine a été réélu au poste du maire de la capitale russe. Au lendemain de l'élection, les partisans de son principal rival Alexeï Navalny se sont rassemblés en plein cœur de Moscou pour « discuter des résultats du scrutin ».

« Ils sont en retard, pas super », grogne une jeune fille tenant une pancarte bleue avec le nom « Navalny ». « Normal, rétorque son copain. Au fait, c'est aujourd'hui qu'ils finissent de compter les bulletins. Donc c'est une manif « à chaud ». Soudain, une multitude de pancartes « Navalny » se lève en l'air pour une photo aérienne. Depuis 19 heures, un hélicoptère de police surplombe la place Bolotnaïa, à deux pas du Kremlin, où affluent des milliers de Moscovites pour contester les résultats des élections municipales et soutenir leur candidat, l'opposant Alexeï Navalny.

Il est 19h37. Accompagné par la chanson Je flamboie, je brûle du groupe Liapis Troubetskoï, un homme portant le drapeau blanc du parti « Narodny alliance » (Alliance populaire) défile dans la foule. Un autre homme surgit sur la scène. « Qui a voté hier ? » demande-t-il au public. Des milliers de manifestants se mettent à agiter leurs pancartes. L'homme s'appelle Léonid Volkov, il est le responsable de la campagne électorale d'Alexeï Navalny, opposant à Poutine et, jusqu'à hier, candidat au poste du maire de Moscou.

Selon les résultats publiés par la commission électorale moscovite, le maire sortant Sergueï Sobianine a remporté l'élection avec 51,3% des suffrages tandis que son rival principal Alexeï Navalny n'en a recueillis que 27,3%. M. Navalny considère que les résultats officiels ont été largement falsifiés et qu'un second tour est indispensable.

« Nous avons distribué 20 millions de brochures ! Nous avons travaillé ferme 3 mois de suite ! Nous avons mérité le second tour mais on nous l’a volé ! poursuit-il. Aujourd’hui nous nous sommes rassemblés ici pour discuter des résultats de notre travail ».

L’intervention de Volkov est suivie de plusieurs histoires personnelles des membres de l’équipe d’Alexeï Navalny. La directrice artistique Léna parle des risques courus par les automobilistes qui ont collé des stickers avec le nom de Navalny sur les vitres de leurs voitures. Le sociologue Andreï met en garde le public contre « les peurs qui empêchent de lutter pour ses droits ». Le journaliste Sergueï Parkhomenko appelle les volontaires et les observateurs à rester vigilants et se préparer pour le second tour de l’élection.

Le journaliste et critique de musique Artemi Troitsky estime le nombre de manifestants présents à 70.000 personnes, en comparant la manifestation avec un festival de la musique rock. En effet, le rassemblement devient de plus en plus nombreux. Sur la place les gens sont déjà serrés, ils s’amassent sur le côté opposé du quai. Pourtant, la police moscovite estime à 9.000 le nombre de participants. « Liberté pour les prisonniers politiques ! Pouvoir pour Navalny ! Liberté pour le peuple ! » finit son intervention Troitsky. « Second tour ! » scandent les gens.

Parmi les autres intervenants de ce soir, le mari de Nadejda Tolokonnikova (une des  Pussy Riot incarcérées, nda) Piotr Verzilov, le frère d’Alexeï Navalny Oleg et le sociologue Dmitri Orechkine. Ce dernier dit que ce sont les habitants du centre-ville qui ont été les plus nombreux à voter pour Navalny. Son discours est interrompu par une annonce : la commission électorale vient d’accepter d’examiner les plaintes d’Alexeï Navalny pour les falsifications de l’élection. La nouvelle est accueillie par les applaudissements du public.

Vers 22h c’est Alexeï Navalny en personne qui salue les manifestants depuis la scène. Vêtu d’un jeans et d’une chemise bleue, son équipe à ses côtés, il avoue : « Jusqu’à présent je n’étais pas sûr de pouvoir gagner. Maintenant je sais qu’un Moscovite sur trois a voté pour moi. Pardonnez-moi ce manque de confiance en vous ». Et d’ajouter : « Formellement notre manifestation a atteint son but et la commission électorale a accepté de réviser les résultats de l’élection. Mais ils vont essayer de nous tromper de nouveau et nous savons comment y résister : il faut descendre dans la rue ». Les gens applaudissent, crient ou, tout simplement, sourient.

Selon les chiffres publiés après la clôture des bureaux de vote moscovites, la participation à l’élection a été très faible, seulement de 32,2 %. 

La manifestation est finie. Les participants commencent à quitter la place Bolotnaïa. La foule coule le long du pont Bolchoï Kamenny et des quais de la Moskova. Des milliers de personnes. Des milliers d’électeurs pleinement conscients de leurs droits.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies